Rapport d’expertise criminelle : le logiciel Dominion a été conçu intentionnellement pour influencer les résultats des élections

Par Zachary Stieber
14 décembre 2020
Mis à jour: 15 décembre 2020

Une vérification criminalistique des machines et logiciels de Dominion Voting Systems dans le Michigan a montré qu’ils étaient conçus pour la fraude et influencer les résultats des élections, a déclaré lundi une société de données.

« Nous concluons que le Dominion Voting System est intentionnellement et délibérément conçu avec des erreurs inhérentes pour créer une fraude systémique et influencer les résultats des élections », a déclaré Russell Ramsland Jr., co-fondateur du Groupe d’opérations de sécurité allié, dans un rapport préliminaire.

« Le système génère intentionnellement un nombre extrêmement élevé d’erreurs de votes. Les bulletins électroniques sont ensuite transférés pour un arbitrage. Les erreurs intentionnelles conduisent à un traitement en masse des bulletins de vote sans surveillance, sans transparence et sans traçabilité des vérifications. Cela conduit à des fraudes électorales. Sur la base de notre étude, nous concluons que le Dominion Voting System ne devrait pas être utilisé au Michigan. Nous concluons en outre que les résultats du comté d’Antrim n’auraient pas dû être certifiés », a-t-il ajouté.

Russell Ramsland, un ancien fonctionnaire de l’administration Reagan qui a travaillé pour la NASA, et d’autres membres du groupe, ont examiné les produits Dominion dans le comté d’Antrim au début de ce mois dans le cadre d’une affaire en cours.

L’équipe a inspecté et effectué une duplication pour une expertise criminelle sur le serveur de gestion des élections du comté, qui fonctionnait sous Dominion Democracy Suite 5.5.3-002, avec des cartes Compact Flash utilisées par les circonscriptions locales dans leur système Dominion ImageCast, des clés USB utilisées par les Dominion Voter Assist Terminals, et des clés USB utilisées pour le registre du scrutin. Ils ont utilisé X-Ways Forensics et d’autres outils, notamment le logiciel Blackbag-Blacklight Forensic Software et la Virtual Box.

Le juge Kevin Elsenheimer, du 13e circuit, a approuvé l’expertise criminalistique dans l’affaire Bailey contre le comté d’Antrim, qui allègue que les tristement célèbres votes truqués par les fonctionnaires du comté le mois dernier n’ont peut-être pas été le résultat d’une erreur humaine, comme l’avaient prétendu les responsables.

Le juge Elsenheimer avait accepté lundi dernier de laisser le rapport de l’expertise être publié.

M. Ramsland a noté que les responsables du comté d’Antrim ont rapporté pour la première fois le soir du scrutin que le candidat démocrate à la présidence Joe Biden avait recueilli quelque 7 800 voix sur 12 423.

Deux jours plus tard, ils ont déclaré que le président Donald Trump avait en fait remporté le comté, recevant près de 9 800 voix sur plus de 17 000.

Puis, le 21 novembre, les fonctionnaires ont de nouveau mis à jour les chiffres, en retirant environ 1 300 voix à Joe Biden.

Selon M. Ramsland, le journal de comptage pour l’expertise criminalistique du serveur du comté a montré 15 676 événements individuels. Parmi ceux-ci, environ 68 % étaient des erreurs enregistrées.

« Ces erreurs ont entraîné des erreurs globales de dépouillement ou bulletins de vote envoyés en arbitrage. Ce taux d’erreur élevé prouve que le Dominion Voting System est défectueux et ne respecte pas les lois électorales fédérales ou d’État », a-t-il écrit.

« Un nombre stupéfiant de votes a nécessité un arbitrage. Il s’agit d’un problème de 2020 qui n’avait pas été observé lors des cycles électoraux précédents qui sont toujours stockés sur le serveur. Cela est dû à des erreurs intentionnelles dans le système. Les erreurs intentionnelles conduisent à un arbitrage en masse des bulletins de vote sans surveillance, sans transparence, ni traçabilité de vérification. Notre examen des journaux du serveur indique que ce taux d’erreurs élevé ne correspond pas aux tendances des années précédentes. La déclaration attribuant ces problèmes à l’erreur humaine n’est pas cohérente avec l’expertise criminalistique, qui indique plus fidèlement des erreurs systémiques de machine et/ou de logiciel. Les erreurs systémiques sont intentionnellement conçues pour créer des erreurs afin de pousser un grand nombre de bulletins de vote vers un arbitrage massif », a-t-il ajouté plus tard.

M. Ramsland a été engagé par William Bailey, le plaignant dans cette affaire.

« Russell James Ramsland, Jr. et son équipe à l’ASOG ont les compétences et l’expertise en matière de cybersécurité et de criminalistique qui ne peuvent pas être écartées. En fait, en regardant leur équipe, leurs brevets, leur expérience, nous avons maintenant une analyse crédible qui indique que, comme je l’avais prédit, les algorithmes utilisés dans le système de vote Dominion sont intentionnellement et délibérément conçus pour créer une fraude systématique et influencer les résultats des élections et, dans ce cas, pas en faveur du président Trump », a déclaré Gary Miliefsky, membre fondateur du ministère américain de la Sécurité intérieure et éditeur du magazine Cyber Defense.

Dans une déclaration séparée, Gustavo Delfino, un résident du Michigan, a déclaré qu’il avait participé à une élection en 2004 dans son pays natal, le Venezuela. Il a déclaré avoir été témoin d’événements étranges et avoir découvert par la suite des divergences impliquant des ordinateurs Smartmatic. Il s’est dit alarmé lorsqu’il a appris que cette technologie était utilisée lors de l’élection présidentielle du 3 novembre et a déclaré que le schéma des soi-disant dysfonctionnements et des machines de vote connectées à internet correspondait à ce qui s’était passé dans son pays il y a près de vingt ans.

Le bureau de la secrétaire d’État démocrate du Michigan, Jocelyn Benson, Dominion et un porte-parole du comté d’Antrim n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Erik Grill, un assistant du procureur général, a déclaré au juge lundi matin que le rapport préliminaire était « inexact, incomplet et trompeur ». Haider Kazim, un avocat du comté, a déclaré qu’il contenait plusieurs erreurs que le comté estime être basées sur « des hypothèses erronées et des suppositions incorrectes ».

Élections américaines – La Chine finance la surveillance sur Facebook

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ