Le Royaume-Uni propose des tests de Covid-19 deux fois par semaine à toute la population anglaise

Par Alexander Zhang
7 avril 2021
Mis à jour: 7 avril 2021

Le gouvernement britannique a annoncé lundi que tous les habitants de l’Angleterre se verront offrir des tests gratuits de dépistage du Covid-19 deux fois par semaine à partir du 9 avril.

Le ministère de la Santé et des Soins sociaux (DHSC) a dit qu’il s’agissait d’une « avancée significative » qui « prépare la voie à la réouverture des entreprises et de la société », alors que le confinement actuel dû au virus du PCC (virus du Parti communiste chinois) s’atténue progressivement.

« Alors que nous continuons à faire de bons progrès sur notre programme de vaccination et que notre feuille de route visant à assouplir prudemment les restrictions est en cours, des tests rapides réguliers sont encore plus importants pour s’assurer que ces efforts ne sont pas gaspillés », a déclaré le Premier ministre Boris Johnson.

Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a déclaré qu’une personne sur trois atteinte de la Covid-19 ne présente pas de symptômes, mais qu’elle peut être infectieuse. Le dépistage rapide « sera donc fondamental pour nous aider à repérer rapidement les cas positifs et à enrayer toute épidémie ».

« La reconquête de nos libertés perdues et le retour à la normale dépendent du fait que nous nous soumettions tous à des tests réguliers », a-t-il ajouté.

Mais Allyson Pollock, professeur de santé publique à l’Université de Newcastle, a dit à Epoch Times : « C’est une politique extrêmement coûteuse et incohérente, et non une stratégie de santé publique. »

Les tests de masse utiliseront des dispositifs à flux latéral, qui peuvent produire un résultat en moins de 30 minutes sans nécessiter de tests en laboratoire.

Le programme de tests de masse a été critiqué par certains experts médicaux, qui craignent qu’il ne se retourne contre eux en raison de la précision limitée de la technologie, en particulier pour les tests auto-administrés.

Une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ) a montré que le projet pilote de Liverpool a manqué 60 % des cas et 30 % des personnes présentant les charges virales les plus élevées.

Le BMJ a déclaré dans un éditorial de novembre 2020 que le programme était « un gâchis non évalué, mal conçu et coûteux ».

Il a ajouté que le programme de dépistage de masse ne devrait pas se poursuivre ou être utilisé comme base pour déterminer si les gens devraient s’auto-isoler jusqu’à ce qu’il ait été examiné de manière externe et indépendante.

En ce qui concerne les résultats faussement positifs, le gouvernement a déclaré : « Une analyse récente de NHS Test and Trace montre que pour 1 000 tests de flux latéral effectués, il y a moins d’un résultat faussement positif. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ