Professeur décapité : Gérald Darmanin porte plainte contre un blog hébergé par Mediapart

Par Epoch Times avec AFP
21 octobre 2020
Mis à jour: 22 octobre 2020

Gérald Darmanin a déposé plainte le 21 octobre pour « diffamation publique envers la police nationale » après la publication sur un blog hébergé par Mediapart d’un texte, modifié ensuite, accusant la police de « barbarie » pour avoir « exécuté » l’assassin de Samuel Paty.

Dans son courrier au procureur de la République de Paris posté sur son compte Twitter, le ministre de l’Intérieur fait référence au blog « hors les murs » publié lundi sur le site blog-mediapart.fr.

L’article visé par le ministre – intitulé « Exécution sommaire du suspect : nouvelle norme en matière de terrorisme ? » commente une vidéo amateur tournée au moment où les policiers font feu sur le jeune réfugié d’origine russe tchétchène, qui sera tué de neuf balles, alors qu’il vient de décapiter Samuel Paty.

Un auteur anonyme

Pour l’auteur, anonyme, la police a « exécuté » le jeune homme alors qu’il était armé légèrement, cerné et que le risque de fuite était « quasi-nul ». « Ce jeune de 18 ans n’est au moment précis de sa mort qu’un suspect armé d’un jouet (le pistolet à billes que l’assaillant portait, ndlr) et d’un canif. Applaudir une police qui tue de façon aussi sommaire et systématique les individus suspectés de terrorisme, c’est applaudir une barbarie (…), c’est embraser le choc des civilisations qui se trouve (…) en haut de l’agenda de toutes les extrêmes-droites du monde », avait-il notamment écrit dans la version initiale de ce blog.

« Par ces propos, les policiers et l’ensemble de la police nationale sont accusés de ‘barbarie policière' », a estimé M. Darmanin dans son courrier argumentant sa plainte. L’auteur du billet de blog avait amendé sa publication mardi, avant l’annonce de cette plainte et après que son texte a été relayé et commenté sur les réseaux sociaux. Il a notamment remplacé le mot « barbarie » par celui de « dérive ». « Parler de ‘barbarie policière’ était une erreur car cela place sur un même plan moral deux violences très différentes », a-t-il admis.

« Nous en sommes l’hébergeur et non pas l’éditeur »

Le directeur de publication de Mediapart, Edwy Plenel, a réagi sur le même blog en soulignant que « juridiquement », ni lui ni Mediapart « ne sont responsables des contenus mis en ligne par nos abonnés dans le Club de Mediapart ». « Nous en sommes l’hébergeur et non pas l’éditeur » et « ses contenus n’engagent pas la rédaction », a-t-il souligné.

M. Plenel ajoute que « le billet de blog visé par le ministre de l’Intérieur n’a préalablement fait l’objet d’aucune demande de dépublication dans les formes légales, ni de la part du ministère, ni de la part d’aucune autre administration ».

Focus sur la Chine – ETAC : lutter contre le prélèvement forcé d’organes

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ