Qui aurait pu croire que l’élection américaine allait être sabotée par des fraudes ? Les médias auraient pu…

Par James Bowman
7 novembre 2020
Mis à jour: 10 novembre 2020

Dans un article publié dans le Daily Telegraph de Londres, le 5 novembre, Tom Harris a déploré la promesse du président américain Donald Trump de contester l’élection dans un ou plusieurs des États où il avait été déclaré perdant.

« Même Richard Nixon, la figure politique qui a le plus semé la discorde, a-t-il déclaré, a choisi de concéder un résultat électoral très serré en 1960 plutôt que de diviser la nation en contestant certains résultats douteux. Si seulement Donald Trump pouvait être aussi honnête et avoir les mêmes principes que ce sournois de Dickie. »

Je vous prie de m’accorder un instant pour que je vous signale quelques erreurs dans cette déclaration.

En 1972, Richard Nixon n’était pas plus semeur de discorde que tout autre homme politique élu à la présidence avec une faible marge, et il était manifestement beaucoup moins susceptible de créer des divisions que la plupart des autres, puisqu’il a remporté une victoire écrasante et retentissante lorsqu’il s’est présenté pour sa réélection quatre ans plus tard.

« Diviser » fait partie du rap médiatique sur Donald Trump, et les républicains en général, bien que la virulence de leur haine envers lui et, par extension, ses partisans me semble bien plus divisante que tout ce qu’il a fait.

Et puis il y a cette « élection très serrée » et ses « résultats douteux ». Même à l’époque, la propension de la machine politique démocrate de Chicago à trouver le nombre de voix nécessaire pour placer ses candidats au sommet était bien connue. Elle est même mieux connue depuis. Il est peut-être un peu plus que douteux que le ticket Kennedy-Johnson ait ou non gagné le peuple en Illinois et donc réellement remporté l’élection, comme l’histoire nous le montre.

Enfin, il y a l’affirmation que le sournois Dickie était « honnête » et « de principe ». Je crois que Richard Nixon était beaucoup plus honnête et doté de principes que ce que les gens reconnaissent aujourd’hui (ou alors), mais sa décision de ne pas contester le résultat de l’élection n’avait rien à voir avec l’honnêteté ou les principes. C’était le résultat d’un refus civique de faire subir au pays l’épreuve de l’incertitude et, oui, de la division qu’un long processus consistant à enquêter sur les irrégularités électorales aurait créé.

Si l’honnêteté ou les principes avaient été sa première préoccupation, il aurait contesté le résultat.

Je ne veux pas être trop dur avec M. Harris, un écrivain dont j’admire généralement le travail. Il est trop jeune pour se souvenir du monde politique en 1960 et des normes de comportement et de débat qui prévalaient alors. Il devrait réécouter les débats Nixon-Kennedy de cette année-là et les comparer aux récentes rencontres entre les candidats de cette année qui, ayant été largement limitées à des échanges d’insultes, ne méritent pas du tout le nom de débat.

Les médias se voient eux-mêmes

Eh bien, c’est comme ça qu’on fait les choses de nos jours. C’est ainsi que nous les faisons depuis que les médias ont découvert qu’il y avait plus d’argent à gagner dans l’émotion politique et l’indignation morale que dans la raison et la modération – depuis que les mondes de la politique et du divertissement sont devenus indissociables.

Les médias se plaisent à blâmer M. Trump pour cela, bien sûr. Ils aiment le blâmer pour tout et n’importe quoi. Mais la gigantomachie médiatique existait bien avant l’arrivée de l’actuel président sur la scène politique. La carrière politique de M. Trump est inimaginable si ce n’est le mélodrame de longue date que les médias ont fait de notre culture politique et qu’il ne fait que leur renvoyer.

En fait, je pense que c’est en grande partie la raison pour laquelle les médias le détestent tant. Ils le regardent, et ils se voient. Et ils n’aiment pas ce qu’ils voient.

Ce que nous devrions examiner, c’est la façon dont le Washington Post a accueilli ses lecteurs le matin suivant l’élection : « Avec un résultat final incertain, M. Trump lance une attaque contre l’intégrité du système électoral américain. »

Qui s’est attaqué à l’intégrité du système électoral ? Pendant des mois, le Post, ainsi qu’une grande partie des autres médias, avait accordé du crédit aux affirmations d’Hillary Clinton et de Joe Biden selon lesquelles M. Trump ne pouvait gagner que par la fraude – et qu’ils s’attendaient pleinement à une telle fraude -, ce que l’armée d’avocats que leur parti avait recrutés pour les litiges post-électoraux a amplement démontré.

En cela, bien sûr, les médias ont été parfaitement cohérents, car comme Mme Clinton et de nombreux autres démocrates, ils n’ont jamais accepté que l’élection de 2016 ait été légitime. Ils ont prêté à la fois leur poids éditorial et leur poids journalistique, tel que c’était, à tous les efforts déployés par les démocrates pour délégitimer le système électoral, supposé corrompu par « l’ingérence » russe, en même temps que la présidence Trump.

Et puis, lors de la seconde attaque, le 4 novembre, le Post a fait la une : « L’élection présidentielle est en jeu car Donald Trump prétend à tort qu’il y a eu fraude et revendique la victoire. »

Comment peuvent-ils savoir que l’affirmation du président est fausse au moment même où il la fait ? Il ont réagi aussi comme ça face à ses allégations selon lesquelles sa campagne a été « espionnée » par l’administration Obama ou que Joe Biden a exercé une influence corrompue en tant que vice-président sont fausses.

Ils ne balaient pas les dires du président en s’appuyant sur un examen minutieux des preuves, mais sur le simple appui de leurs propres « vérificateurs de faits » dont l’identité est inconnue et dont les efforts stakhanovites pour rapporter une panoplie de prétendues « déclarations fausses et trompeuses » que M. Trump aurait faites. Cette campagne de salissage mensongère a permis de modeler en temps la perception du public qui se trouve derrière Joe Biden lors du premier « débat » : « Tout le monde sait que tu es un menteur. »

Charges téméraires

En règle générale, si vous prenez l’habitude d’inverser les accusations faites par les médias envers le président pour toujours conclure qu’en fait ce sont eux qui ont fait ou font eux-mêmes la chose, vous ne vous tromperez pas beaucoup. Je trouve que, vu sous cet angle, mon propre scepticisme naturel à l’égard des allégations de fraude de Trump permet en quelque sorte de trouver les réponses dont j’ai besoin pour vérifier de quoi il s’agit.

Si je regarde les quatre dernières années, je ne vois aucun cas où la loi, la conscience ou l’esprit civique – ou l’honnêteté ou les principes d’ailleurs – ont empêché les médias ou les démocrates de porter des accusations de méfaits imprudentes et incendiaires contre le président sur la base de peu ou pas de preuves. Du mensonge à la trahison, de la fraude fiscale au suprémacisme blanc, il n’y a (jusqu’à présent) eu aucune accusation qu’ils ont poursuivie jusqu’au bout, et s’ils avaient pensé que le faire aurait aidé à libérer le peuple de l’emprise du président, ils l’auraient fait. La vérité, c’est qu’ils n’ont pas intérêt à approfondir les enquêtes en lien avec leurs accusations.

Devons-nous alors croire, comme le Post propose de le faire, qu’ils vont vouloir enquêter jusqu’au bout sur la fraude électorale ?

Est-il impossible que l’anarchie provenant des immigrants illégaux ou des manifestants d’Antifa et de Black Lives Matter et que les médias encouragent puisse également être encouragée par les responsables des élections ?

Je ne pense pas. Je pense cependant que l’allégation de fraude du président pourrait être juste, non pas parce qu’il l’a faite, mais parce que les médias et les démocrates l’ont faite en premier.

James Bowman est un chercheur du centre d’éthique et de politique publique. Auteur de Honor : A History (honneur : une histoire), il est critique de cinéma pour le magazine en ligne American Spectator et critique de médias pour la revue mensuelle New Criterion.

FOCUS SUR LA CHINE – La Chine réagit fortement aux élections américaines

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ