Roubaix: 32 contraventions et 3000 euros d’amendes pour manque de civisme lors d’un cortège de mariage

14 mars 2019 Mis à jour: 14 mars 2019

La police municipale de Roubaix a sévèrement verbalisé un cortège de mariage qui, selon elle, a multiplié les débordements et les infractions, vendredi, rapporte La Voix du Nord. Pas moins de 32 procès-verbaux ont été dressés pour un total de 3.010 euros d’amendes.

Depuis plusieurs années, la municipalité de Roubaix a décidé de sanctionner les cortèges de mariage qui ne respectent pas le Code de la route.

« Ce sont des incivilités et des comportements irresponsables et dangereux qui troublent la tranquillité publique des riverains voire les mettent en danger », écrit Dominique Paulo, le directeur de la sécurité et de la prévention en mairie de Roubaix, sur la page Facebook de la police municipale. Il cite le non-port de la ceinture de sécurité, le franchissement des lignes continues ou des vitesses excessives. Sur l’image, on voit également des individus sortir de l’habitacle et s’asseoir sur le rebord des portières, pour exhiber un drapeau sur le toit du véhicule.

« Ils ne respectent rien, ni les feux, ni les ronds-points »

En 2015, Margaret Connell, l’adjoint en charge de la sécurité à Roubaix, justifiait la mise en place de la vidéo verbalisation dans la ville. Selon elle, le maire et les habitants en avait assez des cortèges de mariages dont les chauffards sèment l’effroi dans les rues de la ville. « C’est systématique. Tous les vendredis et samedis, il y a un code de la route spécial mariages, grince-t-elle. Ils ne respectent rien, ni les feux, ni les stops, ni les ronds-points… Roubaix devient un circuit ouvert ».

Pour dissuader les chauffards, la municipalité veut traîner devant le tribunal correctionnel les auteurs de graves infractions routières. « Nous allons déposer des plaintes pour mise en danger délibéré de la vie d’autrui contre les chauffards qui auront vraiment dépassé les bornes », explique l’adjointe à la sécurité. Ce délit, s’il est avéré, peut être passible d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.

De quoi refroidir les rodéos sauvages que l’on voit en plein ville à la suite des mariages.

 

RECOMMANDÉ