Russie : Vladimir Poutine appelle les pays rivaux à ne pas « franchir de ligne rouge »

Par Epoch Times avec AFP
21 avril 2021
Mis à jour: 22 avril 2021

Mercredi 21 avril, le Président russe Vladimir Poutine a mis en garde ses rivaux étrangers de ne pas « franchir de ligne rouge » avec la Russie, sur fond de tensions croissantes avec l’Occident sur une multitude de dossiers.

« J’espère que personne n’aura l’idée de franchir une ligne rouge avec la Russie. Mais nous déterminerons nous-même par où elle passe », a-t-il déclaré lors de son discours annuel à la Nation, une allusion à ses multiples passes d’armes avec les Occidentaux, sans préciser de quelles limites il s’agit.

Le Président russe n’a pas parlé directement de ces dossiers, mais a adressé une mise en garde à ses adversaires étrangers : « Si quelqu’un prend nos bonnes intentions pour une faiblesse (…) qu’ils sachent que la réponse russe sera asymétrique et dure ».

« Nous nous comportons dans l’ensemble avec retenue et de manière modeste, souvent ne répondant même pas aux actions inamicales voire même à des grossièretés flagrantes », mais « ceux qui organisent des provocations menaçant nos intérêts fondamentaux en matière de sécurité regretteront ce qu’ils ont fait comme ils n’ont jamais rien regretté depuis longtemps », a souligné le Président Poutine dans son discours.

S’en prendre à la Russie « pour tout et n’importe quoi est devenu une sorte de sport »

La Russie, du fait du conflit en Ukraine, de la répression de l’opposition, d’accusations de cyberattaques, d’espionnage et d’ingérences électorales a été la cible de multiples sanctions occidentales, entraînant à chaque fois une riposte russe. M. Poutine a jugé que s’en prendre à son pays « pour tout et n’importe quoi est devenu une sorte de sport ».

Le seul dossier international précis abordé par Vladimir Poutine est celui d’une tentative « de coup d’État et d’assassinat du Président du Bélarus », dénoncée le week-end dernier par les services de sécurité des deux pays qui y ont vu la main d’opposants soutenus par les États-Unis. Il a également critiqué le silence occidental, à la veille d’une rencontre à Moscou avec son homologue Alexandre Loukachenko, honni en Occident du fait de la répression brutale d’un mouvement de contestation depuis août 2020.

Le Président russe n’a pas répondu aux appels occidentaux à retirer les dizaines de milliers de troupes russes déployées aux frontières de l’Ukraine, nourrissant la crainte d’un conflit d’ampleur. Il n’a pas évoqué l’opposant Alexeï Navalnyen qui serait en grève de la faim depuis trois semaines et mourant selon ses proches.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ