Sa consommation de cocaïne a détruit son septum nasal et son mariage. Après quatre ans de sobriété, il aide désormais les autres

Par Louise Bevan
8 juin 2021
Mis à jour: 8 juin 2021

Grant était un opérateur de marché prospère avec un revenu à six chiffres jusqu’à ce qu’il tombe dans la toxicomanie. Au plus bas, il mendiait de la petite monnaie pour acheter une canette de cidre ou des pilules bon marché en vente libre.

Il a fallu l’intervention de la famille, un séjour raté en cure de désintoxication, un divorce, le chômage, un ulcère à l’estomac et une hospitalisation qui a failli le tuer pour que Grant voie enfin la lumière au bout du tunnel. Un programme intensif de 12 semaines a ensuite scellé son engagement à vivre une vie saine, et aujourd’hui, il est sobre depuis quatre ans et travaille comme coordinateur des admissions dans un centre de traiteFment d’aide contre la toxicomanie.

Grant, avant qu’il ne commence à mener une vie saine (Avec l’aimable autorisation de Grant/Step by Step Recovery)

« Mon enfance a été plutôt normale, mais j’ai commencé à expérimenter la drogue à l’école, à l’âge de 15 ans, pour m’intégrer », a expliqué Grant en partageant son histoire avec Metro. Comme il n’était pas doué pour les études, il a quitté l’école sans diplôme et a trouvé un emploi de vendeur de vêtements pour enfants au marché de Petticoat Lane, dans l’East End de Londres.

Il s’en sortait bien ; pourtant, en voyant ses pairs déambuler dans des costumes élégants payés par leurs salaires d’opérateurs de marché de la ville, Grant a commencé à rêver grand, ce qui l’a poussé à envoyer son CV à une centaine d’endroits. Il a ensuite décroché un emploi de coursier sur la rue Cannon Street, dans la salle des marchés, et est tombé sous le charme de cet environnement au rythme effréné.

En 1998, il travaillait comme courtier en bourse pour une grande entreprise au sein de laquelle, pour divertir les clients, l’alcool et les drogues dures coulaient à flot. Très vite, Grant, qui a une femme et deux enfants, a finalement dépensé la majeure partie de son salaire en cocaïne.

« Ma femme était au courant de mon problème de cocaïne, mais j’ai réussi à en cacher toute l’étendue », dit-il. Même si Grant aimait être père, rien n’arrêtait ses épisodes de consommation excessive ; ce père de deux enfants disparaissait souvent pendant plusieurs jours.

Au fil du temps, le comportement de Grant est devenu de plus en plus imprudent et, en 2008, sa carrière s’est effondrée lorsqu’il a échoué à un test de dépistage de drogues et que les employeurs lui ont tourné le dos « Même si j’apportais d’énormes revenus à n’importe quel comptoir acceptant de m’embaucher, le risque de m’employer dépassait rapidement les bénéfices potentiels », a-t-il déclaré à Metro.

La solution de Grant a été de fuir ses problèmes en déménageant sa famille en Espagne, mais la dépendance l’a suivi là-bas.

« Je dépensais plus que je ne gagnais – certains mois, je ne pouvais pas payer le loyer ou les frais de scolarité de mes enfants. Je dormais toute la journée et restais debout toute la nuit », a déclaré Grant.

Deux ans et demi plus tard, la consommation de drogue de Grant a renvoyé la famille de quatre personnes en Angleterre, où sa bien-aimée lui a posé un ultimatum : la désintoxication.

Une des conséquences désastreuses de la dépendance de Grant a été que l’utilisation de la cocaïne a complètement détruit son septum nasal, et c’est à ce moment-là aussi que sa santé a vraiment commencé à se détériorer. Cependant, même avec ces problèmes de santé, il était tellement accro à la drogue qu’il n’y pensait pas trop.

Une radiographie du septum nasal endommagé de Grant (Avec l’aimable autorisation de Grant)

Il a été envoyé dans un centre de désintoxication en Arizona. Aussi « troublant et égoïste », que cela puisse être, Grant admet qu’il était à ce moment-là conscient du fait qu’il ne prenait toujours pas la situation au sérieux. « Je savais que je n’étais pas prêt à arrêter de prendre de la drogue », a-t-il expliqué. « Je n’y suis pas allé pour moi, j’y suis allé pour tous les autres. »

La femme de Grant, au bout du rouleau, a demandé le divorce. Incapable de trouver du travail, Grant s’est installé chez son père. Il a recommencé à boire et à abuser des opiacés sur ordonnance, incapable de voir une issue à ce qu’était devenue sa vie.

Il a développé un ulcère à l’estomac et a été hospitalisé lorsqu’il a éclaté, passant trois semaines aux soins intensifs. Les médecins, ignorant son addiction, lui ont administré des opiacés par perfusion intraveineuse après avoir diagnostiqué à tort la maladie de Crohn, tant son intestin et son estomac étaient abîmés.

La cicatrice qu’a gardée Grant après l’éclatement d’une ulcère d’estomac (Avec l’aimable autorisation de Grant/Step by Step Recovery)

D’une manière ou d’une autre, six autres années de consommation continue de drogues se sont écoulées avant que l’abus chronique d’analgésiques ne rouvre la plaie de l’ulcère. Cette fois, l’état de Grant était évident pour les médecins de l’hôpital : il avait la jaunisse, était anémique et pesait moins de 44 kg.

« J’étais brisé, tant physiquement qu’émotionnellement. Je n’avais littéralement plus rien », se souvient Grant. « Treize mois plus tard, en juin 2017, je suis entré dans un autre centre de traitement. […] Mon déni avait été rompu et je savais que c’était ma seule chance de vivre. »

Grant est resté en traitement de désintoxication pendant 12 semaines. Quatre ans plus tard, sa vie s’est transformée et la promesse qu’il s’était faite de rester sobre a résisté à l’épreuve du temps. Cependant, il souffre de terribles problèmes respiratoires et d’un défaut d’élocution dus à sa consommation de cocaïne, ce qui le rend complexé.

Grant travaille maintenant comme premier point de contact dans un centre de traitement des dépendances basé à Londres, nommé Step by Step Recovery (pas à pas vers le rétablissement). La plupart des personnes qui appellent la ligne d’assistance ont perdu tout espoir, explique-t-il, mais il peut utiliser son expérience personnelle pour les aider.

Grant, après son traitement de désintoxication (Avec l’aimable autorisation de Grant/Step by Step Recovery)
(Avec l’aimable autorisation de Grant/Step by Step Recovery)

Grant a également rétabli son lien avec ses enfants et devrait se remarier en 2022. Avant les périodes de confinement, il avait même prévu de faire reconstruire sa cloison nasale endommagée.

« Aujourd’hui, je ne vis pas dans le même niveau de peur, de honte et de chaos que celui qui accompagne la dépendance », a déclaré Grant. « Désormais, lorsque je vais au lit le soir, j’attends le lendemain avec impatience. »

Le père et futur mari croit fermement que tout le monde peut changer sa vie, peu importe à quel point il se sent désespéré. « Je n’échangerais pour rien au monde ce que j’ai maintenant », a-t-il déclaré.

Grant aujourd’hui, avec beaucoup de choses à attendre dans sa vie (Avec l’aimable autorisation de Grant/Step by Step Recovery)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ