Puy-de-Dôme : un passionné construit lui-même son château fort

Par Léonard Plantain
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

Depuis quelques mois, une nouvelle forteresse est visible sur la commune du Vernet-Sainte-Marguerite, dans le Puy-de-Dôme. Il s’agit de l’œuvre d’un passionné, Laurent Mercier, qui a souhaité construire son propre château.

Dans la commune du Vernet-Sainte-Marguerite, dans le hameau de Mareuge, vous pouvez apercevoir un château fort moderne en construction, réalisé par Laurent Mercier. Y consacrant presque tout son temps libre, il a déclaré, après avoir fini de coffrer le sommet : « On a imaginé faire un chemin de ronde, comme à l’époque, puis faire les créneaux et meurtrières », précise-t-il, d’après France 3 Régions.

« Tout le monde rêve d’avoir un château, de posséder un château fort, ce qui est quasiment impossible à trouver en bon état ou dans mon budget. Alors je me suis dit : pourquoi ne pas essayer d’en faire un ? » raconte ce passionné de châteaux, qui travaille à construire le sien depuis 7 ans maintenant.

Afin de rester dans son budget et aussi pour finir dans des délais raisonnables, Laurent a dû faire des concessions. Ainsi, à la place de la pierre, il a opté pour des matériaux modernes transformés pour paraître anciens. Cela passe notamment par « des tuiles moulées à la main », une par une, mais aussi par « des murs doublés de 80 centimètres et des voûtes dans les pièces du rez-de-chaussée », décrit-il.

« Elles s’appuient sur les mêmes principes qu’une vraie voûte. Vous avez les arches qui ont été faites en premier, ensuite j’ai disposé les parpaings de la même façon qu’on aurait pu faire avec des pierres », détaille Laurent. « Un château sans voûte, ce n’était pas concevable. Le défi était d’essayer de voir comment ils pouvaient faire à l’époque, même si ce n’est pas la même matière première. C’était quelque chose d’intéressant », explique-t-il.

Laurent, qui a tout fait lui-même, a également été très d’inventif. En particulier avec la charpente de la tour, qui repose sur des jantes de moissonneuse-batteuse : « Je suis parti à faire les plans moi-même de façon à faire vraiment ce que j’avais dans la tête. Je ne dis pas que je connaissais tout, mais en faisant, on finit par apprendre », raconte Laurent.

Heureux que le travail avance bien, Laurent a expliqué qu’il avait également de plus en plus de visites, surtout depuis qu’il a fini la tour : « On a beaucoup de curieux, ce qui est normal. Les réactions sont plutôt positives : ils sont étonnés qu’on puisse construire un château médiéval. Certains me disent même qu’au moins, ils auront pu voir un château en construction ! » s’exclame-t-il.

Estimant qu’il lui reste encore environ 3 ans de travail, entre les parements, les enduits et la peinture, Laurent Mercier a déclaré que lorsque le château sera terminé, il a prévu d’en faire un gîte. D’ici là, l’aventure continue !

FOCUS SUR LA CHINE – Un message caché dans un gâteau de lune



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ