Les responsables chinois font preuve d’imagination pour cacher l’argent détourné

20 janvier 2018
Mis à jour: 20 janvier 2018

Les cadres du Parti communiste chinois (PCC) détournent d’énormes sommes d’argent, mais savez-vous où ils les gardent ?

Comme ces fonds sont illicites, les fonctionnaires savent qu’il vaut mieux de ne pas déposer à la banque. Donc, ils font preuve d’imagination pour cacher leur butin.

Ce sujet a attiré l’attention à la suite d’une information devenue virale en Chine. Dans la ville de Harbin, dans la province septentrionale du Heilongjiang, un résident qui rénovait sa maison a découvert des énormes quantités de billets de banque cachés dans les murs. Le précédent propriétaire avait empilé dans les murs 140 millions de yuans (environ 18,3 millions d’euros), ce qui a fait penser à des nombreux internautes qu’il s’agissait d’un fonctionnaire corrompu.

Les autorités locales ont essayé d’étouffer les rumeurs qui se propageaient sur la toile en annonçant que cet argent était lié à une affaire d’arnaque déjà mise en examen par la police locale.

Mais les internautes n’étaient pas loin de la vérité, car de nombreux responsables chinois avaient été appréhendés pour avoir détourné et caché de grandes sommes d’argent.

En septembre dernier, la Commission centrale d’inspection de la discipline, l’agence anti-corruption du PCC, a utilisé la chaîne de télévision officielle CCTV pour présenter un cas particulier de corruption. Elle a révélé comment Xu Jianyi, cadre du Parti et ancien PDG du constructeur automobile chinois FAW Group, a caché ses objets de valeur aux autorités. Lorsqu’il a appris que les agents anti-corruption devaient venir chez lui, il a placé ses montres et lingots d’or dans des boîtes à thé et a essayé de se cacher dans un arbre dans le jardin de sa villa.

Une femme compte l’argent dans une rue de Pékin, le 11 septembre 2009. (Liu Jin / AFP / Getty Images)

Un grand nombre d’autres exemples a été rapporté par les médias chinois. Un vice-commissaire corrompu du canton de Mengyin, province du Shandong, a détourné 5,58 millions de yuans (environ 730 000 euros) de fonds publics et a réparti cet argent entre 37 banques différentes. Il a gardé les livrets de banque enterrés dans son jardin.

Le sous-directeur d’une usine de Tianjin a caché son argent détourné derrière les miroirs, dans le réfrigérateur et dans des conteneurs de stockage de riz. Ses montres Rolex étaient gardées dans des boîtes de nouilles stockées dans son entrepôt.

Un autre fonctionnaire corrompu du département de la construction de la province du Jiangsu a caché ses portefeuilles dans des creux d’arbres, dans ses rizières, sous des tuiles et même sous des tas de fumier.

Ceux qui ne peuvent pas trouver de bonnes cachettes les créent eux-mêmes. Li Guoyu, directeur du bureau des autoroutes de la ville de Ganzhou dans la province du Jiangxi, a demandé à quelqu’un de transformer des bouteilles de gaz butane de façon qu’il puisse y cacher des billets. Pour éviter des soupçons, ces bouteilles de gaz pouvaient même être utilisées normalement.

D’autres choisissent de louer ou d’acheter des maisons entières dans le seul but d’y cacher de l’argent. Dans la ville de Hohhot, en Mongolie intérieure, Ma Junfei, sous-directeur du bureau des chemins de fer, a acheté des résidences secondaires à Pékin et à Hohhot pour y stocker 88 millions de yuans (environ 11,5 millions d’euros), 300 000 euros, 4,19 millions de dollars américains (environ 3,5 millions d’euros), 270 000 dollars de Hong Kong (environ 28 500 euros) et 43,3 kilogrammes d’or (d’une valeur de près de 1,7 million d’euros).

Lorsque Zhu Minguo, président de la Conférence consultative politique (organe consultatif du Parti) dans la province du Guangdong, a été mis en examen en novembre 2014, les autorités centrales ont trouvé de grandes quantités d’argent et d’or dans sa villa située dans la ville de Wuzhishan dans la province du Hainan. Il y en avait assez pour remplir plus d’une dizaine de voitures. Une partie de billets de banque avaient été cachés depuis si longtemps qu’ils étaient moisis.

D’autres fonctionnaires trouvent des moyens pour transférer l’argent à l’étranger. En 2014, China Economic Weekly, une publication du journal officiel Quotidien du Peuple, a cité un expert du Building Honest Politics Research Center de l’Université de Pékin, qui estimait que plus de 10 000 fonctionnaires chinois s’étaient évadés à l’étranger en amenant avec eux environ 1 000 milliards de yuans (plus de 130 milliards d’euros) en billets de banque.

Annie Wu

Li Jinben a contribué à cet article.

Version anglaise

 

RECOMMANDÉ