Des scientifiques découvrent dans les Rocheuses l’énorme fossile d’un nouvel arthropode éteint vieux de 500 millions d’années

Par SWNS
16 septembre 2021
Mis à jour: 16 septembre 2021

Les restes d’un énorme nouvel animal éteint vieux d’un demi-milliard d’années ont été mis au jour dans les montagnes Rocheuses.

Les scientifiques ont mis au jour le fossile appartenant à une espèce animale nouvellement découverte qui parcourait les mers pendant la période cambrienne.

Nommés Titanokorys gainesi, ces animaux possédaient une coquille protectrice distinctive sur la tête et étaient beaucoup plus grands que de nombreuses autres espèces de l’époque, selon les chercheurs.

Avec une longueur totale estimée à un demi-mètre, le Titanokorys était un géant par rapport à la plupart des animaux qui vivaient dans les mers à cette époque, dont beaucoup atteignaient à peine la taille d’un petit doigt.

Le Dr Jean-Bernard Caron, conservateur de paléontologie des invertébrés au Musée royal de l’Ontario, avec un fossile de Titanokorys gainesi, à la carrière située dans le parc national Kootenay. (SWNS)
Une photo en gros plan montre un fossile de la carapace d’un Titanokorys gainesi. (SWNS)

D’un point de vue évolutif, l’espèce appartient à un groupe d’invertébrés primitifs – ou arthropodes – appelés radiodontes, ont déclaré les scientifiques.

Le représentant le plus emblématique de ce groupe est le prédateur profilé Anomalocaris, qui pouvait lui-même approcher un mètre de long.

Comme tous les radiodontes, le Titanokorys avait des yeux à facettes, une bouche garnie d’une rangée de dents en forme de tranche d’ananas, une paire de pinces épineuses sous la tête pour capturer les proies et un corps doté d’une série de volets pour nager, selon les experts.

La carapace du Titanokorys gainesi (partie inférieure de l’empreinte) ainsi que deux plaques rigides symétriques (partie supérieure) qui couvraient la tête par le dessous. (SWNS)

Au sein du groupe des radiodontes, certaines espèces possédaient également de grandes coquilles protectrices bien visibles sur la tête ; le Titanokorys étant l’une des plus grandes jamais connus, selon une nouvelle étude.

« C’est l’un des plus grands animaux de la période cambrienne jamais découverts », a déclaré Jean-Bernard Caron, conservateur de la paléontologie des invertébrés au Musée royal de l’Ontario.

La raison pour laquelle certains radiodontes ont évolué vers un tel éventail de formes et de tailles de coquilles n’est pas encore totalement comprise et a probablement été déterminée par une variété de facteurs, ont déclaré les chercheurs.

Mais la forme large et aplatie de l’enveloppe de la tête chez le Titanokorys suggère que cette espèce était adaptée à la vie près du plancher océanique, ont-ils ajouté.

Dans les montagnes du parc national Kootenay, une équipe de terrain du Musée royal de l’Ontario extrait une dalle de schiste contenant le fossile d’un Titanokorys gainesi. (SWNS)

Joe Moysiuk, co-auteur de l’étude et étudiant en doctorat en écologie et biologie évolutive à l’Université de Toronto, a déclaré : « Le Titanokorys fait partie d’un sous-groupe de radiodontes, appelé hurdidés, caractérisé par une tête incroyablement longue couverte par une carapace en trois parties qui prenait des formes innombrables. »

« La tête est si longue par rapport au corps que ces animaux ne sont en réalité guère plus que des têtes nageuses. »

Tous les fossiles de cette étude ont été recueillis autour de Marble Canyon, dans le nord du parc national de Kootenay, par des expéditions successives de l’équipe du Musée royal de l’Ontario.

Après avoir été découverte il y a moins de dix ans, cette région a livré une grande variété d’animaux dans les schistes de Burgess, un gisement de fossiles de la région datant de 508 millions d’années, à la période cambrienne.

Une reconstitution du Titanokorys gainesi (SWNS)

Cette découverte comprend un parent plus petit et plus abondant de Titanokorys, nommé Cambroraster falcatus, en référence à sa coquille en forme de tête du vaisseau spatial Faucon millénium de la saga Star Wars.

Selon les auteurs de cette dernière étude, les deux espèces pourraient avoir été en compétition pour des proies similaires vivant sur le fond.

Le Dr Caron, qui est également professeur associé en écologie et biologie évolutive et en sciences de la terre à l’Université de Toronto, et conseiller de Moysiuk pour son doctorat, a ajouté : « Ces animaux énigmatiques ont certainement eu un impact important sur les écosystèmes des fonds marins du Cambrien.

« Leurs membres antérieurs ressemblaient à de multiples râteaux empilés et devaient être très efficaces pour amener vers leur bouche tout ce qu’ils capturaient dans leurs minuscules épines. L’énorme carapace dorsale aurait pu fonctionner comme une charrue. »

Reconstitution du Titanokorys gainesi représentée de face. (SWNS)

Les sites fossilifères du schiste de Burgess sont situés dans les parcs nationaux de Yoho et de Kootenay et sont gérés par Parcs Canada.

Parcs Canada organise des randonnées guidées primées mettant en valeur le travail de chercheurs scientifiques de premier plan afin d’élargir les connaissances et la compréhension de cette période clé de l’histoire de la Terre.

Le schiste de Burgess a été désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1980 en raison de sa valeur universelle exceptionnelle et fait maintenant partie du plus grand site du patrimoine mondial des parcs des montagnes Rocheuses canadiennes.

La découverte de Titanokorys gainesi a été présentée dans l’épisode « First Animals » de l’émission canadienne de langue anglaise portant sur la science de la CBC The Nature of Things.

Ces spécimens et d’autres spécimens du Shale de Burgess seront exposés dans une nouvelle galerie du Musée royal de l’Ontario, la Willner Madge Gallery, Dawn of Life, qui ouvrira en décembre.

Les résultats ont été annoncés le 8 septembre dans une étude publiée dans la revue scientifique Royal Society Open Science.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ