Une scientifique mexicaine parvient à éliminer le virus du papillome humain « sans effets secondaires »

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
17 octobre 2019 Mis à jour: 17 octobre 2019

Le cancer causé par le virus du papillome humain (VPH), une maladie sexuellement transmissible par contact génital et cutané, pourrait être éradiqué par une thérapie photodynamique « sans effets secondaires », selon le Dr Eva Ramón Gallegos, de l’Institut polytechnique national de Mexico.

Le Dr Gallegos explique que cette méthode remplacerait la tâche d’opérer en retirant une grande partie des tissus que l’on croit affectés par le virus.

Contrairement à d’autres traitements photodynamiques, « seules les cellules endommagées sont éliminées et cela n’affecte pas les structures saines. Par conséquent, elle [cette thérapie] a un grand potentiel pour réduire le taux de mortalité par cancer du col de l’utérus », a-t-elle résumé, selon un rapport de l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM), par l’intermédiaire de UNAM Global.

La thérapie a été appliquée aux patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus à l’aide d’un médicament appelé acide delta-aminolévulinique, qui se transforme au bout de quatre heures en une substance chimique fluorescente (protoporphyrine IX) qui s’accumule dans les cellules endommagées, ce « qui permet d’éliminer avec un faisceau laser spécial uniquement les structures imprégnées de celle-ci ».

Image d’illustration (740308/Pixabay)

Après avoir répété à trois reprises le traitement à un intervalle de 48 heures entre chacun, avec un temps en fonction de chaque cas et du type de lésion, les patientes ont été contrôlées et les résultats étaient prometteurs pour celles pour qui le laboratoire avait identifié le virus avec ou sans lésion.

« Les personnes qui ne présentaient que le virus sans lésions ont eu 85 % de VPH éliminé ; les patientes atteintes de VPH avec des lésions ont eu 85 % d’efficacité et celles qui avaient des lésions sans VPH ont obtenu 42 % de succès. »

Le Dr Gallegos a alors décidé d’appliquer un traitement à double dose, et le traitement d’élimination au laser a été répété deux fois au lieu de trois fois.

Par conséquent, indique-t-elle, « le VPH a été éliminé chez 100 % des patientes qui en étaient porteuses sans lésions, chez 64,3 % des femmes atteintes de VPH avec des lésions, et chez 57,2 % des patientes atteintes de lésions sans VPH. »

En plus d’éradiquer le VPH (l’agent pathogène qui est la cause principale du cancer du col de l’utérus), « la thérapie photodynamique élimine également les lésions précancéreuses du cancer du col de l’utérus à un stade très précoce, comme le démontre cette étude pilote », a-t-elle expliqué.

En janvier 2019, cette méthode avait été utilisée chez 420 patientes à Oaxaca et Veracruz, en plus de 29 autres à Mexico.

Le cancer du col de l’utérus est la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes. D’après le gouvernement mexicain, on estime à 13 960 le nombre de cas par an chez les femmes, soit 23,3 cas pour 100 000 femmes. Tous ne sont pas causés par le papillomavirus.

Selon la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, « il n’existe pas de remède contre le virus du papillome humain (VPH) lui-même », puisque le virus peut être là sans se manifester, « mais il existe des traitements pour les problèmes de santé que le VPH peut causer, comme les verrues génitales, les changements dans le col de l’utérus et le cancer du col de l’utérus. »

Plus d’informations sur le VPH

Selon la FDA, il existe plus de 100 types différents de VPH et ils ne causent pas tous des problèmes de santé. Certains types de VPH peuvent causer des problèmes comme des verrues génitales. D’autres types peuvent aussi causer le cancer du col de l’utérus, du vagin, de la vulve ou de l’anus. La plupart de ces maladies sont causées par les types de virus connus sous le nom de 6, 11, 16 ou 18.

Toute personne qui a déjà eu un contact génital avec une autre personne peut être infectée par le VPH. Tant les hommes que les femmes peuvent contracter le virus – et le transmettre – sans le savoir.

Étant donné qu’aucun signe d’infection n’est susceptible d’être observé, une personne pourrait être infectée par le VPH même si des années se sont écoulées depuis ses derniers rapports sexuels. Vous êtes plus susceptible d’être infecté par le VPH si :

– vous avez eu des relations sexuelles quand vous étiez encore très jeune,
– vous avez eu beaucoup de partenaires sexuels,
– vous avez un partenaire sexuel qui a eu plusieurs partenaires.

Il y a beaucoup d’options de traitement pour les verrues génitales. Cependant, même après le traitement des verrues, le virus peut encore être présent et se propager à d’autres personnes.

Si les verrues génitales ne sont pas traitées, elles peuvent disparaître, rester égales ou augmenter en taille ou en nombre, mais elles ne se transformeront pas en cancer.

RECOMMANDÉ