Les responsables de l’OMS s’empressent de déterminer l’ampleur de l’épidémie de coronavirus

Quelle est la taille de l'iceberg ? a confié le Dr Mike Ryan aux journalistes jeudi
Par Zachary Stieber
14 février 2020 Mis à jour: 14 février 2020

Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’efforcent d’accélérer les recherches pour tenter de déterminer l’ampleur de la nouvelle épidémie de coronavirus (COVID-19) après que les autorités chinoises ont signalé une série de nouveaux cas et de décès.

Les chiffres du Parti communiste chinois sont généralement considérés comme peu fiables, mais même les chiffres officiels montrent une forte augmentation du nombre de cas et de décès, ce qui a incité les responsables de l’OMS à travailler sur l’ampleur de l’épidémie.

« Quelle est la taille de l’iceberg ? » a confié le Dr Mike Ryan, responsable du programme d’urgence de l’OMS aux journalistes lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève.

« Nous savons, et nous acceptons tous, qu’il y a une transmission à un certain niveau dans les communautés. Nous avons tous vu ces clusters (concentrations qui fonctionnent en réseau), nous avons tous vu ces événements qui se propagent à grande échelle », a-t-il ajouté. « Le point d’interrogation est de savoir ce qui se passe en dehors de ce que nous voyons. »

La référence à l’iceberg faisait suite aux propos tenus par le chef de l’Organisation mondiale de la santé aux journalistes en début de semaine : « Nous ne voyons peut-être que la partie émergée de l’iceberg. »

Un couple de Chinois porte des manteaux en plastique et des masques de protection alors qu’ils font leurs courses dans un supermarché de Pékin, en Chine, le 11 février 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)

Les autorités veulent procéder à des campagnes de sensibilisation auprès des ménages et des communautés et mettre en place des tests sérologiques pour en déterminer la portée, a déclaré le Dr Ryan.

Les responsables de l’OMS ont largement loué la Chine pour sa réponse à l’épidémie, allant même jusqu’à contester un journaliste qui a demandé mercredi si des pressions avaient été exercées pour qu’il dise des choses gentilles sur ce pays autoritaire.

M. Ryan a déclaré que l’iceberg « n’est peut-être pas si grand », soulignant que les responsables de la santé publique des autres pays qui testent les cas suspects n’ont pas découvert un grand nombre de cas positifs.

« J’ai parfois du mal à comprendre pourquoi l’hypothèse de l’horreur est celle qui est acceptée alors que l’hypothèse de ce qui pourrait être une détection proportionnelle plus élevée des cas est presque considérée comme invalide », a déclaré le Dr Ryan.

Le le nouveau coronavirus a vu le jour à Wuhan, en Chine, en décembre 2019 et s’est depuis propagé dans toutes les régions du pays. Il a commencé à apparaître dans d’autres pays le mois suivant et a causé le deuxième décès en dehors de la Chine, au Japon, cette semaine.

Le Japon compte des centaines de cas et d’autres pays asiatiques sont confrontés à un nombre croissant de patients dont le test est positif, alors que des pays du monde entier prennent des mesures pour tenter d’endiguer la propagation du virus, dont on ignore encore beaucoup de choses.

Le docteur Paul McKay, qui travaille sur un vaccin pour la souche 2019-nCoV du nouveau coronavirus, utilise un microscope pour examiner les bactéries contenant des fragments d’ADN du coronavirus dans un laboratoire de recherche de l’Imperial College School of Medicine (ICSM) à Londres le 10 février 2020. Tolga Akmen/AFP via Getty Images

Les scientifiques n’ont pas encore déterminé les origines du virus ni certains détails cruciaux sur sa transmissibilité. La Chine a empêché les experts internationaux de la santé d’être sur le terrain, autorisant finalement trois experts à entrer dans le pays cette semaine. Quelque sept autres devraient les rejoindre au cours du week-end, a déclaré le Dr Ryan.

Les membres de l’équipe ont été largement protégés des regards du public ; l’OMS a déclaré que l’équipe avancée était dirigée par le Dr Bruce Aylward, un expert canadien, et comprenait le Dr Maria Van Kerkhove, une fonctionnaire de l’OMS. Les responsables américains ont déclaré cette semaine qu’aucun expert américain n’avait été approuvé pour l’équipe.

M. Ryan a déclaré que les scientifiques travaillent toujours à l’identification des origines du virus tout en minimisant l’augmentation du nombre de cas signalés en Chine.

« Nous avons vu une augmentation significative du nombre de cas signalés en Chine, mais pas de changement significatif dans la trajectoire de l’épidémie de COVID-19 », a-t-il déclaré. « Cette augmentation est en grande partie due à un changement dans la façon dont les cas sont diagnostiqués et signalés. »

RECOMMANDÉ