Le régime méditerranéen stimule les bactéries intestinales liées à un vieillissement «en bonne santé»

Les personnes âgées peuvent mieux éviter la fragilité, l'inflammation et le déclin cognitif grâce à ces bactéries utiles
Par Paul O.Toole
1 mars 2020
Mis à jour: 1 mars 2020

Comme l’espérance de vie augmente, la population mondiale devrait vivre de plus en plus longtemps ; il est donc important que nous trouvions des moyens d’aider les gens à vivre plus longtemps tout en restant en bonne santé. L’exercice physique et l’alimentation sont souvent cités comme les meilleurs moyens de rester en bonne santé jusqu’au crépuscule de notre vie. Mais récemment, la recherche a également commencé à examiner le rôle que joue notre intestin – et plus particulièrement notre microbiome – dans notre vieillissement.

Notre dernière étude a révélé que l’adoption d’un régime alimentaire méditerranéen serait quant à lui une stratégie thérapeutique intéressante pour lutter contre la fragilité, tout en améliorant les performances cognitives des seniors, mais aussi de leur système immunitaire et diminuant le risque de fractures.

Le microbiote intestinal est constitué d’une population de billions de micro-organismes vivants de façon semi-permanente dans les intestins. Ces micro-organismes sont capables de décomposer les ingrédients alimentaires tels que l’inuline, l’arabinoxylan et l’amidon résistant, que l’homme ne peut pas digérer. Ils contribuent également à empêcher la croissance de bactéries pathogènes.

Cependant, le microbiome intestinal est extrêmement sensible et de nombreux facteurs, tels que l’alimentation, les médicaments que vous prenez, votre génétique, et même des maladies comme les maladies inflammatoires de l’intestin et le syndrome du côlon irritable, peuvent tous influer et modifier l’ensemble du microbiote intestinal. Le microbiote intestinal joue un rôle tellement important dans notre corps qu’il est même lié à des changements de comportement, notamment l’anxiété et la dépression. Mais comme pour d’autres maladies liées au microbiome, telles que le diabète de type 2 et l’obésité, les modifications du microbiome ne sont qu’une partie du problème : le patrimoine génétique de la personne et un mode de vie malsain sont les principaux facteurs qui y contribuent.

Comme notre alimentation quotidienne a un effet important sur le microbiome intestinal, notre équipe était curieuse de voir si elle pouvait être un facteur significatif de bonne santé dans le vieillissement.

Nous avons analysé le microbiote intestinal de 612 personnes âgées de 65 à 79 ans, avant et après que la moitié d’entre elles ait suivi pendant 12 mois un régime méditerranéen spécialement adapté aux personnes âgées, originaires du Royaume-Uni, de France, des Pays-Bas, d’Italie et de Pologne. Cela impliquait une alimentation riche en légumes, légumineuses, fruits, noix, huile d’olive et de poisson, et de manger moins de viande rouge, de produits laitiers et de graisses saturées. L’autre moitié des participants s’en est tenue à son régime habituel.

Microbiome méditerranéen

Nous avons d’abord constaté que ceux qui suivaient le régime méditerranéen avaient une meilleure fonction cognitive et une meilleure mémoire, moins de syndrome inflammatoire chronique et une meilleure solidité osseuse. Cependant, ce que nous voulions vraiment savoir, c’était si le microbiome était impliqué ou non dans ces changements.

Il est intéressant, mais pas surprenant, que le microbiome de base d’une personne (l’espèce et le nombre de micro-organismes qu’elle avait dans son intestin avant le début de l’étude) varie selon les pays. Ce microbiome dit de référence, est probablement le reflet du régime alimentaire qu’ils avaient l’habitude de consommer, ainsi que de l’endroit où ils vivaient. Nous avons constaté que les participants qui ont suivi le régime méditerranéen ont connu un certain changement, mais insignifiant dans la diversité de leur microbiome, ce qui signifie qu’il n’y a eu qu’une légère augmentation du nombre global et de la variété des espèces présentes.

Cependant, lorsque nous avons comparé la rigueur avec laquelle une personne a suivi le régime avec ses données microbiologiques de base et son microbiome après avoir suivi le régime, nous avons pu identifier deux groupes différents de micro-organismes intestinaux : les micro-organismes bénéfiques qui ont augmenté avec le régime méditerranéen, et les microbes négatifs au régime dont l’abondance a diminué en suivant le régime.

Les micro-organismes bénéfiques ont proliféré avec la pratique du régime méditerranéen. Les micro-organismes négatifs ne pouvaient pas métaboliser le régime alimentaire, ou bien, ils étaient incapables de rivaliser avec les micro-organismes positifs. Ces micro-organismes bénéfiques étaient liés à une moindre fragilité et inflammation chronique, et à des niveaux plus élevés de fonctions cognitives. La diminution des micro-organismes négatifs a également été associée aux mêmes améliorations de santé.

Lorsque nous avons comparé l’évolution du nombre de ces micro-organismes dans le groupe de traitement (ceux qui suivent le régime méditerranéen) et le groupe de contrôle (ceux qui suivent leur régime habituel), nous avons constaté que les personnes qui suivaient strictement le régime méditerranéen augmentaient le nombre de ces micro-organismes bénéfiques. Bien que les changements aient été minimes, ces résultats étaient cohérents dans les cinq pays, et de petits changements en un an peuvent avoir des effets importants à long terme.

De nombreux participants étaient déjà pré-fragiles (ce qui signifie que leur solidité et leur densité osseuses allaient commencer à diminuer) au début de l’étude. Après un an d’étude, nous avons constaté que le groupe qui suivait son régime alimentaire habituel devenait plus fragile. Cependant, ceux qui ont suivi le régime méditerranéen l’étaient moins.

Les résultats montrent que suivre une alimentation méditerranéenne pendant un an stimule les bactéries intestinales liées à un vieillissement « en bonne santé », celles trouvées chez les seniors non-fragiles, tout en diminuant les bactéries intestinales associées à l’inflammation.

Le régime méditerranéen a en effet permis de contenir la perte de diversité bactérienne et d’augmenter la présence de certaines bactéries précédemment associées, d’une part, à des marqueurs de fragilité réduite et d’autre part, à une amélioration de la fonction cérébrale. Enfin, ces bactéries intestinales bénéfiques, dont la production est favorisée par une alimentation méditerranéenne, sont également associées à une diminution des marqueurs de l’inflammation. Les bactéries présentes dans le microbiote des personnes ayant suivi le régime méditerranéen favorisent la production d’acides gras à chaîne courte, bénéfiques pour la santé.

Ces types d’études sont complexes et coûteux, et l’ensemble des données sur les microbiomes est souvent difficile à analyser parce qu’il y a beaucoup plus de paramètres à étudier que de personnes dans l’étude. Nos conclusions ont été rendues possible grâce à la taille importante des groupes et à la durée de l’étude.

Cependant, nous reconnaissons que suivre un régime méditerranéen n’est pas nécessairement faisable pour tous ceux qui commencent à penser au vieillissement, généralement vers l’âge de 50 ans. Les études futures devront se concentrer sur les ingrédients clés d’un régime méditerranéen qui sont responsables de ces changements microbiens positifs. Mais en attendant, il est clair qu’en changeant vos habitudes alimentaires pour un régime méditerranéen, celui-ci modulera votre microbiote intestinal qui, à son tour, favorisera un vieillissement en bonne santé.

Paul O’Toole est professeur de génomique microbienne à l’École de microbiologie et à l’Institut du microbiome de l’APC au Collège universitaire de Cork en Irlande. Cet article a été publié pour la première fois sur The Conversation.

RECOMMANDÉ