Redevance TV : des députés veulent l’imposer aux personnes sans télé et aux entreprises

Par Léonard Plantain
15 octobre 2020
Mis à jour: 15 octobre 2020

Afin de faire évoluer la redevance TV vers une « universalisation de la contribution », des députés souhaitent, tout en abaissant son prix, l’imposer aux personnes sans télévision et aux entreprises.

C’est un sujet sensible qui est relancé : une quarantaine d’élus principalement issus de La République en marche ont plaidé pour une « universalisation » de la contribution à l’audiovisuel public (CAP). Un amendement proposé par Bruno Studer, le président de la commission des affaires culturelles. Ces derniers souhaitent faire baisser son montant, mais en la faisant payer à tous les foyers fiscaux (même ceux sans télévision) et aux entreprises, relate Les Échos.

« On considère que les Français écoutent la radio, regardent la télévision sur smartphone, etc. Sans compter que France Télévisions, notamment, contribue très largement à la création française et les différents groupes au rayonnement de la France », explique Bruno Studer. En outre, la taxe passerait de 138 à 100 €, avec le maintien de certaines exonérations.

Actuellement, la redevance est adossée à la taxe d’habitation, qui est en voie de disparition. Ces parlementaires veulent donc s’assurer que l’audiovisuel public pourra continuer à bénéficier d’un financement pérenne. En effet, cette redevance génère aujourd’hui plus de 3 milliards d’euros nets par an, et est la principale source de financement de France Télévisons, Radio France, etc., relate 20 Minutes.

De son côté, avec la fin de la taxe d’habitation, le gouvernement continue de réfléchir à l’évolution de la CAP. Néanmoins, la question de la redevance TV agite toujours autant les débats publics.

Au printemps 2019, l’ancien ministre des Comptes publics Gérald Darmanin avait proposé de supprimer la CAP, provoquant une levée de boucliers des défenseurs du service public. Puis, en novembre 2019, Franck Riester, le prédécesseur de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, avait assuré que le gouvernement maintiendrait quoi qu’il arrive un financement pérenne et spécifique pour l’audiovisuel public, afin de garantir « une indépendance par rapport au pouvoir politique », mais aucune précision n’a été donnée depuis.

FOCUS SUR LA CHINE – 7 ans de prison pour avoir vendu des livres



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ