Rentrée des classes : elle se fait passer pour un professeur d’espagnol et reste plusieurs heures avec les enfants avant d’être démasquée

Par Séraphin Parmentier
5 septembre 2019 Mis à jour: 5 septembre 2019

Le 1er septembre, une mère de famille a réussi à s’introduire dans un lycée pisciacais en abusant les employés sur sa qualité.

Ce lundi, une mère de famille s’est présentée au lycée Le Corbusier à Poissy à l’occasion de la rentrée des classes. Âgée de 47 ans, elle se rend à l’accueil de l’établissement où elle prétend être le nouveau professeur d’espagnol, demandant à l’agent de rayer le nom de l’enseignant dont elle affirme être la remplaçante.

L’employé finit par obtempérer et l’imposteur pénètre ensuite dans la salle des professeurs afin de discuter avec ses « collègues » pendant près d’une heure avant de déjeuner à la cantine.

En début d’après-midi, la fausse enseignante reçoit des élèves de seconde pour répondre à leurs questions sur l’année à venir.

« Elle échange avec cinq élèves. Mais certains, peu convaincus, démarchent la prof de français dans une salle voisine pour obtenir de véritables informations sur leur scolarité », a expliqué une source proche du dossier dans les colonnes du Parisien.

Intriguée par l’attitude de la nouvelle venue, le professeur de français décide de s’entretenir avec elle pour en avoir le cœur net. Une initiative mal accueillie par l’intéressée qui fera preuve d’agressivité à son encontre avant de quitter subitement l’établissement sur les coups de 15h30.

« Elle n’a jamais été professeur »

Mis au courant, le directeur du lycée Le Corbusier prévient la police municipale de Poissy qui arrêtera la fausse enseignante à proximité de l’établissement dans la foulée. Placée en garde à vue, elle expliquera être la mère d’un garçon fréquentant l’institution avant de répondre de façon incohérentes aux questions des agents.

« Elle explique tout de même qu’elle avait été nommée comme enseignante au lycée sur le site de l’Éducation nationale et n’a pas hésité à répondre à cet appel. Mais elle n’a jamais été professeur. Elle évoque des anciennes activités de directrice des ressources humaines, de chef d’entreprise et de bénévolat », confie la source contactée par les journalistes du Parisien.

Réalisée ce mardi, une expertise psychiatrique conclura que l’usurpatrice ne disposait pas de toutes ses facultés au moment des faits. Elle a finalement été internée.

RECOMMANDÉ