Protocole sanitaire dans les cantines : « Nos enfants ont fini de manger à 15h15 », témoigne une maman de Marseille

Par Nathalie Dieul
22 janvier 2021
Mis à jour: 22 janvier 2021

Les nouveaux protocoles sanitaires mis en place par le gouvernement créent un véritable casse-tête logistique dans les cantines. Lundi dernier, premier jour d’application de ces nouvelles règles, une mère de famille d’enfants fréquentant une école primaire de Marseille a constaté que c’était un « fiasco sur tous les plans ».

« Nos enfants de CM2 ont fini de manger à 15 h 15 à la cantine hier ! Protocole sanitaire ingérable, sept services de repas pour quasi 300 élèves. C’est inadmissible. Fiasco sur tous les plans. Déconnecté de la réalité du terrain », a écrit Linda sur Twitter.

La maman, qui habite le 3e arrondissement de Marseille selon France 3, a également publié la lettre que les parents ont reçue de la part du directeur de l’école élémentaire Bernard Cadenat. Il s’excuse de la situation : « Les élèves de CM1 et CM2 n’ont pu être accueillis dans le réfectoire que très tard, trop tard pour des enfants quoiqu’il en soit. »

« On m’a dit de les prendre à manger à la maison, mais mon fils en CE1 finit à 11 h et reprend à 13 h, ma fille aînée finit à 12 h et reprend 14 h… je fais comment ? », questionne la mère de famille.

Dans son Tweet, elle ajoute qu’il y a un problème de « personnel manquant, risque de grève ». En effet, la réaction au nouveau protocole sanitaire ne s’est pas fait attendre. Une centaine d’écoles et près de 200 cantines étaient fermées ce jeudi à Marseille. Ce vendredi, c’étaient pas loin de 300 des 471 écoles publiques de la ville qui avaient prévu d’être touchées par la grève, selon le journal local MarsActu.

Le nouveau protocole sanitaire renforcé, annoncé par Jean Castex le 14 janvier, implique qu’il y ait moins d’élèves en même temps dans le réfectoire, et donc qu’il y ait davantage de services.

Concrètement, dans l’école des enfants de Linda, cela limite le nombre d’élèves à 46 alors qu’il y a 300 élèves inscrits à la cantine. La mère de famille raconte ce qu’une Atsem lui a confié : « C’est compliqué, dans l’école, on manque de personnel. Entre chaque enfant, il faut nettoyer les tables et les servir à table parce qu’ils n’ont pas le droit de se lever. »

Finalement, l’école a réussi à mieux s’organiser le lendemain en mettant 86 élèves dans le réfectoire à la place de 46, ce qui a permis aux enfants de reprendre les cours à 14 h comme prévu.

Esprits de Liberté – « On marche sur la tête et les décisions sont folles ! » : un restaurateur pousse un coup de gueule contre la politique sanitaire

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ