Le régime chinois procède à l’arrestation de la mère d’une virologiste dissidente qui accusait Pékin d’avoir dissimulé le virus

Par Eva Fu
6 octobre 2020
Mis à jour: 6 octobre 2020

Les autorités chinoises ont récemment arrêté la mère d’une virologiste chinoise qui a accusé le régime de Pékin de dissimuler la pandémie du Covid-19.

Yan Limeng a confirmé l’arrestation de sa mère au journal Epoch Times le 5 octobre, mais a refusé de donner plus de détails.

Mme Yan, qui a fui Hong Kong et demandé l’asile aux États-Unis en avril, a récemment publié un article dont elle est co-auteur, qui affirme que les « caractéristiques biologiques » du virus suggèrent qu’il ne provient pas de la nature. L’étude n’a pas fait l’objet d’un examen par des pairs.

Chercheur postdoctoral à l’université de Hong Kong avant de venir aux États-Unis, Mme Yan avait travaillé au laboratoire de santé publique de l’université, qui effectue des recherches sur les coronavirus pour l’Organisation mondiale de la santé. Le 31 décembre de l’année dernière, après que les autorités chinoises ont reconnu des dizaines de cas d’infection à Wuhan, son superviseur lui a demandé de mener une « enquête secrète » par l’intermédiaire de son réseau en Chine continentale, a-t-elle déclaré lors d’une interview il y a quelque temps.

Son patron l’a retirée de l’affaire, mais lui a demandé à nouveau d’intervenir peu de temps après – avec un avertissement de ne pas « franchir la ligne rouge », a-t-elle déclaré.

Les recherches, a-t-elle dit, l’ont amenée à conclure que la situation était bien plus sombre que ce que Pékin avait admis, et elle a commencé à livrer secrètement l’information au monde occidental.

Craignant des représailles pour s’être exprimée, elle a fui Hong Kong. Les autorités chinoises ont menacé sa famille en Chine continentale, tandis que la police de Hong Kong a obtenu des informations sur elle de ses amis en prétendant qu’elle était « impliquée dans une affaire criminelle », a-t-elle déclaré.

La communauté scientifique a repoussé ses affirmations après qu’elle a lié les origines du virus à un laboratoire de Wuhan dans son dernier article, certains la qualifiant de spéculative. Twitter a rapidement banni son compte après qu’elle a publié son article dans un tweet.

L’université de Hong Kong a reconnu que Mme Yan était une ancienne employée de l’université, mais a désavoué toutes les « opinions et points de vue passés ou présents » de Yan Limeng, dans une déclaration du 11 juillet, à la suite de sa première interview avec les médias américains.

FOCUS SUR LA CHINE – Un incendie fait 13 morts

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ