Le parti démocrate au pouvoir pourrait entraîner une pénurie d’énergie du genre de celle de la Californie dans tout le pays

Par H. Sterling Burnett
31 août 2020
Mis à jour: 31 août 2020

Pénuries d’énergie et coupures de courant de style californien. Ce sera au moins le cas si les démocrates prennent le contrôle de la Maison-Blanche et des deux chambres du Congrès en novembre et tiennent leurs promesses de campagne pour imposer à la nation le type de mandats d’énergie verte à zéro émission de dioxyde de carbone et de restrictions sur les combustibles fossiles que la Californie a imposé à ses résidents.

Les Californiens subissent des dommages auto-imposés alors que des pannes d’électricité se produisent dans tout l’État. La cause de ces pannes est la vague croissante de restrictions sur l’utilisation des combustibles fossiles pour produire de l’électricité dans l’État, laissant les habitants dépendants de sources d’énergie renouvelables intermittentes et privilégiées par le gouvernement.

En 2018, la Californie a promulgué une loi exigeant que 50 % de l’électricité fournie dans l’État proviennent de sources renouvelables d’ici 2025 et que ce soit 60 % d’ici 2030, puis que toute l’électricité de l’État provienne, d’ici 2050, de sources n’émettant pas de dioxyde de carbone lors de leur production.

Le résultat a été dénoncé par le site de satire de l’actualité « The Sacramento Brie », dans un article drôle, « Gouverneur Newsom : La Californie teste avec succès les pannes d’électricité alors que l’État se prépare à 2025 », rempli de citations inventées, mais fondamentalement exactes.

Avec bonne humeur, un clin d’œil et un signe de la tête, l’article du « Brie » « cite » le gouverneur Gavin Newsom (D) : « Ces coupures de courant, qui se sont produites sans avertissement préalable ni temps de préparation entre 15 h et 22 h, démontrent exactement le type de capacité d’énergie verte que le gouvernement californien recherche », a déclaré Newsom lors d’une réunion de professionnels de l’énergie dimanche.

« Les résidents, les communautés et les autres organisations gouvernementales n’ont pas été suffisamment avertis que ces décharges se produiraient, ce qui est exactement ce à quoi nous nous attendions – mais à une échelle beaucoup plus grande – alors que l’État se dirige vers une énergie 100 % renouvelable en 2045 », selon ce que le « Brie » imagine que Newsom dit.

Bien que ces citations soient entièrement fictives, elles décrivent avec précision la situation en Californie. Au cours des dernières semaines, des dizaines de médias ont diffusé des articles décrivant comment les politiques californiennes en matière d’énergie verte ont entraîné des défaillances répétées de l’approvisionnement en électricité ces dernières années.

Par exemple, un article du California Globe, « Le réseau électrique de la Californie est au bord de l’effondrement », établit un lien explicite entre les coupures de courant répétées de l’État et son adhésion aux sources d’énergie renouvelables, à l’exclusion de l’électricité historiquement fiable et abordable produite à partir de combustibles fossiles. L’auteur a écrit : « Le pari de la Californie sur les énergies renouvelables et le rejet du gaz naturel et de l’énergie nucléaire sont directement responsables des coupures de courant et des prix élevés de l’électricité dans cet État. »

Les architectes des politiques qui ont conduit à cette panne, l’ancien gouverneur de Californie Jerry Brown (D) et l’actuel gouverneur Newsom, ont blâmé les citoyens ordinaires de l’État, la majorité des gens, pour les coupures de courant, les avertissant par de multiples tweets d’éteindre leurs lumières et d’augmenter leurs thermostats. Vous avez bien lu. Selon les politiciens élitistes de Californie, la réponse à la crise énergétique provoquée par la politique de l’État est que les gens s’étouffent dans le noir au milieu d’une vague de chaleur torride.

Lors d’une convocation de presse, dans un rare moment d’honnêteté, Newsom et d’autres responsables californiens ont finalement admis que les diktats de l’État en matière d’énergie renouvelable étaient responsables des coupures de courant dans tout l’État.

« Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a déclaré [le 17 août] que l’État devait ‘réfléchir’ au fait que les sources d’énergie renouvelables n’avaient pas réussi à fournir suffisamment d’électricité à l’État lors des pics de demande et qu’il avait besoin d’une ‘sauvegarde’ et d’une ‘assurance’ provenant d’autres sources », écrit Breitbart News. Newsom a poursuivi en admettant que la raison principale de ces coupures était la dépendance excessive de la Californie à l’égard des sources d’énergie renouvelables.

Mais Newsom est ensuite retombé dans l’obscurantisme politique habituel, en déclarant : « Nous n’avons pas su prévoir et planifier ces pénuries. »

À qui ce « nous » de Newsom fait-il référence ? Les analystes des groupes de réflexion de Californie (Reason, Pacific Research Institute et Independent Institute), de Washington, D.C. (Competitive Enterprise Institute) et d’ailleurs (y compris mon propre groupe de réflexion, le Heartland Institute dans l’Illinois) ont averti pendant des années que les politiques de la Californie entraîneraient de dangereuses pénuries d’énergie.

Et, dans un exemple ironique de « trop peu, trop tard », le 11 juin, la Commission des services publics de Californie (CPUC) a admis qu’il était loin d’être suffisant d’approuver l’utilisation d’un maximum de 450 mégawatts de générateurs diesel pour faire le plein lorsque les sources d’énergie renouvelables ne fournissaient pas suffisamment d’énergie.

Alors que de plus en plus d’infrastructures d’énergie verte sont ajoutées au réseau, l’écart, entre la demande d’électricité et ce qui est disponible un jour donné, va continuer à s’accroître.

Malheureusement, la Californie aurait pu facilement éviter ces problèmes. Si seulement les bureaucrates avaient permis à une seule grande centrale électrique moderne alimentée au charbon de rester ouverte, ou avaient permis la construction de nouvelles centrales au gaz naturel. Hélas, les politiciens californiens se souciaient davantage de l’approbation de leurs électeurs environnementaux radicaux marginaux que du bien-être de la plupart des Californiens.

Je ne peux qu’espérer que les politiques énergétiques à la californienne, que le parti démocrate soutient, ne seront pas introduites à la suite des élections de novembre.

Sterling Burnett, Ph.D. (hburnett@heartland.org) est maître de recherche sur l’énergie et l’environnement au Heartland Institute, un centre de recherche non partisan et à but non lucratif dont le siège se trouve à Arlington Heights, dans l’Illinois.

FOCUS SUR LA CHINE – Marcher à quatre pattes en public comme punition

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ