Le rôle du respect dans l’éducation

Par Mark Hendrickson
11 août 2019 Mis à jour: 11 août 2019

Le respect des autres est la clé de l’harmonie sociale et d’une démocratie qui fonctionne. C’est un frein à l’intention et à l’égoïsme, car le respect reconnaît que les autres ont aussi des droits et des sentiments, et reconnaît que notre propre quête du bonheur n’implique pas le droit de piétiner les droits des autres.

Le respect est un élément clé de la plus grande de toutes les règles de conduite sociale : la Règle d’or, qui nous enjoint de traiter les autres comme nous voudrions qu’ils agissent avec nous.

Le système scolaire public a été l’une des institutions clés pour inculquer un comportement respectueux. Dans les écoles élémentaires, les enseignants imposent la discipline à leurs élèves. En plus d’enseigner les trois Règles traditionnelles (lecture, écriture et calcul, pour ceux d’entre vous qui n’ont jamais entendu cela auparavant), les enseignants ont exigé que leurs élèves apprennent le respect – respect de la personne responsable, respect de leurs pairs, respect de l’ordre social et respect du savoir.

Dans les écoles, les enfants ont appris que leurs propres désirs et préférences n’étaient pas suprêmes. On leur a enseigné que les besoins et les désirs des autres méritaient aussi le respect. Les enseignants ont donné la leçon vitale que la coopération humaine exige un certain degré d’ordre pour éviter l’anarchie où chacun fait ce qu’il veut, quand il en a envie.

Ceux d’entre nous qui ont été des éducateurs professionnels pendant longtemps ont été consternés de voir une tendance, à la vertu du respect, qui dure depuis des décennies s’évaporer de nombreuses salles de classe. Pardonnez ce cliché exagéré, mais lorsque j’étais enfant, dans les années 50 et 60, nous respections l’autorité des enseignants, qu’ils nous plaisent ou non.

La principale raison pour laquelle nous l’avons fait, c’est que si nous avions des problèmes à l’école et que nos parents l’apprenaient, nous aurions été plus sévèrement punis à la maison que nous ne l’étions à l’école.

Au cours des dernières décennies, de plus en plus de parents ont pris le parti de leurs enfants contre les enseignants. J’ai rencontré ce phénomène pour la première fois au début des années 1970, alors que j’enseignais comme suppléant dans des écoles du centre-ville. Là-bas, beaucoup d’élèves défiaient ouvertement les enseignants et refusaient de faire le travail assigné, et ils l’ont fait en toute connaissance de cause et avec l’appui de leurs parents.

Une école secondaire de premier cycle en particulier était tellement dysfonctionnelle que les fenêtres avaient été remplacées par des briques pour éviter un autre bris, et les élèves ont arraché des pages des manuels scolaires pour éviter de faire leurs devoirs. J’ai demandé à un de mes amis qui y enseignait à temps plein ce qu’il considérait comme une « bonne journée ». Il a répondu : « Quand personne n’est blessé. »

Le respect pour les enseignants, les camarades de classe et le processus d’apprentissage étaient presque inexistants. Par conséquent, cette école, comme beaucoup d’autres où j’enseignais, n’était guère plus qu’un service de gardiennage coûteux, financé par les contribuables, un dépôt pour empêcher les enfants d’être dans les jambes de leurs parents et dans la rue pendant sept ou huit heures par jour.

Un aspect particulièrement tragique de ces écoles désaffectées, où la notion de respect a disparu, est qu’il y a des parents qui veulent désespérément que leurs enfants fréquentent une école décente et fonctionnelle où ils peuvent recevoir l’éducation dont ils ont besoin pour se préparer aux possibilités économiques offertes par notre société.

Malheureusement, les établissements scolaires publics – syndicats d’enseignants, administrateurs bien rémunérés et politiciens progressistes – ne respectent pas suffisamment les parents et les enfants pour légaliser les allocations scolaires et la liberté de mouvement qui permettraient aux élèves d’avoir le choix des écoles.

Le respect pour les enseignants a sombré dans des profondeurs abyssales dans de nombreuses écoles non urbaines également. Plutôt que de soutenir les enseignants qui exigent un certain niveau de conduite, d’effort et de performance de la part des élèves, beaucoup de parents pensent : « Comment osez-vous punir, réprimander ou (Dieu nous en garde !) donner une mauvaise note à mon enfant ? »

Plutôt que de repousser cette pression parentale qui semble souhaiter voir négliger les mauvais comportements et accepter la médiocrité, de nombreux enseignants prennent la voie de la moindre résistance et revoient leurs normes à la baisse. Ce faisant, ils manquent de respect à leurs élèves et à l’éducation elle-même.

Beaucoup d’entre nous qui enseignent à l’université ont eu des étudiants qui nous ont confrontés à l’indignation car nous avions osé donner à un de leurs papiers une note inférieure à un A, au motif qu’ils avaient toujours eu des A avant.

Ils semblent ignorer qu’un article mal raisonné, mal organisé et truffé de dizaines d’erreurs de grammaire, de ponctuation et de syntaxe ne peut se voir attribuer un A si l’on veut assurer l’intégrité de nos notes.

Ce n’est pas la faute des élèves, mais plutôt celle des enseignants qui ont trouvé moins stressant d’accorder des A aux élèves qui ont ponctuellement terminé leurs devoirs et qui se sont comportés agréablement dans la classe. En d’autres termes, de nombreuses notes reflètent maintenant le civisme plutôt qu’une bourse d’études digne de ce nom.

Manquer de respect envers les jeunes en omettant ainsi de leur parler honnêtement des lacunes de leur travail a pourtant des conséquences graves. Ces étudiants s’en vont à l’université avec un ego gonflé après avoir grandi en recevant des prix de participation et en se faisant dire que leur travail était bon alors qu’il ne l’était souvent pas.

Ils exigent des « espaces sûrs » pour s’isoler des idées qui remettent en question leurs suppositions faciles (et souvent fausses). Ils exigent avec suffisance le bannissement des idées avec lesquelles ils ne sont pas d’accord au lieu d’apprendre à s’engager dans des dialogues systématiques, bien raisonnés et respectueux.

Trop d’étudiants ont un sens insupportable de l’attitude moralisatrice et de la supériorité morale parce qu’aucun enseignant ne les respectait assez pour leur montrer tout ce qu’ils avaient encore à apprendre. Ils pensent qu’ils ont toutes les réponses. Ils agissent comme s’ils faisaient partie de la première génération d’Américains qui ont aspiré à rendre le monde meilleur et qui ont adopté de fausses solutions comme le socialisme. (Je dis ça en tant qu’ancien socialiste.)

En permettant le respect – le respect des enseignants, de l’autorité, de l’ordre et de notre prochain, d’une part, et de la vérité, de l’histoire et de la complexité du savoir, d’autre part – pour évacuer nos écoles, notre société a semé le vent et récolte maintenant une tempête.

Pouvons-nous recouvrer et rétablir le respect vers son ancien statut ? Je ne sais pas si nous le pouvons, mais pour le bien de nos enfants et de notre société, nous devons essayer.

Mark Hendrickson est professeur auxiliaire d’économie au Grove City College. Il est l’auteur de plusieurs livres dont The Big Picture : The Science, Politics, and Economics of Climate Change.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ