Un responsable allemand avertit les Juifs de ne pas porter la kippa en public à cause d’agressions de plus en plus nombreuses

29 mai 2019
Mis à jour: 10 juillet 2019

Un haut responsable allemand a averti les Juifs, alors que les attaques antisémites se multiplient, qu’ils devraient éviter de porter des kippas en public.

Felix Klein est le principal responsable de la lutte fédérale contre l’antisémitisme. Mais il a dit qu’un nombre croissant de comportements antisémites a conduit à un contexte où il est dangereux pour les Juifs de tout le pays de se présenter ouvertement comme Juifs.

« Mon opinion sur la question a changé à la suite de la brutalisation en cours dans la société allemande », a déclaré M. Klein au groupe de médias Funke media group. « Je ne peux plus recommander aux Juifs de porter une kippa partout en Allemagne. »

Des commentaires similaires ont été faits dans le passé. Josef Schuster, le chef du Conseil central des Juifs en Allemagne, a déclaré l’année dernière que les Juifs en visite dans les grandes villes ne devraient pas porter leur calotte, aussi appelée kippa, après que deux Juifs qui la portaient ont été agressés par un citoyen syrien de 19 ans. En 2016, M. Schuster a déclaré que les Juifs ne devraient pas porter ce couvre-chef dans les zones où il y a un grand nombre de musulmans.

Cette nouvelle recommandation, au sein du pays qui a perpétré l’Holocauste avec les nazis qui ont tué quelque 6 millions de Juifs dans toute l’Europe, a été annoncée lorsque le ministère fédéral allemand de l’Intérieur a constaté une augmentation de 20 % des crimes antisémites dans le pays, avec 1 800 incidents enregistrés en 2018.

« Le ministère de l’Intérieur et les agences de sécurité associent fréquemment les attaques antisémites islamiques radicales à des incidents d’extrême droite contre les Juifs », rapporte le Jerusalem Post, qui ajoute : « Le nombre réel d’attaques antisémites animées par l’islam en Allemagne n’est pas bien documenté en raison des autorités qui qualifient l’antisémitisme islamique d’antisémitisme de droite. »

M. Klein a admis qu’une partie du problème est due à l’afflux de migrants, qui sont principalement musulmans.

« Il y a plusieurs développements. L’un d’eux, bien sûr, est le grand afflux de réfugiés et de personnes qui sont venues en Allemagne, qui ont été élevés et éduquées dans des pays qui sont encore en état de guerre avec Israël, ou qui ont été élevés avec certaines perceptions des Juifs en Israël qui sont totalement inacceptables pour une société allemande. Nous sommes donc confrontés à un problème d’intégration », a-t-il déclaré au Washington Post l’an dernier.

Le problème s’étend également aux Palestiniens qui sont en Allemagne depuis longtemps, a-t-il noté.

Interrogé à savoir quel groupe présente le plus de problèmes – « l’extrême droite » ou les migrants – il a répondu que les deux sont des problèmes majeurs, affirmant que l’extrême droite menace et insulte les Juifs, mais que « plus d’agressions et d’attaques physiques entrent généralement dans la catégorie des attaques antisémites motivées par les musulmans ».

Dans le nouvel entretien avec le groupe de médias Funke, Klein ajoute : « Il y a des musulmans qui vivent ici depuis un certain temps et qui regardent des chaînes arabes qui véhiculent une image meurtrière d’Israël et des Juifs. »

Il a également dit que les officiers de police en Allemagne ne savent pas comment répondre à de tels crimes.

« Beaucoup d’entre eux ne savent pas ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Il existe une définition claire de l’antisémitisme et les policiers devraient l’apprendre pendant leur formation », a-t-il dit.

L’avertissement de M. Klein a déclenché une réaction de la part de certains, y compris du président israélien Reuven Rivlin.

« La déclaration du commissaire à l’antisémitisme du gouvernement allemand selon laquelle il serait préférable que les Juifs ne portent pas de kippa en Allemagne par crainte pour leur sécurité, m’a profondément indigné », a déclaré Rivlin dans une déclaration.

« Nous reconnaissons et apprécions la position morale du gouvernement allemand et son engagement envers la communauté juive qui y vit, mais les craintes concernant la sécurité des Juifs allemands sont une capitulation face à l’antisémitisme et une admission que, là encore, les Juifs ne sont pas en sécurité sur le sol allemand. »

« Nous ne nous soumettrons jamais, nous ne baisserons jamais le regard et nous ne réagirons jamais à l’antisémitisme par le défaitisme – et nous nous attendons à ce que nos alliés agissent de la même façon », a-t-il dit.

Michel Friedman, ancien vice-président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, a également pris la parole.

« Quand un représentant officiel du gouvernement dit à la communauté juive qu’elle ne peut être protégée de la violence, c’est un signe de pauvreté pour la réalité juridique et politique de l’Allemagne », a-t-il déclaré au journal Die Welt.

« L’État doit veiller à ce que les Juifs puissent s’identifier comme Juifs sans crainte », a-t-il dit, ajoutant que « dans un endroit où certains ne peut vivre librement et en sécurité, bientôt d’autres ne pourront plus le faire ».

Richard Grenell, ambassadeur des États-Unis en Allemagne, a également exhorté les Juifs à continuer à porter des calottes.

« Le contraire est vrai. Portez votre kippa. Portez la kippa de votre ami. Empruntez une kippa et portez-la pour nos voisins juifs. Sensibilisons les gens au fait que nous sommes une société diversifiée », dit-il.

M. Klein a déclaré au New York Times, qui s’est récemment retrouvé dans l’eau chaude à la suite d’accusations d’antisémitisme, que ses commentaires visaient à susciter une réaction.

« J’ai voulu secouer le débat et je suis heureux qu’il ait provoqué de telles ondulations », a-t-il dit. Il a dit qu’il souhaitait un soutien renouvelé à la lutte contre l’antisémitisme : « Je ne vois pas ça comme une résignation, mais exactement le contraire. »

Le rédacteur en chef de BILD, Julian Reichelt, a réagi aux commentaires de Klein en publiant une kippa découpée sur la première page de l’édition suivante de BILD.

« Si quelqu’un dans notre pays ne peut pas porter une kippa sans se mettre en danger, la seule réponse peut être que nous portions tous des kippas », a-t-il écrit.

« La kippa appartient à l’Allemagne ! »

Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, a déclaré lundi que l’Allemagne est responsable d’assurer la sécurité de tous les Juifs portant des calottes, deux jours après M. Klein a fait ses commentaires initiaux, a rapporté l’Associated Press.

« C’est le travail de l’État de veiller à ce que chacun puisse circuler en toute sécurité avec une calotte dans n’importe quel endroit de notre pays », a déclaré M. Seibert dans un communiqué.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ