Sarthe : un couple de malvoyants se bat pour pouvoir emmener leur bébé de 2 mois se faire opérer des yeux

Par Nathalie Dieul
23 avril 2021
Mis à jour: 23 avril 2021

Tous deux malvoyants, Yvonnick et Julie Edet doivent faire opérer leur bébé en urgence chez un spécialiste de la rétine infantile à Paris. Ils ne peuvent évidemment pas s’y rendre par leurs propres moyens et se battent avec la CPAM pour obtenir la prise en charge du transport depuis leur domicile de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe).

La petite Lounha n’a que 2 mois, mais elle a déjà un historique de problèmes d’yeux depuis qu’elle est âgée de 2 semaines. Pour chaque consultation et chaque intervention, ses parents doivent se débattre avec la CPAM afin d’obtenir la prise en charge du transport qu’ils ne peuvent pas assurer eux-mêmes à cause de leur handicap – Yvonnick Edet est malvoyant et Julie est non voyante, rapporte le journal local Les Nouvelles – L’Écho fléchois.

Le couple a parfois eu gain de cause, mais d’autres fois ils ont dû demander l’aide de proches, comme lorsqu’ils ont essuyé un refus de la CPAM le 11 mars pour une consultation le 12 mars. « Il a joué les ambulanciers », raconte le père de famille, qui s’est lui-même retrouvé en situation de handicap visuel fort depuis l’âge de 6 ans alors que sa vue avait déjà été amoindrie à partir de 2 ans et demi, selon Ouest-France.

Pour l’opération de Lounha prévue le 12 avril, ce sont les ambulanciers qui sont intervenus et ont permis à la famille d’obtenir une autorisation de la CPAM valable pour 12 déplacements jusqu’à Nantes.

Toutefois, le couple a reçu de mauvaises nouvelles au sujet de l’œil droit du bébé après cette opération. Le médecin leur a expliqué que « la rétine de l’œil droit de Louhna est problématique et endommagée » et les a mis en contact avec un spécialiste de la rétine infantile à Paris, qui doit l’opérer dès que possible. La date du vendredi 23 avril est arrêtée.

La CPAM a cette fois répondu de manière positive à la demande de transport… mais dans la limite de 150 km, parce qu’ « ils estiment qu’il y a des hôpitaux plus près ».

En colère, Yvonnick s’inquiète pour les yeux de sa fille : « Si on ne l’emmène pas, qu’est-ce qu’il va se passer ? Elle ne se fait pas opérer et potentiellement, elle peut devenir aveugle de l’œil droit. Je n’ai pas envie que ma fille perde un œil parce que la sécu joue sur une décision qu’ils ne sont pas capables de justifier. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ