Un scientifique découvre ce qui pourrait être à l’origine des caillots sanguins liés au vaccin Covid-19

Par Jack Phillips
30 mai 2021
Mis à jour: 31 mai 2021

Une équipe de chercheurs allemands a déclaré cette semaine qu’elle pourrait avoir découvert la cause de l’apparition de caillots sanguins rares chez certaines personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19.

Rolf Marschalek, professeur à l’université Goethe de Francfort, qui a participé à des études sur la coagulation rare provoquée par le vaccin AstraZeneca d’Oxford, a déclaré que son étude avait montré que le problème pouvait être déclenché par les vecteurs adénoviraux.

Un adénovirus – un virus du rhume commun qui ne peut pas se répliquer – est le principal mécanisme utilisé par les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson, qui transmet les instructions génétiques de la protéine de spicule (ou spike, en anglais) du virus dans l’organisme du receveur. Quant aux vaccins fabriqués par Moderna et Pfizer, ils utilisent la technologie de l’ARNm.

Les scientifiques allemands dirigés par le Pr. Marschalek ont indiqué, dans une étude qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par des pairs, que le problème pourrait être causé par l’entrée de l’adénovirus dans le noyau des cellules plutôt que dans le fluide cellulaire, où le virus fabrique des protéines.

« Le cycle de vie de l’adénovirus comprend l’infection des cellules […] l’entrée de l’ADN adénoviral dans le noyau, puis la transcription du gène par la machinerie de transcription de l’hôte », ont-ils écrit, rapporte The Guardian. « Et c’est précisément là que réside le problème : le morceau d’ADN viral […] n’est pas optimisé pour être transcrit à l’intérieur du noyau. »

Le Pr. Marschalek a déclaré au Financial Times que les vaccins basés sur l’ARNm délivrent le matériel génétique de la protéique de spicule dans le fluide cellulaire, qu’il ne va jamais dans le noyau.

« Lorsque ces […] gènes de virus se trouvent dans le noyau, ils peuvent créer des problèmes », a déclaré M. Marschalek. La conception des vaccins utilisant l’adénovirus, a-t-il ajouté, peut être revue pour éviter ce problème à l’avenir.

Johnson & Johnson « essaie actuellement d’optimiser son vaccin », a-t-il déclaré au Financial Times. « Avec les données que nous avons entre les mains, nous pouvons dire aux entreprises comment faire muter ces séquences, codant pour la protéine de spicule d’une manière qui empêche les réactions d’épissage involontaires. »

« L’équipe allemande n’a pas encore parlé du problème avec les fabricants d’AstraZeneca », a déclaré le Pr. Marschalek, ajoutant que « s’ils se manifestent, je peux leur dire ce qu’il faut faire pour fabriquer un meilleur vaccin. »

En Europe, plus tôt cette année, plus d’une douzaine de pays ont temporairement suspendu l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca en raison du problème de coagulation du sang. Par la suite, l’organisme de réglementation des médicaments de l’Union européenne a annulé la suspension, bien que le Danemark ait complètement abandonné l’utilisation du vaccin.

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA) ont par la suite recommandé de suspendre l’utilisation du vaccin de J&J après la découverte de caillots sanguins, généralement chez des femmes. Les agences ont ensuite décidé que le vaccin pouvait être utilisé.

Mais les vaccins à ARNm de Pfizer et AstraZeneca font actuellement l’objet d’une enquête des CDC alors que certains adolescents et jeunes adultes ont signalé une inflammation cardiaque après avoir reçu le vaccin. Les vaccins à ARNm utilisent l’acide ribonucléique (ARN) messager pour créer une protéine qui déclenche une réponse immunitaire chez un individu.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ