Un puma a été enchaîné dans une camionnette rouillée pendant 20 ans, regardez le moment où il est enfin libre

Par Li Yen
7 août 2019 Mis à jour: 7 août 2019

Après avoir été enchaîné à l’arrière d’une camionnette au milieu d’un équipement de cirque rouillé pendant deux décennies, Mufasa le puma des montagnes a finalement retrouvé sa liberté. Ce moment émouvant de la libération de Mufasa a été filmé par des activistes de la faune sauvage ainsi que son retour dans la forêt péruvienne.

Une camionnette rouillée n’est pas un endroit où passer des jours et des nuits. Imaginez, vivre ainsi enchaîné, sans place pour bouger, sans intimité, et constamment soumis aux caprices des autres.

Faisant partie d’un cirque routier péruvien, Mufasa y a vécu pendant 20 ans. Le puma de montagne adulte était assis patiemment, supportant les regards des spectateurs, tout en étant enchaîné sur la plate-forme étroite et rouillée de ce camion.

Le Pérou a interdit les animaux sauvages dans les cirques, mais cela n’a pas empêché la plupart des cirques de les inclure dans leurs spectacles. On pense que Mufasa serait le dernier animal sauvage à avoir été retenu captif dans un cirque péruvien.

Contraint de vivre dans cet habitat artificiel où il n’avait que peu d’espace pour exercer ses muscles ou pour courir, Mufasa avait l’air plutôt affligé et faible. Son visage aspirant à la liberté était tout simplement déchirant. C’était terrible de voir souffrir ce puma, qui certainement, a été capturé dans la nature lorsqu’il était bébé.

Heureusement, en avril 2015, Animal Defenders International (ADI), une organisation qui se concentre sur le sauvetage des animaux, est venue au secours de Mufasa.

Après une interminable confrontation de huit heures entre l’ADI et le directeur du cirque qui impliquait la police anti-émeute dans un village isolé du nord du Pérou, le cirque coréen – le Circo Koreander – a dû fermer et Mufasa a enfin été libéré de ses chaînes.

« Il était vieux et en très mauvaise santé. Sans la personne qui a prévenu ADI, il serait mort enchaîné à l’arrière de ce camion », écrit ADI dans un message sur Facebook.

Imaginez à quel point cela doit être léger et rafraîchissant d’être enfin libéré de ce harnais épais et lourd et des chaînes qui avaient entouré son cou pendant deux décennies ?

Le vieux gros chat semblait apparemment perplexe au moment où les sauveteurs l’ont libéré de ses chaînes. Son visage en disait long. Il était incrédule.

Mufasa a ensuite été placé dans une cage temporaire pour être transporté au centre de sauvetage Spirit of Freedom d’ADI près de Lima afin d’être réhabilité. Ce n’est qu’après l’amélioration de sa santé que Mufasa s’est embarqué pour un voyage de trois jours en voiture et en bateau jusqu’à sa nouvelle maison située en bordure de la réserve de Tambopata, dans la forêt tropicale amazonienne.

Cependant, ce puma des montagnes était totalement inadapté à la vie sauvage. « Il avait trop enduré pour être relâché dans la nature, alors ADI lui a construit un enclos dans un refuge au milieu de la forêt péruvienne », selon ADI.

Depuis lors, le grand chat a vécu au refuge dans son environnement naturel où il a été soigné par des professionnels. Après deux décennies de captivité, les pattes de Mufasa pouvaient enfin sentir le foin doux masser sa peau. Il pouvait étirer ses muscles et dormir profondément sur un sol confortable.

« C’est magique de le voir se déplacer au milieu des arbres dans sa propre forêt protégée. Mufasa a été arraché à la nature et a enduré la pire vie possible », a déclaré Jan Creamer, président de l’ADI, dans une déclaration affichée sur le site Web de l’organisation.

Malheureusement, huit mois seulement après que Mufasa a retrouvé sa liberté, il est décédé en décembre 2015.

« Sa vie enchaînée avait endommagé sa santé et il souffrait d’insuffisance rénale, de cancer et d’autres problèmes liés à l’âge », écrit ADI. « Nous sommes si tristes de voir qu’il n’a pas passé plus de temps dans son habitat forestier, mais la vraie tragédie aurait été qu’il n’ait jamais connu cette liberté. »

Il est réconfortant de voir ce pauvre animal de cirque marcher vers sa liberté et retourner à sa vraie maison dans la forêt. Même si ce n’était que pour quelques mois, Mufasa a pu vivre le reste de ses jours comme tout animal sauvage le devrait : dans la nature, libre et paisible.

RECOMMANDÉ