Les restes d’une colonie néolithique vieille de 9000 ans ont été exhumés à l’extérieur de Jérusalem

Par Wire Service Content
19 juillet 2019 Mis à jour: 25 juillet 2019

Une énorme colonie datant de l’âge de pierre, découverte à l’extérieur de Jérusalem, aurait hébergé 3 000 personnes, l’équivalent néolithique d’une grande ville, selon des détails publiés par l’Autorité des antiquités israéliennes le 16 juillet.

Les autorités pensent que le site a été habité il y a 9 000 ans. Le site a livré des milliers d’outils et d’ornements, notamment des pointes de flèches, des figurines et des bijoux. Les résultats fournissent également la preuve d’une planification urbaine et d’une agriculture sophistiquées, qui pourraient forcer les experts à repenser les débuts de la région, ont déclaré des archéologues impliqués dans les fouilles.

La découverte a été faite près de la ville israélienne de Motza, à environ 5 km à l’ouest de Jérusalem. Bien que la région présente depuis longtemps un intérêt archéologique, le directeur des fouilles, Jacob Vardi, a déclaré que l’ampleur du site, qui mesure entre 30 et 40 hectares, n’a été révélée qu’en 2015 lors d’une investigation pour la proposition d’une autoroute.

Les archéologues ont depuis trouvé une grande collection de bâtiments juste sous la surface du sol. En plus des maisons privées, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’installations et d’espaces publics utilisés pour des rituels et des enterrements.

Un pendentif en nacre découvert sur un squelette du site. (Gali Tibbon / AFP / Getty Images)

Décrivant le site comme le plus grand du genre « non seulement en Israël, mais dans le Levant sud », Jacob Vardi a déclaré lors d’un entretien téléphonique que la colonie aurait abrité entre 2 000 et 3 000 habitants, ajoutant : « Par rapport à d’autres colonies de cette époque, c’est comme une très grande ville. »

Les structures suggèrent que le plâtre était largement utilisé, alors que les allées entre les bâtiments suggèrent une planification urbaine relativement avancée, a déclaré Jacob.

Plus loin, il a été constaté que les hangars de stockage contenaient des légumineuses, telles que des lentilles, impliquant une agriculture intensive sur le site. Et bien que la découverte de milliers de pointes de flèches ait montré que les habitants continuaient de chasser, les ossements d’animaux découverts témoignent également de l’élevage des ovins.

Les outils à silex, les couteaux et les haches pour l’abattage des arbres figurent parmi les divers outils découverts. Le site fournit également de nombreuses preuves de la production de bijoux et d’art par les habitants, notamment des bracelets en pierre, des médaillons, des bracelets et des figurines.

D’autres objets découverts suggèrent que les habitants appréciaient le commerce ou le contact avec le monde extérieur. Parmi les découvertes figuraient des coquillages de la mer Méditerranée et de la mer Rouge, de même que l’obsidienne (un type de verre volcanique) d’Anatolie, dans la Turquie actuelle.

Réécrire les livres d’histoire

Des colonies à grande échelle ont existé dans la région à cette période ainsi qu’à des périodes antérieures. Les découvertes archéologiques à Tell es-Sultan, l’ancienne ville de Jéricho, datent de 10 000 à 8 000 ans avant J.C.

Jusqu’à présent, toutefois, les « vestiges significatifs » les plus anciens de Jérusalem provenaient d’un site vieux de 7 000 ans récemment découvert dans le nord de la ville ; les découvertes à Motza les précèdent d’environ 2 000 ans.
Selon Jacob Vardi, le site récemment fouillé pourrait modifier la compréhension qu’ont les experts de la vie dans la région au cours des derniers stades de l’âge de pierre. En particulier, il a déclaré que cela réfutait les théories selon lesquelles des colonies de cette taille n’existeraient que sur d’autres rives du Jourdain ou dans la région du Levant Nord.

Une figurine en pierre représentant un visage humain fait partie des œuvres d’art trouvées sur le site. (Gali Tibbon / AFP / Getty Images)

« L’idée était que la Judée et les environs de Jérusalem étaient vides, que c’était un grand vide », a-t-il déclaré. « On a également affirmé que, pendant cette période, les sociétés néolithiques étaient en déclin et que les villages étaient plus petits. Mais ce que nous avons trouvé à Motza renverse nombre de ces conceptions précédentes. »

« La découverte change vraiment la donne », a-t-il ajouté. « Une zone qui était supposée être vide ne l’était pas, c’était très animé. »

Les travaux sur l’autoroute devraient commencer sous peu, bien que l’Autorité des antiquités israélienne ait indiqué que des efforts étaient en cours pour documenter les résultats avant le début des travaux.

« En vue de la libération de la zone excavée, l’ensemble du site a été documenté à l’aide d’une technologie 3D avancée qui permettra d’effectuer une recherche numérique de chaque détail », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse. « Il est important de savoir que des pourcentages importants du site préhistorique autour de l’excavation sont préservés. »

RECOMMANDÉ