Rennes : un adolescent roué de coups pour avoir refusé d’acheter de la drogue

Par Séraphin Parmentier
21 octobre 2019 Mis à jour: 21 octobre 2019

La victime a été abordée par « un jeune qui ne parlait pas très bien français » et qui lui a proposé d’acheter des stupéfiants.

Les faits ont eu lieu le 15 octobre près de la place Sainte-Anne. Alors qu’il avait quitté son lycée et qu’il rentrait chez lui, un adolescent de 17 ans a été violemment agressé par des voyous à qui il venait de refuser d’acheter de la drogue.

« Je rentrais du lycée Jeanne-d’Arc. C’était mardi, vers 19 h. Alors que je me trouvais rue de Penhoët, près du commissariat, un jeune qui ne parlait pas très bien français, m’a abordé. Il m’a demandé si je voulais du shit. Je lui ai répondu que non. Il est revenu vers moi et m’a redemandé. Une nouvelle fois, j’ai dit non », a expliqué la victime dans les colonnes de Ouest-France.

« Deux autres personnes qui étaient avec lui se sont alors rapprochées et m’ont entouré. L’un d’eux a essayé de voir ce que j’avais dans mes poches. Je l’ai alors repoussé. C’est à ce moment-là qu’ils ont commencé à me frapper à coups de poing et à coups de pied. Je me suis retrouvé au sol et ils ont continué avant de prendre la fuite », poursuit l’adolescent.

Le jeune homme finira par se relever, le visage en sang.

« Je ne m’attendais pas à me faire agresser gratuitement comme ça. Je suis repassé le lendemain dans cette même rue, mais j’étais accompagné par des amis. Je ne suis pas d’une nature à avoir peur, mais je ne me sens plus en sécurité. Je savais que des dealers sont régulièrement là. J’ai déjà des copains qui ont été importunés ou des amies qui se font régulièrement insulter. Mais pas agressés comme je l’ai été », ajoute la victime.

Après avoir hésité, le lycéen compte déposer plainte

S’il n’a d’abord pas souhaité porter plainte contre ses agresseurs, l’adolescent a fini par changer d’avis.

« Je pensais que ça ne servait à rien et que de toute façon la police ne s’intéressait pas à de simples coups », confie le lycéen.

Après avoir échangé avec ses amis, il a finalement décidé de déposer plainte et compte se rendre au commissariat afin d’empêcher ses agresseur « de recommencer ».

RECOMMANDÉ