Un rare chiot sauvage en voie de disparition est déposé par un aigle dans le jardin d’une Australienne

Par Lori C. Summers
10 mai 2020
Mis à jour: 10 mai 2020

Lorsqu’une australienne a trouvé un petit animal gémissant et blessé dans son jardin, elle a tout de suite pensé que c’était un renard, ou un chiot. Après sa visite chez le vétérinaire et un test d’ADN, le petit animal s’est avéré être un dingo (chien sauvage australien) de pure race.

De tels animaux sont en danger d’extinction dans le pays, et ce petit pourrait s’avérer un atout inestimable pour un projet de conservation et d’élevage.

C’était un jour d’août lorsque Jayne Guiney a trouvé le chiot alors qu’il se cachait dans son jardin à Wandiligong, Victoria. « Je me suis réveillée ce jour-là et suis sortie et j’ai entendu un gémissement derrière la maison, j’ai jeté un coup d’oeil vers l’arrière de la maison et j’ai vu un petit animal juste au bord de ma falaise de trois mètres », se souvient Guiney, pour Dodo.

(Avec l’aimable autorisation de Wandi Dingo)

Elle explique que dès qu’elle l’a prise dans ses bras, la créature effrayée s’est blottie contre elle. Elle a pensé que c’était soit un renard, soit un chien. En raison des blessures au dos du chiot, Guiney a supposé qu’un oiseau de proie avait dû le faire tomber.

Après avoir passé une journée à s’occuper du petit animal, Guiney l’a emmené à l’Hôpital Alpin pour Animaux. « C’était un chiot quand il nous a été amené, donc il devait avoir environ huit à dix semaines », a expliqué le vétérinaire Dr Bec Day, selon ABC Australia. « La résidente n’avait entendu aucun appel [d’autres dingos]. C’était donc une petite âme solitaire attendant dans un jardin. »

(Avec l’aimable autorisation de Wandi Dingo)

Selon ses propres termes, la vétérinaire a ajouté que le chiot, maintenant appelé Wandi, « était adorable, vraiment aussi mignon qu’un chiot ». Plus remarquable encore, lorsque l’hôpital a testé son ADN, il s’est avéré être un dingo de race pure, ce que le vétérinaire a qualifié « d’incroyable ».

Wandi avait été transféré au sanctuaire de la Fondation Australienne des Dingos, où il semble s’intégrer parfaitement. Il s’est même fait des amis. « Wandi a un petit camarade de jeu du même âge, car il est né au moment idéal pour les dingos en hiver », explique Lyn Watson, directrice de la fondation.

Kevin Newman, bénévole de la Fondation dingo, a déclaré que Wandi montrait tous les signes d’adaptation à son nouvel environnement. Malheureusement, son espèce semble avoir un peu mauvaise réputation auprès des agriculteurs australiens qui les considèrent comme dangereux. « Beaucoup d’Australiens les considèrent comme une menace pour l’agriculture, même s’ils n’aiment pas vraiment les moutons, car ils ne peuvent pas transformer la graisse, et ils sont certainement trop petits pour s’attaquer au bétail », a déclaré Newman au Dodo.

Lyn Watson est assise avec deux dingos dans son centre de découverte et de recherche sur les dingos à Toolern Vale, dans la campagne de Victoria. (WILLIAM WEST/AFP via Getty Images)
(Avec l’aimable autorisation de Wandi Dingo)

Selon Watson, les dingos sont une espèce menacée en Australie. « L’habitat du dingos alpin est donc non seulement en train de disparaître, mais la persécution de cet animal – parce qu’il ressemble malheureusement à un chien – a poussé ce magnifique dingo alpin très près de l’extinction », a-t-elle expliqué.

C’est pourquoi Wandi est un complément essentiel au programme d’élevage et de conservation de la fondation. « Pour nous, il va être une petite chose très précieuse », a ajouté Watson, « selon son développement éventuel et la façon dont il continue à s’entendre avec tous les autres dans le sanctuaire, il a toutes les caractéristiques que nous exigeons avant d’entreprendre un élevage. »

(Avec l’aimable autorisation de Wandi Dingo)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ