Pyrénées-Orientales : deux demi-sœurs de 61 et 74 ans règlent leurs comptes à coups de couteau et d’arme à feu

Par Séraphin Parmentier
10 décembre 2019 Mis à jour: 10 décembre 2019

Une violente altercation a mis aux prises deux demi-sœurs dans une petite ville tranquille nichée au cœur du massif du Canigou, sans que l’on connaisse pour l’instant la raison ayant mis le feu aux poudres.

Les faits ont eu lieu le 5 décembre à Vernet-les-Bains, une commune d’un peu moins de 1500 habitants située au cœur du massif du Canigou, à une cinquantaine de kilomètres de Perpignan.

Ce jour-là, une violente altercation a opposé deux demi-sœurs âgées de 61 et 74 ans. L’une d’entre elle était venue rendre visite à l’autre, domiciliée rue du Cady, à proximité de La Poste.

C’est à l’occasion de cette visite qu’une rixe, dont l’on ignore pour l’instant le motif, a éclaté. Selon France Bleu, la plus âgée des deux a fait usage d’une arme à feu, tandis que sa cadette s’est servie d’un couteau.

Elles ont échangé des coups, se blessant mutuellement. Évacuées vers le centre hospitalier de Perpignan, leurs jours ne seraient cependant pas en danger.

Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie afin de déterminer les raisons précises de l’altercation.

D’après les premiers témoignages recueillis, les demi-sœurs se seraient querellées les jours précédents, une partie du mobilier du logement de celle résidant à Vernet-les-Bains a notamment été endommagé à la suite de leurs disputes.

« Elles ont commis des violences réciproques avec arme ayant nécessité leur hospitalisationActuellement, l’enquête se poursuit sur les circonstances de ces infractions et les gardes à vue ont été suspendues pour motif médical », a confié le procureur de la République Jean-Jacques Fagni aux journalistes de 20 minutes.

« Je n’en reviens toujours pas, pour moi, c’est inimaginable » 

Si les deux protagonistes de la rixe devraient être placées en garde à vue lorsque leur état de santé le permettra, l’affaire a causé un vif émoi dans la cité thermale.

« Jamais on aurait imaginé qu’une chose comme ça arriverait ici. C’est très calme, il n’y a jamais d’histoires. Je n’en reviens toujours pas, pour moi, c’est inimaginable », a confié Laetitia, qui réside à Vernet-les-Bains depuis 10 ans, aux journalistes de France Bleu.

« À part des jeunes qui se bagarrent de temps à autre… Mais là, je suis vraiment très étonnée, mortifiée. Je ne comprends pas. Ça me rend malade même », renchérit Georgia, une retraitée qui habite depuis plus de vingt ans une maison située à proximité du lieu où les faits se sont déroulés.

Abasourdi, Henri Guitart, le maire de Vernet-les-Bains, n’en revient toujours pas non plus.

« Pour une ville comme Vernet, ce n’est pas évident d’avoir des histoires comme ça… Depuis 1977 que je suis au conseil municipal, on a eu seulement un ou deux cas de cet acabit. C’est une commune très tranquille », conclut l’édile.

RECOMMANDÉ