Le rédacteur en chef du Global Times propose de forcer le peuple chinois à envahir Taïwan

Par Nicole Hao
3 avril 2021
Mis à jour: 3 avril 2021

Le rédacteur en chef du journal d’État chinois Global Times a déclaré mercredi que Taïwan devait être unifiée par la force et que les anciens combattants devaient forcer les jeunes à se battre sur les lignes de front.

« Je dois aller sur le champ de bataille [Chine-Taïwan]. En tant que vétéran, je rejoindrai l’armée si nécessaire », a répondu Hu Xijin, rédacteur en chef du tabloïd, à un internaute sur le média social chinois Weibo.

« Je t’attraperai[le jeune internaute masculin] et t’enverrai bombarder les bunkers de l’île en tant que membre du commando. Si tu oses t’enfuir, je te tirerai dessus par derrière », a ajouté Hu.

Taïwan fait face à la Chine continentale de l’autre côté du détroit de Taïwan. Le régime chinois revendique l’île comme la sienne, bien que Taïwan soit un pays indépendant de facto, avec sa propre armée, son gouvernement démocratiquement élu et sa constitution.

Hu Xijin, rédacteur en chef du tabloïd d’État chinois Global Times, parle d’une guerre Chine-Taïwan à Pékin, en Chine, le 25 septembre 2020. (Capture d’écran/chaîne YouTube de Hu Xijin)

La posture menaçante du PCC

Au cours des dernières décennies, les autorités de Pékin ont tenté d’unifier Taïwan de manière pacifique, selon la formule « un pays, deux systèmes » qu’elles ont également utilisée pour gouverner Hong Kong et Macao. Ces derniers mois, le régime chinois a maintenu la menace d’unifier la nation insulaire par la force.

En tant que rédacteur en chef d’un média d’État, Hu s’exprime de manière plus agressive sur les sujets relatifs à Taïwan ces derniers temps.

« Ne croyez pas qu’il y ait un détroit [qui puisse vous protéger de l’attaque de la Chine]. Vous avez une armée [pour vous défendre], et les États-Unis vous soutiennent en vertu de la ‘Loi sur les relations avec Taïwan' », a-t-il posté sur le média social chinois Weibo mardi. « Les autorités du Parti démocratique progressiste (DPP) [taïwanais] devraient faire preuve de lucidité. »

Hu a ensuite menacé Taïwan que le régime chinois pourrait utiliser la façon dont il a traité les militants pro-démocratie de Hong Kong pour traiter les Taïwanais si Taïwan prend de nouvelles mesures.

Le bombardier Xian H-6 (Wikimedia Commons)

Le régime chinois a promis de maintenir la gouvernance indépendante de Hong Kong pendant 50 ans, jusqu’en 2047, avant de reprendre la ville au Royaume-Uni. Il a affirmé que la ville serait dirigée par les Hongkongais et que le gouvernement central ne se mêlerait pas de son administration.

Cependant, les autorités de Pékin ont adopté une série de lois et de règles visant à restreindre l’autonomie et les libertés de la ville. Au cours des derniers mois, elles ont arrêté des militants pro-démocratie de Hong Kong.

Le 30 mars, le régime chinois a finalisé une refonte radicale du système électoral de Hong Kong, réduisant considérablement la représentation démocratique dans la ville, les autorités cherchant à s’assurer que ceux qui dirigent le centre financier mondial soient des personnes fidèles au PCC.

Le 30 juin 2020, le régime a adopté la loi sur la sécurité nationale, qui donne à Pékin le pouvoir absolu de cibler des individus pour tout acte de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères. En vertu de cette loi, les militants pro-démocratie de Hong Kong peuvent être emprisonnés à vie s’ils sont reconnus coupables.

Le législateur pro-démocratie Ted Hui (au centre, chemise bleue) est escorté par la sécurité hors du Conseil législatif après que des législateurs pro-démocratie ont perturbé une réunion du Comité de la Chambre concernant la deuxième lecture d’un projet de loi sur l’hymne national dans la chambre à Hong Kong le 22 mai 2020. (Anthony Wallace/AFP via Getty Images)

Hostilité du PCC

Hu a appuyé une hostilité accrue envers Taïwan et les États-Unis. Il a constamment mis l’accent sur les relations entre Taïwan et les États-Unis lorsqu’il s’est exprimé sur des sujets relatifs à Taïwan. Le soutien des États-Unis à Taïwan est l’un des plus grands obstacles qui a suscité la colère du régime chinois.

Le 6 décembre 2020, Hu a publié un éditorial sur Global Times dans lequel il encourageait une guerre dans le détroit de Taïwan si le secrétaire d’État américain de l’époque, Mike Pompeo, se rendait à Taïwan.

« Quelle que soit la réaction forte de la Chine continentale [pour répondre aux États-Unis], les gens dans le monde peuvent comprendre », a écrit Hu. « Nous devrions envoyer nos avions de guerre au-dessus de Taïwan. […] Une fois que l’armée taïwanaise tire [sur les avions de guerre chinois], cela signifie la guerre, et notre armée peut immédiatement mener une attaque dévastatrice sur les importantes installations militaires taïwanaises, comme les aéroports. »

En fait, Pompeo ne s’est pas rendu et n’a pas annoncé de projet de voyage à Taïwan à cette époque. Hu a créé des sujets pour menacer Taïwan.

Le 25 septembre 2020, Hu a affirmé sur sa chaîne YouTube que les États-Unis prévoyaient de déployer des troupes à Taïwan. Il a ensuite menacé : « Vous[les États-Unis et Taïwan] devriez vous préparer à une guerre si vous osez faire cela. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ