Projet de loi anti-avortement présenté au Nebraska: «Aucun être humain vivant ne devrait être démembré»

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
10 janvier 2020 Mis à jour: 10 janvier 2020

Un projet de loi visant à interdire l’avortement au deuxième trimestre a été présenté au Sénat du Nebraska le mercredi 8 janvier, le premier jour de la session législative de l’année.

Il a été mené par la sénatrice Suzanne Geist et co-parrainé par 20 autres sénateurs d’État.

Suzanne Geist a expliqué que les médecins qui acceptent de pratiquer l’avortement doivent démembrer le fœtus vivant soit par aspiration, soit par extraction au moyen de forceps.

« Aujourd’hui, j’ai introduit le LB814 pour interdire la méthode brutale d’avortement par démembrement entre 13 et 24 semaines. Quelles que soient nos opinions individuelles sur la question de l’avortement, je pense que nous pouvons tous convenir qu’aucun être humain vivant ne devrait être démembré intégralement », a écrit la sénatrice sur son fil Twitter.

Un militant pro-vie, anti-avortement et pro-famille montre un fœtus en caoutchouc lors d’une « Marche pour la famille » dans le cadre de la conférence du Congrès mondial des familles (WCF) le 31 mars 2019 à Vérone. (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP) (Le crédit photo doit être FILIPPO MONTEFORTE/AFP/Getty Images)

L’année dernière, la Cour suprême des États-Unis a rejeté une loi similaire de l’Alabama, mais Marion Miner, avocate de la Conférence catholique du Nebraska, a déclaré que deux circuits fédéraux peuvent statuer différemment, et le Nebraska le peut, a rapporté Net Nebraska.

La sénatrice Suzanne Geist a déclaré que l’important était de présenter le projet de loi. « Mon travail est de légiférer, pas de m’inquiéter de ce que les tribunaux vont faire. »

Planned Parenthood a critiqué le projet de loi en disant : « LB 814 n’est pas basé sur un désir d’améliorer la santé des femmes, mais vise plutôt à éliminer l’accès à l’avortement dans le cadre d’une stratégie anti-avortement plus large visant à interdire l’avortement méthode par méthode », selon Net Nebraska.

« Les médecins seront contraints, par une politique malavisée et non scientifique, de fournir moins de soins aux patientes », a-t-il ajouté.

Méthodes d’avortement médical

Face à un danger imminent pour la vie de la mère, les médecins pratiquent les types d’avortement qui suivent, recommandés par l’Organisation mondiale de la santé. Dans certains pays, la pratique de l’avortement a été dépénalisée pour de plus grandes contingences et les législateurs pro-vie, opposés à la mise à mort d’un être vivant avant la naissance, cherchent à nouveau à l’interdire.

La méthode d’avortement recommandée pour les fœtus (vivants ou morts) de moins de 15 semaines est la succion, qui dure jusqu’à 10 minutes. Pour celles de plus de 12 semaines, on ajoute la dilatation du col de l’utérus de la mère et le retrait des parties du corps du fœtus avec des forceps. Le bébé meurt pendant l’aspiration ou le démembrement de parties du corps.

Pour les interruptions de grossesse de plus de 20 semaines, le médecin tue habituellement le bébé avant le processus, avec des médicaments.

« La technique chirurgicale recommandée pour l’avortement d’une grossesse de moins de 15 semaines de gestation est l’aspiration sous vide. La grande efficacité de l’aspiration sous vide a été prouvée dans plusieurs essais contrôlés sur une base aléatoire », déclare l’OMS.

« L’aspiration sous vide implique l’évacuation du contenu utérin (que le bébé soit vivant ou mort) à travers une canule en plastique ou en métal attachée à une sonde à vide. »

Il existe des méthodes d’aspiration électrique et manuelle. Dans les deux méthodes, le bébé sera aspiré par la force de la ventouse dans des canules qui varient « de 4 mm à 16 mm de diamètre ».

« L’aspiration électrique sous vide utilise une pompe à vide électrique. Dans le cas de l’aspiration manuelle, le vide est créé à l’aide d’un aspirateur en plastique de 60 ml (aussi appelé seringue) », explique l’organisme de santé, ajoutant que des pompes mécaniques sont également disponibles pour le pied.

Par aspiration, le bébé meurt brisé en étant aspiré dans la canule dans un processus qui « durera de 3 à 10 minutes », ajoute le rapport.

Si la grossesse se situe entre 12 et 14 semaines, l’OMS recommande une dilatation et une évacuation. Dans ce cas, toutes les femmes doivent faire préparer leur col avant l’intervention pour qu’il soit dilaté, puis le fœtus est évacué par aspiration électrique sous vide avec une canule de 12 à 16 mm de diamètre et l’utilisation de longues pinces, ce qui permet d’enlever les plus grandes parties démembrées du corps. (Voir image)

Pour l’extraction par aspiration, l’OMS souligne que « les professionnels formés peuvent identifier visuellement les produits de la conception, en particulier les villosités choriales et le sac gestationnel », qui sont les couches extérieures entourant le fœtus. « Si l’aspiration ne contient pas les produits de la conception, il faut suspecter une grossesse extra-utérine », c’est-à-dire hors de l’utérus.

« Lorsque des méthodes médicales d’avortement sont utilisées après 20 semaines de grossesse, l’induction de la mort fœtale doit être envisagée avant la procédure », ajoute l’OMS.

D’autre part, l’OMS souligne que la dilatation et le curetage de l’utérus « est une méthode obsolète d’avortement chirurgical ».

RECOMMANDÉ