Rennes : poursuivi par la police, un jeune motard meurt dans un accident

Par Epoch Times avec AFP
21 février 2021
Mis à jour: 23 février 2021

L’homme, ayant quelques antécédents judiciaires, avait refusé d’obtempéré, a expliqué le procureur.

Un homme de 27 ans est mort dans un accident de moto dans la nuit de samedi à dimanche 21 février à Rennes après avoir refusé d’obtempérer à un contrôle de la police, a-t-on appris auprès du parquet. Conduisant une moto de 700 cm3, le jeune homme avait été vu à 23H55 par la police « circulant à vive allure quai de Châteaubriant », dans le centre-ville de Rennes, a précisé le procureur de Rennes Philippe Astruc.

Il « ne marquait pas l’arrêt aux différents ‘stop’ de cet axe et roulait rapidement », puis « ne s’arrêtait pas à un feu rouge », explique le magistrat. « Après avoir actionné leur gyrophare, les effectifs de la BAC (brigade anticriminalité, ndlr) suivaient le motard afin de procéder à son contrôle. Celui-ci refusait d’obtempérer et poursuivait sa route », a ajouté M. Astruc.

« Seul au moment de l’accident »

Un moment plus tard, « les policiers constataient la présence de la moto au sol, et l’individu immobile et inconscient. L’appel aux pompiers était immédiat. Sur place le médecin du SAMU n’arrivait pas à le réanimer. Le décès était constaté à 00H28 », selon la même source.

« L’enquête a permis d’établir, grâce notamment à plusieurs témoignages de riverains, que l’intéressé était seul au moment de l’accident, les policiers n’étant arrivés sur place que dans un second temps », a souligné le procureur.

La victime, « ayant quelques antécédents judiciaires », était salariée d’une entreprise de transport. « Les raisons de sa présence au centre-ville dans le temps du couvre-feu et de son comportement ne sont pas encore établies », a conclu le procureur de Rennes.

Une autopsie a été ordonnée.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ