Les sceptiques de la vaccination : qui sont-ils et qu’est-ce qu’ils pensent ?

Par Patricia Adams et Lawrence Solomon
15 octobre 2021
Mis à jour: 15 octobre 2021

Comme nous les présentent nos autorités de santé publique, les sceptiques de la vaccination ainsi que ceux qui ne veulent pas se faire vacciner et ceux qui craignent les effets secondaires des vaccins – ces « anti-vaccins » – sont des bêtes noires, dont l’ignorance et la désinformation ont provoqué d’innombrables décès attribuables au Covid-19. Ne pas leur laisser partager leur opinion est si important pour les autorités que ceux qui osent la partager publiquement sont stigmatisés, menacés et renvoyés de leurs postes universitaires et médicaux ou de tout autre endroit où ils peuvent travailler.

Qui sont donc ces hérétiques de la santé dont la rhétorique dangereuse remet en question des organismes publics prestigieux tels que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de grandes sociétés pharmaceutiques comme Pfizer et Johnson & Johnson ainsi que la grande majorité des gouvernements des pays occidentaux ?

Prenons seulement quelques cas en Amérique du Nord. Le Dr Peter McCullough – cardiologue et spécialiste en médecine interne, auteur de plus de 1000 publications avec plus de 500 citations dans la National Library of Medicine – est l’un des critiques les plus virulents des politiques gouvernementales dans le domaine du Covid. Il a témoigné devant la Texas Health and Human Services Commission (HHSC) du Sénat du Texas que son traitement du Covid-19 comprenant de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine avait permis de réduire la mortalité de 85 %. Il a également critiqué la vaccination de masse, notamment en raison des problèmes de sécurité que posent les vaccins.

« Aujourd’hui, nous avons 800 cas de jeunes gens qui ont développé une myocardite ou une inflammation du cœur », a constaté le Dr McCullough lors d’un séminaire en ligne tenu en juin dernier. « Je partage l’opinion que, étant donné qu’il n’y a pas le moindre avantage clinique parmi les jeunes à se faire vacciner, même un seul cas [de ces effets secondaires] serait de trop. »

Dans le passé, le Dr McCullough a été membre du groupe consultatif de l’ancien président américain Bill Clinton sur les soins de santé et président de plus de 24 conseils de surveillance de la sécurité des données pour les National Institutes of Health (institutions gouvernementales américaines qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale) et la Food and Drug Administration (administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments). À la suite de ses critiques des politiques du Covid, il a perdu ses postes de vice-directeur de la médecine interne au Baylor University Medical Center et de responsable de la recherche cardiovasculaire au Baylor Heart and Vascular Institute. Il a été également viré de son poste de rédacteur en chef du magazine Cardiorenal Medicine et il s’attend à être déchu de ses huit accréditations professionnelles.

Le Dr Byram W. Bridle, professeur agrégé en immunologie virale primé au département de pathobiologie de l’université de Guelph (Canada), a dirigé un laboratoire de recherche avancée dont les études ont été financées par le gouvernement de la province de l’Ontario dans le but de mettre au point un vaccin contre le Covid-19.

Expert en vaccinologie, il a déclaré : « Il existe une pléthore de documents scientifiques démontrant que l’immunité acquise naturellement contre le SRAS-CoV-2 serait supérieure à celle conférée seulement par vaccination. »

Il a ajouté que « les recherches de trois groupes indépendants ont maintenant démontré que les personnes ayant une immunité naturellement acquise subissent des effets secondaires plus graves des vaccins Covid-19 que celles qui sont immunologiquement ‘intactes’ avant la vaccination. En d’autres termes, pour ceux qui ont une immunité naturelle, la vaccination est non seulement inutile, mais elle les exposerait à un danger accru. Sachant cela, personne ne devrait jamais rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 ».

Le Dr Bridle, qui a une immunité naturelle, mais qui est maintenant banni du campus universitaire pour ne pas s’être conformé à la vaccination obligatoire imposée par l’université de Guelph, explique que son lieu de travail est devenu « un environnement empoisonné où l’intimidation, le harcèlement et la haine à mon égard ont été incessants » et il affirme que sa vie a été « détruite ».

Le Dr Robert Malone a inventé, en 1988, des vaccins à ARNm alors qu’il travaillait à l’Institut Salk pour les études biologiques en Californie. Il est également l’inventeur des vaccins à ADN. Le Dr Malone est l’auteur d’une centaine de publications revues par les pairs et de 11 477 citations tirées de ses publications. Il estime que pour « les personnes à haut risque, le rapport risque/bénéfice des vaccins utilisés aux États-Unis semble logique », mais qu’il est « manifestement faux » de prétendre que « ces vaccins génétiques sont la seule voie disponible vers l’immunité collective » ou qu’ils sont « parfaitement sûrs ».

Le Dr Malone, qui serait aujourd’hui l’objet de menaces de mort, est devenu l’un des scientifiques les plus vilipendés de la planète, ses réalisations scientifiques ont été dénigrées dans des magazines tels que The Atlantic et dans l’ensemble des médias grand public et sociaux.

Parmi d’autres scientifiques et médecins de renom qui ont été vilipendés dans les médias grand public et sociaux, figurent le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l’université de Stanford, qui a déclaré que la vaccination contre le Covid-19 devrait être une question personnelle et « qu’il n’y a aucune raison du point de vue de santé publique pour la rendre obligatoire » ; le Dr Sunetra Gupta, épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses et professeur d’épidémiologie théorique à l’université d’Oxford, qui a constaté « qu’il n’est vraiment pas logique d’utiliser des vaccins pour protéger d’autres personnes » ; le Dr Martin Kulldorff, professeur de médecine à la Harvard Medical School, qui a affirmé que « penser que tout le monde doit être vacciné est aussi scientifiquement erroné que penser que personne ne devrait l’être. Les vaccins contre le Covid sont importants pour les personnes âgées à haut risque et leurs soignants. Ceux qui ont déjà eu une infection naturelle n’en ont pas besoin. Ni les enfants ».

De nombreux autres sceptiques éminents du vaccin Covid-19 sont restés silencieux de peur d’être punis. Aux États-Unis, la Federation of State Medical Boards a averti que « les médecins qui génèrent et diffusent des informations erronées ou de la désinformation sur les vaccins Covid-19 risquent de faire l’objet de mesures disciplinaires de la part des conseils médicaux de l’État, y compris la suspension ou la révocation de leur licence médicale ». Cet avertissement a été répété au Canada par les organismes provinciaux d’attribution des licences médicales tels que le College of Physicians and Surgeons of Ontario.

Les rangs des soi-disant sceptiques des vaccins comprennent toute une liste des plus grands scientifiques du monde entier. Peu de gens les connaissent, car ils ont été réduits au silence, censurés et mis sur la touche. Les autorités de santé publique peuvent les qualifier de dingues non scientifiques qui ne savent rien du Covid. Cependant, les Drs McCullough, Bridle, Malone et autres n’ont pas agi comme des charlatans qui vendent des panacées instantanées à quiconque est prêt à tenter sa chance.

À la place, la promotion forcée et des généralisations hâtives proviennent des responsables de la santé publique, dont la plupart ont beaucoup moins de réalisations scientifiques et sont beaucoup moins bien informés que les sceptiques des vaccins qu’ils rejettent sans gêne.

Patricia Adams est économiste et présidente de Energy Probe Research Foundation et de Probe International – un groupe d’experts indépendant international basé au Canada. Elle est l’éditrice des sites d’information en ligne Three Gorges Probe et Odious Debts Online et l’auteure ou l’éditrice de nombreux ouvrages. Ses livres et articles ont été traduits en chinois, espagnol, bengali, japonais et bahasa indonesia.

Lawrence Solomon est chroniqueur à Epoch Times, auteur et directeur exécutif du Consumer Policy Institute, basé à Toronto, Canada.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ