Saint-Denis : le patron d’un café refuse de servir un client en état d’ébriété et se fait tuer

Par Séraphin Parmentier
22 août 2019 Mis à jour: 22 août 2019

Alors qu’un employé d’un restaurant de Noisy-le-Grand a été abattu par un client estimant qu’il mettait trop de temps à préparer son sandwich le 16 août, le gérant d’un café de Seine-Saint-Denis vient à son tour de succomber sous les coups d’un consommateur mécontent.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 août dans un café situé sur la place Jean-Jaurès, dans le centre-ville de Saint-Denis, à deux pas de la basilique et de la mairie.

Vers 00h30, deux individus sous l’emprise de l’alcool jettent leur dévolu sur Le Café de la place. Constatant l’état d’ébriété avancé dans lequel se trouvent déjà les deux hommes, le patron refuse de leur servir à boire.

Les trois protagonistes finissent par sorteir de l’établissement et l’un des deux clients frappe le gérant de 66 ans qui s’effondre avant de se relever et de rentrer dans le café où il s’écroulera de nouveau, sans jamais se relever.

« Les secours ont essayé de le ranimer pendant 30 minutes, mais il est mort vers une heure du matin », a expliqué son fils dans les colonnes du Parisien. Selon lui, l’agresseur, âgé d’une cinquantaine d’années, est bien connu dans le quartier.

« On le connaît. Mon père a déjà refusé de le servir, parce qu’il avait trop bu. Avant les vacances, il avait agressé des clients avec un sabre. Hier soir, des clients l’ont fait sortir du café, parce qu’il parlait mal à mon père. Depuis l’extérieur, il l’a insulté. Mon père est allé le voir pour discuter, et c’est à ce moment-là qu’il l’a frappé au cou », affirme le jeune homme.

« Refuser de servir un client en état d’ébriété, c’est faire correctement son travail »

Des proches de la victime sont parvenus à maîtriser l’agresseur en attendant l’arrivée de la police. Sous le choc, le fils du gérant portera plusieurs coups à celui qui venait de tuer son père. « Je voyais noir », a-t-il déclaré aux journalistes du Parisien.

Si l’agresseur du cafetier a été placé en garde à vue, celle-ci a dû être interrompue mercredi en début d’après-midi afin qu’il soit hospitalisé, selon l’AFP. L’enquête ouverte par le parquet de Bobigny pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » a été confiée à la Police judiciaire (PJ) de Seine-Saint-Denis.

La mairie de Saint-Denis a adressé ses condoléances à la famille et aux proches de la victime. « Refuser de servir un client en état d’ébriété, c’est faire correctement son travail, personne ne devrait être agressé pour cela », a souligné la municipalité dans un communiqué.

RECOMMANDÉ