Rouen : une pétition lancée contre un filet anti-pigeons sous le pont Boieldieu

Par Léonard Plantain
12 juin 2020
Mis à jour: 12 juin 2020

À Rouen, le Parti Animaliste a lancé une pétition contre un filet anti-pigeons installé sous le pont Boieldieu. Pris au piège, des pigeons y agonisent de faim ou d’épuisement. Une situation qui a alerté les promeneurs.

Pris au piège dans un filet pour les empêcher de se poser, des pigeons meurent et se décomposent sous le pont Boieldieu à Rouen, côté rive-gauche. Une installation mise en place à la base par Métropole Rouen Normandie dans le but d’éviter la dégradation du pont par les fientes d’oiseaux, relate France3-Régions.

Au sujet de la mise en place du filet, la Métropole Rouen Normandie a expliqué : « La fiente est toxique et abîme l’étanchéité des ponts. » Cependant, les pigeons parviennent à passer derrière le filet par certains trous et se retrouvent coincés.

Constatant cela, Pierre-Alexandre Guesdon, tête de liste du Parti animaliste de Rouen, a déclaré : « Les pigeons finissent par agoniser de faim ou de soif, ou parfois même par strangulation ou épuisement. On retrouve parfois des cadavres en décomposition par dizaines au-dessus des promeneurs. Certains tombent même, morceau par morceau, sur les tables de ping-pong et le parc à vélo. »

Pour faire avancer les choses, le Parti animaliste a alors lancé une pétition en ligne vendredi 5 juin pour le retrait de ce filet anti-piegons.

Actuellement signée par plus de 42 000 personnes, de nombreux commentaires d’internautes accompagnent la pétition : « Ce spectacle gâche clairement la promenade » « J’habite juste à côté, j’aime bien venir me promener sur les quais. Depuis qu’ils sont aménagés c’est super sympa, il y a plein de verdure, mais ça gâche ma balade de voir ces cadavres dans les filets » ; « On n’a pas envie de rester sous ce pont jouer au ping-pong et assister à cet horrible spectacle. »

« C’est contradictoire, pourquoi naturaliser les quais avec des arbres si les oiseaux n’ont pas leur place ici ? » s’interroge également Pierre-Alexandre Guesdon. « Des Rouennais(es) sensibles à la cause animale vont jusqu’à dégrader les filets pour secourir un pigeon », ajoute-t-il.

Comme le filet finit toujours par être réparé et que le spectacle macabre continue, Pierre-Alexandre Guesdon a déclaré : « Nous demandons à la Métropole de Rouen le retrait immédiat de ce filet, pour les animaux, mais aussi pour les usagers du quai. Nous ne voulons pas seulement d’un décrochage régulier des cadavres d’oiseaux. »

À la suite de cela, la Métropole Rouen Normandie a déclaré être en train de chercher des solutions pour résoudre ce problème et a annoncé que le filet sera retiré début juillet : « Une entreprise a réalisé ce matin des ouvertures de chaque côté du filet, sur 2 m de long, afin que les oiseaux puissent entrer et sortir. Le retrait définitif du filet exige l’utilisation d’une grue, celui-ci sera retiré à l’occasion d’un chantier prévu début juillet. Un autre système est à l’étude afin de maintenir la protection du pont contre les fientes, qui détériorent la structure de l’ouvrage. »

« On sait que d’autres villes françaises comme Paris, Nice, Clermont-Ferrand, Marseille, Toulon, ou encore Bordeaux ont construit des pigeonniers à des endroits choisis, fixant ainsi leurs populations d’oiseaux sur des espaces où elles n’occasionnent pas de gêne », conclut Pierre-Alexandre Guesdon.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ