Comment savoir si votre dépendance au numérique vous gâche la vie

Il peut être difficile de trouver un équilibre entre les avantages qu'apportent nos appareils électroniques et la distraction qu'ils peuvent créer
Par Terri R. Kurtzberg
8 janvier 2020 Mis à jour: 8 janvier 2020

La crainte que les distractions numériques ruinent nos vies et nos amitiés est très répandue.

Pensez aux 2 600 fois où nous touchons notre smartphone chaque jour, à notre panique lorsque nous égarons temporairement un appareil, à l’expérience du « syndrome de vibration fantôme » et à la façon dont le simple fait de voir un message d’alerte peut être aussi distrayant que l’action de vérifier le message lui-même.

Ce schéma a des conséquences réelles. Par exemple, si vous cessez de leur parler pour répondre à un message, certaines personnes peuvent y voir une atteinte personnelle. Et s’accorder une pause en plein travail pour regarder votre téléphone portable empêche de réfléchir profondément à ce que vous faisiez.

Mais cela ne relate qu’une partie de l’histoire. Nous devons également reconnaître que les technologies d’aujourd’hui peuvent nous rendre plus connectés que jamais.

Alors, comment éviter les pièges potentiels tout en continuant à en récolter les bénéfices ?

Comment les écrans affectent-ils nos interactions ?

En tant que chercheur dans le domaine de la technologie et des communications, j’ai passé près de deux décennies à examiner les façons dont l’interaction par écran diffère de l’interaction par d’autres moyens, notamment la par présence physique, le téléphone et par écrit.

Mon groupe de recherche a produit de nombreuses études montrant que les gens sont plus cupides, c’est-à-dire qu’ils mentent plus, sont plus négatifs par exemple, en donnant aux autres des notes de rétroaction plus faibles et moins coopératifs en ne pensant qu’à ses propres intérêts, lorsqu’ils utilisent des moyens de communication numériques. Et pour les enfants de moins de 5 ans, il y a de sérieuses inquiétudes quant au développement du cerveau.

Nos craintes concernant l’impact de l’augmentation du temps passé devant l’écran sur nous-mêmes et nos enfants couvrent trois domaines principaux : la santé mentale, la toxicomanie et le niveau d’engagement par rapport à ce qui se passe autour de nous.

Dans ces trois domaines, les risques sont peut-être exagérés.

On a beaucoup parlé des liens potentiels entre la dépression et l’utilisation du téléphone cellulaire – surtout chez les adolescents – mais des données récentes semblent indiquer que ce lien pourrait être très mince.

Quant à la dépendance, le domaine de la psychologie a maintenant reconnu la dépendance aux jeux vidéo comme un problème réel et diagnostiquable. Les récits des centres de réadaptation pour les personnes dont la vie a été consumée par cette dépendance suggèrent que le phénomène est réel et que la souffrance peut être tout à fait authentique.

Mais cela est rare, par rapport au nombre de personnes qui jouent aux jeux en ligne sans conséquences graves.

Et en termes d’engagement, malgré le temps croissant passé sur les écrans, la grande majorité des enfants continuent à s’instruire, à se faire des amis et à mener une vie productive.

Un monde plus branché

Alors que de plus en plus de nos interactions s’éloignent du traditionnel face-à-face pour se retrouver dans le domaine en ligne, je crois que nous devons reconnaître que dans certains domaines, la richesse et l’engagement peuvent également être à la hausse.

Les collègues peuvent travailler ensemble à distance, les amis peuvent rester en contact sans contrainte et les grands-parents peuvent entrer directement en relation avec leurs petits-enfants sans avoir besoin de programmer une visite ou de passer par les parents.

La langue change au fur et à mesure que nous interagissons par rafales plus courtes, ce qui nous permet d’établir des liens de façon moins formelle. L’humour change à mesure que nous ajoutons des éléments visuels – images, émojis, GIF, mèmes – à nos mots. Même ces jeux vidéo en ligne peuvent être un portail vers des interactions sociales accrues pour certains.

Avez-vous un problème ?

La meilleure façon d’évaluer le temps passé avec nos téléphones est peut-être de poser deux questions connexes.

Premièrement, que faites-vous du temps que vous consacrez à votre téléphone, et est-il conforme à vos valeurs et priorités ?

Si vous avez l’impression que vous et vos enfants profitez de votre temps d’écran et que cela ne compromet pas la qualité de votre sommeil, de votre travail ou de vos interactions personnelles, vous n’avez peut-être pas beaucoup de raisons de vous inquiéter. Pour vous aider à gérer l’utilisation de votre appareil, il existe une plus grande quantité d’outils et d’applications qui peuvent noter votre temps d’écran et vous indiquer où votre attention est dirigée – ou même limiter où elle peut aller.

Deuxièmement, quels sont vos points faibles quant à savoir où et comment l’utilisation du téléphone pourrait limiter le reste de votre vie ?

La plupart d’entre nous réalisent que nous ne devrions pas utiliser le téléphone juste avant de nous coucher – ou, pire encore, lorsque nous conduisons ou traversons les rues.

Et nous savons généralement que nous devrions garder un œil sur nos enfants et nos adolescents pour nous assurer qu’ils acquièrent de bonnes habitudes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du domaine numérique. Mais nous ne savons pas très bien comment nos téléphones peuvent affecter notre vie d’une autre façon.

Les dernières recherches nous permettent de tirer quelques leçons. Pour commencer, nous ne sommes pas aussi bons que nous le pensons en matière de multitâche. Nous accordons généralement une moins bonne attention aux deux tâches lorsque nous essayons de faire deux choses à la fois. Avec le temps, les personnes qui font cela se retrouvent constamment avec un taux d’erreur plus élevé sur les tâches, peut-être lié à une mémoire de travail plus faible.

Même la simple présence d’un téléphone peut limiter votre niveau d’engagement face à votre travail et votre capacité à établir des relations avec les autres.

Trouver un équilibre toujours plus parfait

Tout cela signifie que même si vous n’avez pas à vous soucier de l’utilisation de votre téléphone en général, il y a quand même des moments où il serait sage de mettre votre appareil hors de vue et hors d’atteinte. Cela vous donnera la meilleure chance de penser à des tâches complexes sans interruption ou de vous engager plus pleinement avec ceux qui vous entourent.

Poser complètement nos téléphones ne semble ni réaliste ni souhaitable : la société a évolué, et elle l’a fait en ayant des smartphones à la main.

Mais savoir reconnaître les moments où il serait le plus précieux de ne pas avoir votre téléphone à votre portée peut contribuer à vous garder sur la bonne voie.

Terri R. Kurtzberg est professeure agrégée de gestion et de commerce mondial à la Rutgers Business School, à Newark et au Nouveau-Brunswick. Cet article a été publié pour la première fois dans la revue The Conversation.

RECOMMANDÉ