La Russie minimise ses liens stratégiques avec l’État-parti chinois

Par Jennifer Bateman
18 juin 2021
Mis à jour: 18 juin 2021

Le 16 juin, les présidents américain et russe se sont rencontrés au sommet de Genève. Par la suite, le Parti communiste chinois (PCC) a publié une série d’articles soulignant que la Chine et la Russie ont des relations fortes et solides. Cependant, la rhétorique de la Russie semble différente de celle de l’État-parti chinois. Elle ne met l’accent que sur les liens économiques avec Pékin, tout en négligeant le partenariat stratégique Chine-Russie.

Le partenariat stratégique avec la Russie est largement considéré comme la seule alliance qui pourrait être utilisée par le PCC pour contenir les États-Unis et les autres pays occidentaux.

Toutefois, dans une interview récemment accordée au journal Global Times, le porte-parole du régime chinois, l’ambassadeur de Russie en Chine, Andrey Denisov, a catégoriquement nié l’existence d’une « alliance » entre les deux pays.

La Chine rapporte différemment l’attitude de la Russie

La Chine semble surtout préoccupée par la possibilité de l’inclinaison stratégique de la Russie vers les États-Unis, ce qui peut être observé dans les récents reportages des médias de l’État-parti.

Le 4 juin, lors de la vidéoconférence du Forum économique international à Saint-Pétersbourg, en Russie, des journalistes du monde entier ont posé de nombreuses questions liées aux problèmes économiques. Cependant, He Ping, président et rédacteur en chef de l’agence de presse officielle Xinhua, a demandé à Poutine comment il voyait les relations entre la Chine et la Russie.

Le président russe a répondu que les relations entre les deux pays étaient très bonnes et a ajouté que le commerce bilatéral a atteint l’année dernière un niveau record de 100 milliards de dollars. L’agence Xinhua et d’autres médias du PCC ont largement rapporté cette réponse en déclarant : « Les relations entre la Chine et la Russie sont à leur meilleur niveau de l’histoire. »

Le 14 juin, les médias d’État chinois, en rendant compte de l’interdiction imposée aux investissements américains dans les sociétés chinoises liées à l’armée, ont annoncé que la réponse de Poutine à cette question avait rassuré la Chine.

Quelques jours auparavant, le 10 juin, le Global Times a rapporté l’interview donnée par Andrey Denisov, l’ambassadeur russe en Chine.

M. Denisov a indiqué qu’il n’attendait pas de « résultats irréalistes » du sommet Russie-États-Unis, mais le média d’État chinois a rapporté qu’il avait précisé que les relations Chine-Russie ne changeraient pas à cause de l’évolution de la politique américaine envers la Russie. Le journal a également indiqué que l’ambassadeur avait dit que si le PCC était mentionné lors de sommet Russie-États-Unis, la partie russe informerait immédiatement Pékin de tous les détails et en discuterait.

Ce reportage a été largement repris par d’autres médias officiels chinois. Cependant, dans le texte enregistré de l’interview, publiée par Global Times le 11 juin, Denisov a souligné : « Comme nous le savons tous, la Russie et la Chine n’entretiennent aucune relation d’alliance. » Cette citation n’est apparue dans aucun reportage de presse chinoise.

La Russie a de grandes ambitions économiques

Poutine n’a jamais caché son besoin de développement économique. L’économie de la Russie est soumise à une pression croissante depuis 2014, date à laquelle elle s’est emparée de la péninsule ukrainienne de Crimée et a été frappée par les sanctions économiques des pays occidentaux.

Il est intéressant de noter que, en réponse à la question de Xinhua sur les relations Chine-Russie lors du forum économique de Saint-Pétersbourg, Poutine a abordé les relations économiques et le commerce, sans faire ressortir les relations générales Chine-Russie.

Le même jour, Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, a tenu une conférence téléphonique avec son homologue russe, Sergei Lavrov. Wang a souligné la nécessité de relations et de coopération Chine-Russie « tous azimuts », mais Lavrov s’est concentré sur le « renforcement de la coopération dans la lutte contre l’épidémie » et la « promotion de la reprise économique ». Début juin 2019, la Chine et la Russie ont signé une déclaration commune sur le partenariat de coordination stratégique global, mais la Russie en parle rarement ces derniers temps.

Infiltrer la Russie par le biais du Parti communiste russe

Selon un reportage du 17 mai de Voice Of America, le Parti communiste russe reçoit de l’argent et d’autres avantages du PCC, agit comme son agent en Russie et en fait la promotion sur les principaux médias d’État russes.

Des membres haut placés du Parti communiste russe se rendent fréquemment en Chine et prononcent des discours rémunérés, peut-on lire dans une lettre ouverte adressée au ministre russe de la Justice. Guennadi Ziouganov, le secrétaire général du Parti communiste russe, a publié trois livres en Chine. L’un de ses petits-enfants étudie le chinois et vit en Chine. Faire des discours rémunérés et publier des livres est considéré comme des moyens détournés de recevoir des pots-de-vin, constate cette lettre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ