Les résidents de Pékin dénoncent des restrictions sévères, alors que les cas de virus du PCC se multiplient

Par Nicole Hao
4 juillet 2020
Mis à jour: 6 juillet 2020

En Chine, après qu’une femme de Pékin a été informée de son diagnostic positif au virus du CCP, également nommé le nouveau coronavirus, alors qu’elle se trouvait dans un centre commercial, l’établissement a été mis sous clé, laissant des milliers de clients bloqués, pendant plusieurs heures.

Les autorités ont également confirmé qu’à l’hôtel Orient MGM International, qui a été converti en centre de quarantaine de fortune, une épidémie de grippe aviaire s’est déclarée parmi les personnes isolées à l’intérieur.

Pékin exige que les personnes étant des contacts proches des patients diagnostiqués séjournent dans ces types de centres, à leurs propres frais.

Depuis la résurgence du virus à la mi-juin, les autorités ont édicté des règles strictes pour contenir la propagation, perturbant ainsi la vie quotidienne de nombreux habitants.

Cheng Yang, un résident de Pékin qui a été isolé dans un centre de quarantaine de la ville de Nanyuan, dans le district de Fengtai, a été transféré dans un autre hôtel le 28 juin.

Les autorités n’ont pas fourni de raison, mais lui et d’autres personnes à l’hôtel soupçonnent que c’est parce qu’une épidémie s’est déclarée.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Il était nerveux à l’idée de contracter le virus et se sentait désespéré, car les autorités l’avaient isolé sans lui donner de date de libération. « Si certains d’entre nous dans cet hôtel sont testés positifs le 28e jour [de quarantaine], nous devrons tous être isolés pendant 14 jours supplémentaires », a déclaré M. Cheng.

Pendant ce temps, des documents gouvernementaux qui ont été divulgués au journal Epoch Times ont révélé que les autorités de Pékin étaient toujours en train d’enquêter sur la façon dont cette récente épidémie de virus s’est propagée.

Centre commercial

Le Wanda Plaza est un centre commercial qui compte environ 1 410 magasins dans le quartier de Shijingshan, à l’ouest de Pékin. Le centre commercial s’étend sur 480 635 m², avec des zones commerciales, des zones de divertissement, des hôtels, des restaurants et des immeubles résidentiels.

Le 2 juillet, Mme Xie déjeunait au Wanda Plaza. Vers 12 h 50, Mme Xie a reçu un appel téléphonique de l’hôpital China – Japan Friendship, l’informant qu’elle avait été diagnostiquée de la maladie Covid-19, selon les médias locaux.

Mme Xie a été bouleversée et s’est mise à pleurer bruyamment, au restaurant où elle dînait.

Environ 10 minutes plus tard, la commission sanitaire du district a fermé le centre commercial et a interdit à tout le personnel qui y travaillait de sortir. Les clients qui souhaitaient quitter le centre commercial devaient remplir un formulaire.

Des centaines de personnes ont fait la queue pour quitter le centre commercial.

Les propriétaires de plusieurs commerces à l’intérieur du centre commercial ont déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times que les autorités continuaient de leur donner des ordres.

« Ils nous ont demandé de désinfecter le magasin et de convaincre tous les clients de partir après 13 heures. Ils nous ont demandé d’arrêter toute désinfection vers 14 h 30, parce qu’ils allaient chercher des échantillons [environnementaux] dans les magasins. Ils ont ensuite demandé à toutes les personnes qui travaillent à l’intérieur de faire des tests d’acide nucléique, vers 15 heures. »

« Nous sommes enfermés à l’intérieur. Aucune personne n’est autorisée à entrer ou à sortir du centre Wanda », a déclaré une vendeuse d’un magasin de la société ZARA.

Chinese epidemic control workers
Les travailleurs chinois chargés du contrôle des épidémies portent des combinaisons de protection, lorsque des résidents étrangers arrivent dans un complexe résidentiel, dans le cadre des mises en mesure de quarantaine, après leur arrivée, le 29 juin 2020 à Pékin, en Chine. (Kevin Frayer/Getty Images)

La plupart des personnes interrogées se sont dites nerveuses à propos de la dernière épidémie, et craignent que le code de santé généré par leur téléphone portable ne passe au jaune ou au rouge, ce qui signifie qu’elles sont des contacts proches d’une personne diagnostiquée et qu’elles doivent être isolées.

Le journal d’État Beijing News a rapporté que le centre commercial a été fermé, à la fin de la journée. Les autorités ont également identifié certains des contacts proches de Mme Xie et les ont envoyés dans des centres de quarantaine.

Coincés à l’hôtel

Chu Junwei, chef par intérim du gouvernement du district de Fengtai à Pékin, a confirmé lors d’une conférence de presse le 28 juin qu’il y avait eu une épidémie à l’hôtel Orient MGM.

« Deux personnes étant isolées dans une chambre, il est possible que l’un de nous deux ait infecté l’autre », a déclaré Wang Chunqi, un résident de Pékin qui a été mis en quarantaine, à l’hôtel.

Les personnes isolées ne sont pas autorisées à quitter leur chambre.

« [Le personnel du gouvernement] ne nous a pas laissés sortir par la porte. […] C’est comme être en prison. De plus, la nourriture [qu’ils fournissent] me donne la nausée », a-t-il déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times, lors d’une interview.

Enquête

Les autorités ont d’abord affirmé que le saumon vendu au marché alimentaire de Xinfadi, à Pékin, était le coupable de l’apparition du virus, puis le bœuf et l’agneau.

Epoch Times a obtenu, via une source fiable, une copie d’un avis publié le 28 juin par la commission sanitaire du district de Daxing à Pékin, intitulé « Mettre en place des équipes pour enquêter d’urgence sur les groupes à haut risque, liés au marché Xinfadi ».

La commission a demandé à chaque hôpital de mettre en place cinq équipes d’enquête, et à chaque petite clinique d’en mettre trois en place. Ces équipes de travail se rendront au domicile des personnes « à haut risque », prélèveront des écouvillons chez les résidents et dans leur environnement familial, ainsi que des échantillons de sang des personnes.

Tous les prélèvements et échantillons seront ensuite testés par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies du district, et enregistrés dans le système de surveillance de masse des autorités.

Le document ne précisait pas qui faisait partie des groupes à haut risque, mais depuis la mi-juin, les autorités ont mis en quarantaine tous les vendeurs du marché de Xinfadi, et ont imposé à tous les résidents qui s’étaient rendus à Xinfadi depuis fin mai de passer des tests d’acide nucléique.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ