Puy-de-Dôme : un rapace capture un chihuahua dans son jardin mais trop lourd, le relâche en plein vol

Par Emmanuelle Bourdy
4 avril 2021
Mis à jour: 4 avril 2021

Engie, un chihuahua, a été capturée par un rapace dans son jardin ce lundi 29 mars. Par chance, l’oiseau l’a relâché et la petite chienne s’en est sortie avec seulement quelques blessures. Pour sa propriétaire, c’est le miracle de Pâques. Le directeur de la Ligue pour la Protection des Oiseaux pense que cet enlèvement est l’œuvre d’une buse variable. 

C’est ce lundi midi qu’Alice, la maîtresse de deux chihuahuas, Engie et Enzo, s’est rendue compte de la disparition d’Engie, aux environs de midi, rapporte France Bleu. « J’ai entendu Enzo mon autre chihuahua hurler et sauter partout, il avait le poil hérissé de peur. Quand je suis arrivée dans le jardin, il n’y avait plus d’Engie », raconte Alice. « J’ai appelé mon voisin et je lui ai demandé si les buses qu’on voyait tournoyer dans le ciel pouvaient avoir enlevé ma chienne. Il m’a dit que ce n’était pas pensable. J’étais désespérée », poursuit-elle. Alice était d’autant plus affectée qu’elle tenait à Engie comme à la prunelle de ses yeux. « Vous comprenez, cette petite chienne était l’amour de mon défunt mari. Ma fille m’a même dit qu’avec cette disparition, c’était un peu de son papa qui était parti avec ce rapace », confie-t-elle à nos confrères.

Alice s’est mise en quête de retrouver sa petite chienne, mais après avoir écumé les champs et les chemins des environs, elle est rentrée chez elle bredouille. Elle s’imaginait le pire. « Je pensais vraiment que ce vautour avait déjà dépecé ma petite Engie pour la donner en pâture à ses petits », se désespère-t-elle.

Un peu plus tard dans la journée, le vétérinaire de la commune a contacté Alice et lui a annoncé que son chihuahua avait été retrouvé dans le jardin d’une voisine, nous apprend France Bleu. Le vétérinaire avait pu retrouver facilement la maîtresse d’Engie, grâce à la puce. « Elle avait le museau en sang, des traces de griffes sous un œil, la tête toute de travers », explique Alice, heureuse de retrouver sa chienne. « C’est un miracle de la retrouver en vie », a-t-elle encore confié.

Désormais, Engie a retrouvé son foyer. Et si physiquement elle n’a pas été touchée trop grièvement, elle est en revanche traumatisée. « Elle n’ose plus sortir et a peur de tout ce qui est noir. Elle a sans doute vu l’oiseau approcher. Elle ne se sent bien que dans mes bras ! » souligne Alice.

Quant à savoir exactement quel rapace s’en est pris à Engie, le directeur de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) Auvergne, Jean-Christophe Gigault, a émis plusieurs hypothèses : « L’aigle royal s’attaque à des proies de deux à trois kilos mais, il ne niche pas chez nous. Cela ne peut pas être le milan royal, car il est charognard. » Après réflexion, il en a déduit qu’il s’agissait vraisemblablement d’une buse variable, « mais si elle a lâché sa proie c’est qu’elle devait être trop lourde pour elle », suppose-t-il, car une buse variable pèse environ 1,5 kg, le poids d’Engie étant d’un peu moins de deux kilos. « Cela reste exceptionnel. Je n’ai jamais entendu parler d’un tel enlèvement. L’animal doit être habitué aux humains pour oser chasser près des maisons », conclut, dubitatif, le directeur de la LPO Auvergne.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ