Royan : un agneau, que sa mère « essayait de tuer », a trouvé une nouvelle maman en la personne d’un agent municipal

Par Emmanuelle Bourdy
11 octobre 2021
Mis à jour: 11 octobre 2021

Un troupeau de moutons a été installé dans la Ville de Royan et l’une des brebis a mis bas. C’est une bonne nouvelle. Mais le problème, c’est que trois petits sont nés et la brebis n’a que deux mamelles. Par chance, l’agneau a trouvé une maman de substitution.

C’est avenue du Québec, à Royan, qu’une brebis en écopâturage a mis bas la semaine dernière, rapporte Sud-Ouest. Trois agneaux sont nés, portant à six le nombre de petits venus au monde sur cette parcelle de 1600 m², sur laquelle un troupeau de mouton paît depuis environ un mois.

La mère n’avait que deux mamelles pour les trois agneaux !

Habituellement, une brebis peut donner naissance à un, ou tout au plus deux agneaux. Sauf que là, trois petits sont nés, ce qui est exceptionnel, et c’est la raison pour laquelle dame nature n’a pourvu la maman que de deux mamelles. La mère, ne pouvant pas nourrir cette troisième bouche, « essayait de tuer l’un des petits », a expliqué à Sud-Ouest Julien Duressay, le conseiller municipal délégué à l’environnement, précisant que des riverains avaient alerté le service « environnement » du danger qui se profilait pour cet agneau.

C’est grâce aux bons soins de Fabien Charton, agent du service « environnement », que l’agneau a pu être sauvé. L’agent l’a pris sous son aile et a emporté l’animal chez lui. Toutes les trois heures, le petit a pu avoir son biberon.

 


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées  :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ