L’extrême gauche (PCF et EELV) fait pression sur le CSA contre Zemmour: ils demandent l’arrêt de l’émission de Cnews

Par Laurent Gey - Epoch Times
25 octobre 2019 Mis à jour: 31 octobre 2019

Le PCF a exhorté hier le Conseil supérieur de l’audiovisuel à prendre des sanctions contre CNews, tandis qu’EELV a demandé l’arrêt pur et simple de l’émission ‘Face à l’info’. Contacté, le CSA a précisé avoir reçu des saisines concernant l’émission du polémiste sur Cnews, sans souhaiter donner le nombre de plaintes.

Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF, a écrit jeudi au président du CSA Roch-Olivier Maistre pour lui demander « d’examiner les sanctions auxquelles son comportement expose la chaîne CNews ».

En cause, dans l’émission « Face à l’info » de mercredi, Eric Zemmour, demandant si l’« on voit l’histoire en fonction des intérêts de la France ou (…) en fonction des intérêts de sa communauté d’origine« , a dit être « du côté du général Bugeaud » qui, lorsqu’« il arrive en Algérie, commence à massacrer les musulmans et même certains juifs ».

Pour l’attaquer, les détracteurs d’Eric Zemmour extraient ces 10 s de son argumentation en les retirant de son contexte. L’honnêteté intellectuelle demande que l’on recontextualise ses propos pour comprendre ce que disait vraiment le polémiste.

L’émission Face à l’info fait un carton d’audience depuis 15 jours et effraie ses concurrents sur la même tranche horaire – parmi lesquels Hanouna et BFM. Elle talonnait LCI avec une moyenne de 180.000 téléspectateurs la première semaine.

L’émission en 2 parties, animée par Christine Kelly, propose à ses invités d’échanger avec Eric Zemmour. En résulte de vrais échanges d’idées et une plus grande liberté d’expression (clairement), à une heure de grande écoute où les autres médias sont souvent restreints par le politiquement correct.

Loin des discours racistes et haineux que la presse et les politiciens de gauche lui prêtent, la présence d’Eric Zemmour et des chroniqueurs, invités et équipe de rédaction, permet des débats d’idées plus ouverts et de nouveaux éclairages sur les sujets de l’actualité.

L’opinion publique a définitivement besoin que l’on redonne la parole à ses intellectuels français, ce qu’historiquement l’extrême gauche a toujours cherché à empêcher en utilisant des tactiques de violences et d’intimidation.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ