Rétrospective des attaques islamistes aux États-Unis

1 novembre 2017
Mis à jour: 1 novembre 2017

Le 31 octobre 2017, Sayfullo Saipov, un Ouzbek âgé de 29 ans, fonce sur une piste cyclable au volant d’une camionnette, faisant huit morts et une dizaine de blessés dans la première « attaque terroriste » meurtrière perpétrée à New York depuis le 11-Septembre.

Arrivé en 2010 aux États-Unis, où il dispose d’un titre de séjour permanent, Sayfullo Saipov « était lié à l’EI et s’est radicalisé » aux États-Unis, selon le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, qui a qualifié le jeune homme de « loup solitaire » au lendemain de l’attaque.

Roulant sur plus d’un kilomètre, Sayfullo Saipov a fauché plusieurs cyclistes et passants dans cette zone huppée et touristique où les riverains s’apprêtaient à fêter Halloween, avant de percuter un bus de ramassage scolaire, forçant l’arrêt de sa course sanglante. Il sort alors de son véhicule, armé d’un fusil à air comprimé et d’un fusil de paint-ball. Blessé par un policier, il est emmené dans un hôpital de la ville.

 

Le 12 juin 2016, un Américain d’origine afghane, Omar Mateen, tue 49 personnes et en blesse 53 autres dans un club gay d’Orlando, en Floride, perpétrant le pire attentat aux Etats-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001.

Après trois heures de négociations, les forces de l’ordre donnent l’assaut, abattant l’assaillant. Ce dernier avait fait allégeance au groupe État islamique (EI) lors d’un appel au numéro des urgences alors qu’il avait déjà commencé son attaque. L’organisation jihadiste revendique la fusillade.

 

Le 2 décembre 2015, un couple lourdement armé ouvre le feu à l’occasion d’un repas de Noël pour des personnels de santé à San Bernardino, en Californie, tuant 14 personnes.

Tashfeen Malik, Pakistanaise de 29 ans, et son époux Syed Farook, un Américain de 28 ans, munis de fusils d’assaut et d’engins explosifs, sont ensuite abattus par la police.

L’EI salue les auteurs du massacre qu’il qualifie de « soldats » de son « califat » autoproclamé, sans revendiquer leur action.

 

Le 16 juillet 2015, Mohammad Youssuf Abdulazeez, un Américain naturalisé et né au Koweït, attaque un centre de recrutement militaire puis un centre de réservistes de la marine à Chattanooga, dans le Tennessee, tuant cinq militaires avec son fusil d’assaut. Il est abattu par la police.

En décembre, le Pentagone et le FBI reconnaissent que l’attaque a été « motivée » par la propagande d’une organisation terroriste étrangère, sans plus de précision, alors que la famille évoquait les troubles mentaux du jeune homme.

L’EI a appelé ses partisans à prendre pour cible les militaires américains où qu’ils se trouvent.

 

Le 3 mai 2015, la police abat deux hommes armés qui ont ouvert le feu en banlieue de Dallas, au Texas, près d’un centre abritant un concours de caricatures de Mahomet. Le député néerlandais Geert Wilders, auteur en 2008 d’un film amalgamant terrorisme et islam, était invité.

Pour la première fois dans un pays occidental, l’EI revendique officiellement l’attaque. Le ministre américain de la Défense indique que l’attaque semble avoir été « inspirée » mais pas « pilotée » par l’EI.

 

Le 15 avril 2013, deux bombes artisanales actionnées par deux jeunes musulmans tchétchènes explosent simultanément près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, sur la côte est, faisant trois morts et 264 blessés parmi les spectateurs.

A l’issue de quatre jours de chasse à l’homme, Tamerlan Tsarnaev est tué par la police, quelques heures avant que son frère Djokhar ne soit arrêté. Ce dernier est condamné à mort en juin 2015.

 

Le 5 novembre 2009, Nidal Hasan, un Américain d’origine palestinienne et psychiatre dans l’armée de terre ouvre le feu avec un pistolet semi-automatique dans la base de Fort Hood, au Texas, faisant treize morts et une trentaine de blessés.

Il est arrêté après avoir été blessé par une policière d’élite. De confession musulmane, il déclarera avoir commis cet acte afin de « défendre sa religion ».

Considéré comme un « loup solitaire » inspiré par Al-Qaïda, il est condamné à mort le 28 août 2013 mais attend que son cas soit examiné par une cour d’appel.

 

Le 11 septembre 2001, quatre avions de ligne sont détournés et deux volontairement précipités sur les tours jumelles du World Trade Center à New York, un autre s’écrase en Pennsylvanie et un autre au Pentagone en banlieue de Washington. Ces attentats, revendiqués par Al-Qaïda, font environ 3.000 morts.

 

RECOMMANDÉ