Pyrénées-Orientales : sept chevaux affamés se trouvaient autour d’une jument moribonde

Par Nathalie Dieul
11 janvier 2020
Mis à jour: 11 janvier 2020

Sept chevaux affamés et en grande souffrance étaient abandonnés sans foin ni granules dans un terrain de Brouilla (Pyrénées-Orientales). Grâce au signalement d’un riverain, l’alerte a été donnée et les équidés ont été sauvés sur réquisition mardi. Malheureusement, il était trop tard pour l’une d’eux.

C’est le propriétaire de l’enclos qui a lancé l’alerte lorsqu’il a découvert l’état dans lesquels se trouvaient les animaux : il avait prêté gracieusement le terrain à la propriétaire des chevaux. Sans son intervention, les équidés à l’état de maigreur très avancée n’auraient pas survécu.

La huitième jument était déjà moribonde à cause de son état de malnutrition à l’arrivée des secours. Un vétérinaire a dû l’euthanasier pour abréger ses souffrances.

Sur les sept autres chevaux, deux des juments sont gestantes. Il y a également un poulain et deux étalons. Seuls la santé de ces derniers ne présente pas de danger immédiat pour leur vie, rapportent nos collègues de L’Indépendant. Les juments et le poulain ont été conduits à la SPA pour y être traités en urgence.

En plus des problèmes de malnutrition, les chevaux présentent des brûlures à cause de leurs couvertures qui n’étaient pas enlevées pendant la journée.

La détresse des équidés a été dénoncée par le propriétaire du terrain auprès de l’Association d’enquête contre la maltraitance animale (ASEMA), qui est intervenue en urgence avant de déposer une plainte pour mauvais traitement. Le sauvetage a été réalisé en présence des gendarmes d’Elne et des services vétérinaires de l’association.

Récidive de la propriétaire

L’association dénonce le fait que la propriétaire faisait une récidive : « Ce n’est pas la première fois qu’on a affaire à la propriétaire incriminée », regrette Isabelle Galaup, présidente de l’association. « On a déjà secouru ses montures il y a six mois sur un autre terrain où on était allé les chercher trop tard. À l’époque, on a pensé qu’ils avaient disparu mais en fait elle les avait cachés le temps de trouver une nouvelle âme charitable qui les abrite naïvement. »

Cette dame a malheureusement « encore une fois trouvé une âme charitable qui lui prête un terrain et comme à son habitude, ne vient plus les nourrir », a écrit l’ASEMA sur sa page Facebook.

De leur côté, les équidés reçoivent des soins depuis le début de leur sauvetage, bénéficiant de la générosité des internautes. « On a aussi commencé à les réalimenter très vite, on a reçu de nombreux dons, des  grains, des granulés, de l’orge, les gens ont été généreux », a expliqué la responsable des bénévoles.

RECOMMANDÉ