Le projet de budget de Biden lève l’interdiction du financement fédéral des avortements

Par Tom Ozimek
29 mai 2021
Mis à jour: 31 mai 2021

La proposition de budget de 6 000 milliards de dollars du président américain Joe Biden pour l’année 2022 exclut notamment l’Amendement Hyde, une loi qui bloque depuis des décennies le financement fédéral des avortements dans le cadre de Medicaid, sauf si la grossesse non désirée met en danger la vie de la mère ou résulte d’un inceste ou d’un viol.

Avant l’entrée en vigueur de l’amendement Hyde en 1980, on estimait que 300 000 avortements étaient pratiqués chaque année avec l’argent des contribuables. L’amendement étant un « avenant » au projet de loi de finances annuel et non une loi permanente, il doit être renouvelé par le Congrès chaque année, ce qui donne aux législateurs la possibilité de modifier son libellé ou de le supprimer complètement.

Les républicains ont cherché sans succès à rendre l’interdiction permanente, tandis que les démocrates ont tenté de la supprimer. La décision de Biden d’exclure l’amendement de son projet de budget ouvre la voie à un éventuel combat au Congrès, les républicains étant susceptibles de plaider pour son inclusion.

« Il rompt avec des décennies de précédents établis en demandant un avortement directement financé par les contribuables », a déclaré vendredi le chef de la minorité de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy (Parti républicain, Californie), en commentant la décision de Biden.

Les groupes prônant un accès plus facile à l’avortement ont salué l’exclusion de l’amendement Hyde, tandis que les groupes pro-vie l’ont condamnée.

« Pendant plus de quatre décennies, la famille Hyde des politiques pro-vie a maintenu les contribuables américains en dehors du commerce de l’avortement, l’amendement Hyde lui-même ayant sauvé près de 2,5 millions de vies », a déclaré Marjorie Dannenfelser, présidente du groupe pro-vie Susan B. Anthony List, dans un communiqué. « Le budget de Biden jette ce consensus bipartisan de longue date par la fenêtre, pour remplir une promesse de campagne au lobby radical de l’avortement. »

« La majorité des Américains restent opposés au financement des avortement par les contribuables », a-t-elle ajouté. « Nous exhortons nos alliés du Congrès à ne pas avoir peur de se battre pour préserver le principe commun de Hyde et à rejeter tout budget qui omet des protections pro-vie vitales. »

Alexis McGill Johnson, présidente et directrice générale de Planned Parenthood, un groupe qui milite pour un accès plus facile à l’avortement, a qualifié la démarche de Biden « d’étape historique dans la lutte pour la liberté reproductive », tout en demandant une abrogation permanente de l’amendement.

« Avec plus de 500 restrictions à l’avortement introduites au niveau des États cette année et une affaire d’avortement remettant directement en cause l’arrêt Roe à la Cour suprême, nous avons besoin d’une administration qui soutienne audacieusement la liberté reproductive par tous les moyens possibles », a ajouté Mme McGill Johnson.

Biden a soutenu l’amendement Hyde pendant la majeure partie de sa carrière politique, mais a changé de position en 2019 alors qu’il faisait campagne pour la présidence.

Si l’avortement est légal aux États-Unis, les réglementations varient d’un État à l’autre, certains utilisant des fonds publics pour couvrir l’avortement et d’autres interdisant cette pratique.

La Cour suprême des États-Unis a accepté d’entendre une affaire qui pourrait annuler Roe vs Wade, la décision de 1973 qui a légalisé l’avortement dans tout le pays.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ