Le régime chinois intensifie la propagande mondiale sur la pandémie de coronavirus

Par Bowen Xiao
14 mars 2020
Mis à jour: 14 mars 2020

Le Parti communiste chinois a intensifié ses efforts de propagande pour contrôler le récit entourant le nouveau coronavirus, en repoussant les critiques et en montrant que Pékin gère efficacement l’épidémie.

La propagande du régime est passée par plusieurs phases, d’abord en ignorant la gravité de l’épidémie, puis en créant une couverture positive, et maintenant en blâmant les États-Unis.

Des documents internes du gouvernement obtenus précédemment par Epoch Times ont mis en évidence la façon dont le régime a brouillé le suivi des données et censuré les discussions sur l’épidémie, alimentant ainsi la propagation du virus.

Les autorités communistes de haut rang ont fait pression sur quelques points de discussion pour détourner les reproches, notamment sur le fait que l’origine du virus n’est pas claire et pourrait provenir des États-Unis – une conspiration récemment poussée par le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian.

Le virus est apparu pour la première fois dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, en décembre 2019.

« Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis ? Combien de personnes sont infectées ? Quels sont les noms des hôpitaux ? C’est peut-être l’armée américaine [sic] qui a amené l’épidémie à Wuhan », a écrit Zhao sur Twitter le 12 mars. « Soyez transparents ! Rendez publiques vos données ! Les États-Unis nous doivent une explication ! »

Le régime de Pékin a également fait valoir que ses efforts pour contenir le virus ont permis à la communauté internationale de gagner du temps pour se préparer, sur le compte Twitter officiel du ministère chinois des Affaires étrangères on peut lire que « les efforts de la Chine pour combattre l’épidémie ont permis de gagner du temps pour la préparation internationale. Notre contribution est visible par tous ».

Un économiste de Harvard s’est fait l’écho de ce constat, en déclarant dans une interview accordée le 9 mars au programme Marketplace de NPR que « la Chine a vraiment fait un excellent travail en nous faisant gagner du temps ».

Les médias d’État chinois ont fait circuler des histoires sur la capacité de la Chine à contenir la maladie, au moment même où le régime de Pékin accusait les États-Unis de semer la peur autour de l’épidémie chinoise.

« Il y a eu une campagne répétée et implacable contre les États-Unis et elle a été malveillante, irresponsable, fausse bien sûr et dangereuse », a déclaré Gordon Chang, auteur et expert de la Chine, à Epoch Times. « Toute cette idée que la Chine puisse aider le monde est erronée et même dangereuse ».

Selon M. Chang, le régime de Pékin s’est attaché à ce récit parce que l’épidémie est devenue une crise « existentielle » pour le pouvoir du Parti communiste chinois. « Parce que le peuple chinois est bouillonnant, en colère, il exige un changement politique fondamental et la Chine doit donc changer de sujet pour montrer […] que le Parti communiste est à la tête de la défense. »

M. Chang pense que d’autres documents de propagande de ce type seront publiés dans les prochains jours. « Pékin va les poursuivre sans relâche car il considère que c’est essentiel à sa survie », a déclaré M. Chang, ajoutant que « les États-Unis ont un allié qui est le peuple chinois et nous ne devons jamais oublier que notre ennemi est le régime ».

Le régime de Pékin a également accusé les États-Unis de créer la panique en appliquant des restrictions aux voyageurs en provenance de Chine.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses aux Instituts nationaux de la santé, a déclaré que l’interdiction de voyager avait fait une différence dans la lutte contre la propagation du virus aux États-Unis.

Selon Sarah Cook, analyste principale de recherche pour la Chine, Hong Kong et Taïwan à Freedom House, un groupe de défense des droits de l’homme basé aux États-Unis, l’histoire du jeu des reproches contre les États-Unis prend de l’ampleur et semble être l’un des points de discussion les plus en vigueur, non seulement pour les pays extérieurs à la Chine, mais aussi pour les personnes à l’intérieur de la Chine.

« Il semble qu’ils soient tombés sur cette dernière par hasard, alors que diverses théories de conspiration de ce genre ont commencé à circuler sur les médias sociaux, puis les fonctionnaires s’y sont greffés et ont amplifié le récit après avoir découvert qu’il était en fait convaincant », a déclaré Cook par e-mail à Epoch Times.

Sarah Cook a déclaré que ce « récit anti-américain » a trouvé un écho en Chine et a, dans une certaine mesure, « réussi à détourner la colère et la frustration du Parti ». Elle a déclaré que le récit était « subtilement alimenté par les déclarations officielles, les rapports des médias d’État et l’absence pratique de censure pour les posts qui rejettent la faute sur les États-Unis ».

Aux États-Unis, plus de 1 200 personnes ont contracté le virus et au moins 33 personnes sont mortes, selon les données compilées par le Centre pour la science et l’ingénierie des systèmes de l’Université John Hopkins, au moment de la rédaction du présent document.

La Maison-Blanche et le Département d’État n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

RECOMMANDÉ