Un bon samaritain assiste à l’effondrement d’un bâtiment et grimpe dans les décombres pour en sortir un couple de personnes âgées en vie

Par Michael Wing
11 septembre 2021
Mis à jour: 11 septembre 2021

Un homme de Philadelphie remercie Dieu de l’avoir placé au bon endroit au bon moment après avoir sorti un couple de personnes âgées d’un immeuble effondré à West Kensington.

David Velazquez était en voiture avec sa cousine Kathy pour aller chercher son fils chez un ami dans la soirée du 2 septembre. Ils étaient près de l’intersection des rues North Front et Dauphin quand, vers 22 heures, Kathy a entendu un bruit d’effondrement.

Ils ont vu des panaches de poussière provenant d’un bâtiment de trois étages effondré, avec des magasins en dessous et des appartements résidentiels au-dessus. David s’est arrêté, est sorti de sa voiture et a couru vers le bâtiment en ruines devant lui.

(Avec l’aimable autorisation de Juliana Marie Santiago via David Velazquez)

Je crie : « Il y a quelqu’un ? Est-ce que quelqu’un m’entend ?’ Je l’ai dit en anglais et en espagnol », a raconté David à Epoch Times. « Après environ deux minutes, j’ai entendu une voix qui a dit en espagnol : ‘Je suis là, je suis là, aidez-moi s’il vous plaît’. »

« J’ai donc grimpé sans hésiter, j’ai oublié les câbles électriques sous tension, les émanations de gaz qui auraient pu s’enflammer à la moindre étincelle. »

En fouillant dans les décombres, il a croisé le regard d’un homme plus âgé et lui a demandé s’il y avait quelqu’un d’autre piégé sous les débris.

« Il a dit : ‘Oui, ma femme’. J’ai dit : ‘Vous savez où elle est ?’ Il a répondu : ‘Oui, sous tous les décombres sous lesquels je me trouvais’ », se souvient David.

Après avoir mis l’homme en sécurité, David a cherché dans les débris et a rapidement trouvé la femme, qui était coincée sous une poutre effondrée, lui écrasant les jambes. Mais lorsque David a essayé de retirer la poutre, il a vu le toit de la structure s’effondrer, mettant sa propre vie en danger.

(Avec l’aimable autorisation de Juliana Marie Santiago via David Velazquez)

« J’ai arrêté de bouger la poutre, mon téléphone est tombé et ensuite je n’avais pas de lumière », a-t-il dit.

Il a tendu la main vers son téléphone, l’a saisi et a vu une photo de son petit-fils – puis il a ressenti « cette force » qui l’a encouragé.

Il a embrassé le front de la femme et lui a dit : « Que Dieu soit avec nous », avant de la libérer.

« Elle a poussé un cri très, très fort pendant environ trois secondes », a-t-il dit.

À ce moment-là, les pompiers sont arrivés sur les lieux. Ils ont sorti la femme du trou, mais ont oublié d’aider David à sortir après l’avoir aidé à la soulever.

« Mais, pas de souci », a-t-il dit. « Je suis sorti de la même façon que j’étais entré. »

(Avec l’aimable autorisation de David Velazquez)

Après ce sauvetage audacieux, David s’est inquiété du bien-être de la femme et est allé à l’hôpital Temple pour voir comment elle allait. Il n’a pas pu la voir en raison des restrictions dues au virus du PCC (Parti communiste chinois), mais il l’a entendue pleurer et l’appeler un « ange ».

L’homme et sa femme ont réussi à rencontrer David quelques jours plus tard. Ils ont pris des photos ensemble sur les lieux du sauvetage et David les a publiées sur sa page Facebook.

« Je le referais si l’occasion se présentait », a-t-il confié au journal. « Mes parents m’ont bien enseigné et m’ont élevé avec de bons principes et du respect pour toute l’humanité. Peu importe la race, la religion ou l’ethnie, nous avons tous le même sang et nous avons tous un but dans la vie. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ