Pourquoi le régime chinois a-t-il si peur du spectacle de danse Shen Yun ?

Par Cathy He
22 novembre 2019 Mis à jour: 26 novembre 2019

Les artistes de la compagnie Shen Yun Performing Arts ont déjà l’habitude des tentatives du régime communiste chinois d’arrêter leurs représentations.

Au cours des 13 années écoulées depuis la création de la compagnie, le régime chinois a déployé toute une gamme de tactiques : en particulier, faire pression sur les théâtres pour qu’ils ne signent pas de contrats avec Shen Yun, saboter les autocars qui transportent les artistes, des attaques contre Shen Yun en ligne et d’autres tactiques visant à entraver les représentations de la compagnie dans tous les endroits où elle va.

Pourquoi alors entreprendre tous ces efforts pour empêcher un spectacle de danse classique de se produire ?

Cette vaste campagne d’interférences provient de la peur du Parti communiste chinois (PCC) – peur de ce que Shen Yun présente sur scène, a expliqué l’animateur de la compagnie Leeshai Lemish dans sa récente interview accordée à Epoch Times.

Shen Yun est une compagnie de danse classique chinoise, fondée en 2006 par un groupe d’artistes à New York. Selon son site web, sa mission consiste à transmettre l’héritage de 5 000 ans de culture traditionnelle chinoise à travers la musique et la danse.

En plus de nombreuses danses présentant des histoires du passé ancien de la Chine, la compagnie présente également des scènes modernes qui exposent la persécution – qui se poursuit encore aujourd’hui – de la pratique spirituelle du Falun Gong par le régime chinois.

Cette discipline, qui comprend des exercices, de la méditation et un travail sur soi basé sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance, était pratiquée par environ 70 millions à 100 millions de Chinois à la fin des années 1990. Depuis 1999, elle est brutalement réprimée par le PCC. Le parti craignait la popularité grandissante du Falun Gong ainsi que son indépendance vis-à-vis de l’État-Parti chinois.

Les pratiquants de Falun Gong marchent du Capitole au Monument de Washington, à Washington, le 18 juillet 2019. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Les pratiquants de Falun Gong ont été massivement arrêtés, emprisonnés, soumis au lavage de cerveau, à la torture et même à la mort. Des preuves de plus en plus nombreuses, y compris le jugement rendu par un tribunal populaire indépendant en juin dernier, montrent que le régime chinois a massivement tué les pratiquants emprisonnés afin de s’emparer de leurs organes, revendus ensuite à des prix très lucratifs sur le marché des transplantations.

« C’est un sujet que Pékin veut cacher aux gens », a souligné M. Lemish.

Une menace

Leeshai Lemish a expliqué que le régime chinois considère la compagnie Shen Yun Performing Arts comme une menace en raison de son exposition de la persécution de Falun Gong, un sujet qui est strictement tabou en Chine.

« Voici un groupe [Falun Gong] qu’ils ont essayé de faire taire et de faire disparaître et, tout à coup, leur histoire est présentée au Lincoln Center de New York et dans le monde entier devant des présentateurs de télévision, des politiciens, des hommes d’affaires et ainsi de suite », a-t-il poursuivi.

En même temps, a fait remarquer M. Lemish, la mission de Shen Yun va à l’encontre des objectifs de l’État-Part chinois : « Ce que Shen Yun fait est diamétralement opposé à ce que le Parti communiste a toujours essayé de faire. »

Après la création du PCC au début des années 1900, « la première chose que le parti a essayé de faire était de détruire la culture traditionnelle et de la remplacer par le marxisme et l’athéisme importés de l’Union soviétique et, finalement, par le maoïsme ».

Par le biais de diverses campagnes, notamment la Révolution culturelle, le Parti a effectué le déracinement de la culture chinoise, a martelé M. Lemish.

La Révolution culturelle des années 1960 et 1970 a été une campagne politique lancée par le dictateur Mao Zedong dans le but d’éradiquer les « quatre vieux » (vieilles idées, vieille culture, vieilles coutumes, vieilles habitudes). Les aspects de la culture traditionnelle ont été qualifiés de « superstition féodale » et jugés anti-révolutionnaires. Des sites historiques, des textes anciens et des répliques des personnalités de la culture ont été détruits.

Des cadres du Parti communiste accrochent une pancarte au cou d’un Chinois. Les mots sur la pancarte indiquent le nom de l’homme et l’accusent d’appartenir à la « classe noire » (domaine public).

« Aujourd’hui, il s’agit de plusieurs générations… les gens n’ont qu’une idée très, très vague de ce qu’était la culture », a commenté M. Lemish.

La présentation par Shen Yun de la culture traditionnelle authentique, imprégnée de spiritualité, a permis aux Chinois de renouer avec leur culture, a-t-il poursuivi.

« Nous avons des spectateurs qui disent des choses comme : ‘quand j’ai vu cela, j’ai vraiment réalisé que c’était notre vraie culture’ ou ‘je me souviens de ce que mes grands-parents m’ont dit’ ou ‘c’est incroyable que ce soit en dehors de la Chine que j’aie pu retrouver mes vraies racines.’ »

Le fait que de plus en plus de gens retrouvent et comprennent la culture détruite par le régime chinois devient donc une menace pour le contrôle autoritaire de ce régime.

« Si les gens découvrent la culture traditionnelle chinoise et commencent à se demander ‘qu’est ce que le Parti communiste fait ici ? Qu’est-ce que cette culture importée [de l’Occident] que nous avons ?’ »

« C’est une question de légitimité pour le Parti », a conclu M. Lemish.

RECOMMANDÉ