Le sage indien qui a développé la théorie atomique il y a 2600 ans

12 mars 2017
Mis à jour: 29 août 2017

John Dalton (1766-1844) était un chimiste et physicien anglais, aujourd’hui l’homme crédité du développement de la théorie atomique. Cependant, une théorie des atomes avait été formulée 2500 ans avant Dalton par un philosophe et sage indien, connu sous le nom d’Acharaya Kanad.

Acharya Kanad est né en 600 av. J.C. à Prabhas Kshetra (près de Dwaraka) dans le Gujarat, Inde. Son vrai nom était Kashyap.

Kashyap faisait un pèlerinage à Prayag lorsqu’il vit des milliers de pèlerins remplir les rues de fleurs et de grains de riz, qu’ils offraient au temple. Kashyap, fasciné par les petites particules, commença à collecter les grains de riz. Une foule se rassembla autour de l’étrange homme ramassant les grains de la rue. On demanda à Kashyap pourquoi collectait-il les grains que même un mendiant ne voudrait pas toucher. Il répondit que des grains individuels pouvaient sembler en eux-mêmes sans valeur, mais que l’addition de plusieurs centaines de grains pouvaient faire le repas d’une personne, que l’addition de plusieurs repas pouvait nourrir une famille et que finalement l’humanité entière était faite de nombreuses familles, et qu’un seul grain de riz était aussi important que toutes les richesses du monde. Les gens l’ont alors appelé « Kanad », « Kan » qui en sanskrit signifie « la plus petite particule ».

Kanad poursuivit sa fascination avec le monde invisible et la conceptualisation du principe de la plus petite particule. Il commença à écrire ses idées et à les enseigner aux autres. Les gens commencèrent ainsi à l’appeler « Acharya » (« l’enseignant »), donnant ainsi le nom Acharya Kanad (« l’enseignant des petites particules »).

La conception du principe de l’Anu (l’atome)

Kanad marchait avec de la nourriture dans sa main, la brisant en petits morceaux jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il ne pouvait plus diviser la nourriture en d’autres bouts, étant trop petits. À partir de ce moment, Kanad conceptualisa le principe d’une particule ne pouvant plus être divisé. Il l’appela la matière indivisible Parmanu, ou anu (atome).

Acharya Kanad avança que cette matière indivisible ne pouvait pas être sentie par aucun organe humain ou vue à l’œil nu, et qu’une force inhérente amenait un parmanu à se combiner avec un autre. Lorsque deux parmanu appartenait à une classe de substance combinée,  il en résultait un dwinuka (molécule  binaire). Ce dwinuka avait des propriétés semblables aux deux parmanu parents.

Kanad suggéra que c’étaient les combinaisons différents du parmanu qui produisaient différents  types de substances. Il a également mis en avant le principe selon lequel les atomes pouvaient se combiner de différentes façons pour produire des changements chimiques en présence d’autres facteurs comme la chaleur. Il donna le noircissement du pot en terre et la maturation du fruit comme des exemples de ce phénomène.

Acharyas Kanad a fondé l’école de philosophie Vaisheshika où il enseigna ses compréhensions de l’atome et de la nature de l’univers. Il écrivit l’ouvrage « Vaisheshik Darshan » sur son étude et devint connu comme le « père de la théorie atomique ».

En Occident, l’atomisme émergea au Ve siècle av. J.C. avec les Grecs Leucippe et Démocrite. Que la culture indienne ait influencé les Grecs ou l’inverse, ou encore qu’ils se soient développés indépendamment fait l’objet de débats.

Kanad aurait déclaré : « Chaque objet de la création est fait d’atomes qui à leur tour se connectent les uns aux autres pour former des molécules ». Sa théorie de l’atome était abstraite et relevant de la philosophie, étant basée sur la logique et non sur l’expérience personnelle ou l’expérimentation. Dans les mots de A.L. Basham, un indologiste australien vétéran, « il s’agissait de brillantes explications imaginatives sur la structure physique du monde, qui s’accorde dans une large mesure avec les découvertes de la physique moderne. »

Courtoisie d’Ancient Origins : The Indian Sage who developed Atomic Theory 2,600 years ago

RECOMMANDÉ