Le régime chinois est prêt à attaquer Taïwan

Par Alexander Liao
13 avril 2021
Mis à jour: 13 avril 2021

Les activités récentes du régime chinois à proximité du détroit de Taïwan ont considérablement augmenté et ses activités internes indiquent qu’il se prépare à une attaque contre Taïwan.

Le 23 mars, l’amiral américain John Aquilino a déclaré, lors d’une audition sur sa nomination au poste de commandant du commandement indo-pacifique des États-Unis (INDOPACOM), que le PCC pourrait attaquer Taïwan bien plus tôt que ce à quoi la plupart des gens s’attendent.

Au cours des 2 dernières années, le Parti communiste chinois (PCC) a effectué les derniers préparatifs pour attaquer Taïwan. Néanmoins, le moment et l’intensité de l’attaque dépendent probablement de leur conviction quant à savoir si oui ou non les États-Unis soutiendront pleinement Taïwan.

Récemment, des avions de chasse chinois ont fréquemment pénétré dans la zone d’identification de défense aérienne sud-ouest de Taïwan, tandis que le groupe de combat du porte-avions chinois Liaoning a pénétré dans le détroit de Miyako, entre Okinawa et l’île japonaise continentale de Miyako. Cela correspond au plan d’encerclement du PCC. Si une guerre commence, le PCC utilisera probablement l’armée de l’air comme force principale pour contrôler le détroit de Bashi dans le sud-ouest de Taïwan afin de bloquer les forces américaines dans l’océan Indien et à Singapour. Le PCC utilisera probablement le groupe de combat du porte-avions Liaoning pour contrôler Okinawa et défendre le continent contre le Japon et l’armée américaine.

La préparation au combat

Le 10 février, le dirigeant chinois Xi Jinping est allé inspecter la base militaire de Fujian, une province située sur la côte sud-est de la Chine, à moins de 321 kilomètres de Taïwan. En avion, il ne faut qu’un peu plus de 30 minutes pour se rendre à Taïwan depuis Fuzhou, la capitale de la province de Fujian.

Une capture d’écran de Google Earth : Fuzhou, la capitale de la province de Fujian, en Chine, n’est qu’à 30 minutes d’avion de Taïwan. (Capture d’écran via Epoch Times)

L’agence de presse officielle du PCC, Xinhua, a rapporté que Xi est arrivé au deuxième corps mobile de la Force de police armée du PCC au Fujian et a prononcé un discours, soulignant l’importance de la préparation au combat de la base militaire.

La mission du corps mobile de la police armée est différente de celle du corps général de la police armée de la province. Il est doté d’armes et d’équipements plus puissants. Les unités mobiles de la police armée sont généralement équipées de véhicules blindés, de véhicules d’infanterie, de canons à tir rapide, de fusils à grenade, de drones ou d’hélicoptères. Un responsable a déclaré que la nature de la tâche du corps mobile est de « traiter les rébellions et les émeutes, le contre-terrorisme et le maintien de la stabilité, les opérations de soutien interrégional, le traitement des combats de groupe et les opérations spéciales urbaines ».

Les officiers et les soldats du corps mobile de la police armée sont tous des élites de la police armée, et le niveau de combat proprement dit dans l’entraînement quotidien est très élevé. En temps de guerre, les unités mobiles de la police armée se concentrent principalement sur le soutien à l’Armée populaire de libération (APL) dans le cadre d’opérations de défense.

En plus des véhicules blindés, des véhicules d’infanterie et d’autres véhicules mobiles, le corps mobile de la police armée est également équipé d’hélicoptères. Le deuxième corps de police armée dispose au total de plus de 50 hélicoptères.

Il va sans dire que la cible du deuxième corps mobile de la police armée est très probablement Taïwan.

Des marins de la marine chinoise se tiennent sur le pont d’une frégate à missiles à Manille, le 13 avril 2010. (Ted Aljibe/AFP/Getty Images)

La stratégie militaire générale à l’égard de Taïwan est la suivante . Si on attaque Taïwan, la Force des Fusées de l’APL prendra la tête. La Force des Fusées est le service spécial de Chine responsable des missiles nucléaires et conventionnels. La force des fusées sera suivie par l’armée de l’air, qui sera suivie par la marine et la force d’assaut. Une fois que les troupes offensives auront établi une position de tête de pont à Taïwan, ou utilisé l’aéroporté pour prendre le contrôle d’une certaine zone, la vague suivante sera constituée par le deuxième corps mobile de la police armée. Ils sont chargés de réparer ou d’agrandir le terminal de l’aéroport et de créer les conditions nécessaires à l’entrée des troupes suivantes.

Il est également important de noter qu’en octobre dernier, Xi s’est rendu à Chaozhou, dans le Guangdong, principalement pour inspecter la quatrième brigade de marine, dont le quartier général se trouve à Jieyang, dans le Guangdong. Le PCC dispose au total de 7 brigades de marine et de 2 brigades de marine dans le commandement du théâtre oriental des opérations, l’une au Fujian et l’autre au Guangdong. Le théâtre oriental constitue la force principale dans la guerre contre Taïwan, aussi la brigade des Marines du théâtre oriental est-elle stationnée dans la partie sud de celui-ci – la région de Chaoshan dans le Guangdong – qui est très proche de Taïwan. La mission de la quatrième brigade des Marines est de faire un raid sur la partie sud de Taïwan ou de s’emparer de l’île de Dongsha, l’unité est donc connue comme la force d’assaut pour s’emparer de l’île.

L’importance de Taïwan

Pourquoi Taïwan est-il si important pour Xi et le PCC ?

Xi s’intéresse beaucoup à Taïwan et a une connaissance approfondie de l’île autonome, qui se trouve à environ 161 kilomètres de la côte du sud-est de la Chine, de l’autre côté du détroit de Taïwan.

Xi était autrefois un soldat actif de l’Armée populaire de libération de la Chine (APL). Après avoir quitté l’université de Tsinghua en 1979, il a d’abord occupé le poste de secrétaire au sein du bureau de la Commission militaire centrale du PCC. En 1983, Xi a quitté l’armée pour devenir secrétaire du comité du parti dans le comté de Zhengding, dans la province du Hebei. Deux ans plus tard, il est muté à Xiamen, dans la province de Fujian, en tant que maire adjoint. C’est à partir de ce moment-là qu’il a commencé sa carrière politique de 17 ans à Fujian.

Dans ses discours publics, Xi a déclaré que l’un des signes de la réémergence de la nation chinoise était la réunification avec Taïwan. Selon lui, même si la Chine devient une puissance dominante en tant que deuxième économie et devient une puissance mondiale, sans Taïwan unifiée à la Chine, le PCC ne peut être considéré comme ayant véritablement réussi. Aux yeux des dirigeants du Parti de la deuxième génération comme Xi Jinping, l’héritage de Mao Zedong a été de s’emparer du pouvoir de la Chine et celui de Deng Xiaoping de conduire la Chine sur la voie d’une croissance économique rapide. L’héritage de la troisième génération doit être d’unifier la Chine. Si Taïwan n’est pas réunifiée avec la Chine, la légitimité et le statut historique de la troisième génération de dirigeants du PCC sont menacés.

La préparation à la guerre

Bien sûr, la véritable victoire dans une guerre ne se gagne jamais uniquement au combat. La logistique, le transport et le contrôle interne sont également des facteurs extrêmement importants qui mènent au succès des opérations de guerre. Dans ces domaines, le régime chinois a également été occupé à faire des préparatifs.

L’année dernière, le PCC a commencé à acheter une grande quantité de céréales, de pétrole et de divers minéraux à l’étranger. Leur comportement concernant l’achat de nourriture soulève de sérieuses inquiétudes. Le PCC a officiellement déclaré que la production intérieure de céréales de la Chine avait atteint un record l’année dernière, alors que les achats de céréales du gouvernement à l’étranger ont été multipliés par deux.

Il y a aussi le problème du contrôle interne.

Récemment, des informations sont parvenues de Shanghai selon lesquelles tous les non-résidents entrant dans la ville doivent s’enregistrer dans les 24 heures, sous peine de se voir infliger une amende de 5 000 yuans (640 €). La fonction de la ville est le commerce.

En tant que plus grande ville de Chine, Shanghai est également le plus grand centre d’échanges commerciaux de Chine. Les transactions commerciales impliquent un grand nombre de migrants, de sorte que presque tout le monde est troublé par la politique de Shanghai selon laquelle tous les non-résidents de Shanghai, même les citoyens chinois, doivent s’enregistrer pour entrer dans la grande ville.

Cependant, considérée dans la perspective d’une guerre ou d’une période de préparation à la guerre, elle devient raisonnable. Si le PCC attaque Taïwan, il est très probable qu’il lance un raid de missiles sur les villes de Taïwan, et Taïwan prendra des contre-mesures. En plus des objectifs militaires, une fois que la guerre s’intensifie, Shanghai est susceptible de devenir une cible. On estime que d’autres villes de l’est et du sud de la Chine, en particulier celles qui disposent d’importantes voies de circulation, ne seront pas épargnées.

Par conséquent, à en juger par ces signes superficiels, le PCC a déjà fait ou est en train de faire des préparatifs pour une attaque à grande échelle contre Taïwan.

Au cours des 2 dernières années, la coopération des États-Unis avec l’armée taïwanaise a servi de prétexte aux préparatifs de guerre du PCC, qui ont progressé à un rythme accéléré. À l’heure actuelle, l’OTAN des États-Unis pour l’Asie-Pacifique n’a pas encore pris forme, et un grand nombre d’armes de pointe vendues à Taïwan ne sont pas encore arrivées pour être déployées. Il faudra environ 5 à 6 ans pour que l’ensemble des États-Unis achève de se déployer à Taïwan. C’est pourquoi les généraux américains de haut rang craignent que le PCC n’attaque Taïwan avant la fin des 6 années à venir.

Pour le PCC, ces 6 années sont une fenêtre de temps précieuse. La Chine pourrait perdre l’occasion de contrôler Taïwan si les événements suivants se produisent : la croissance économique de la Chine continentale ralentit ; le développement de la technologie militaire de la Chine commence à prendre du retard ; la Chine se trouve freinée par les États-Unis et ses alliés comme le Japon, la Corée du Sud, l’Inde et l’Australie.

Si le PCC est enclin à prendre des risques, il pourrait s’emparer de Taïwan par la force au cours des 2 prochaines années, tant que la fenêtre d’opportunité n’est pas encore fermée. Sinon, l’opportunité pourrait être perdue à jamais pour cette troisième génération de responsables du Parti communiste chinois.

Alexander Liao est un chroniqueur et un journaliste qui effectue des recherches sur les affaires internationales aux États-Unis, en Chine et en Asie du Sud-Est. Il a publié un grand nombre de rapports, de commentaires et de programmes vidéo dans des journaux et des magazines financiers chinois aux États-Unis et à Hong Kong.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ