Qui se soucie de la souffrance masculine ?

Par Janice Fiamengo
13 juillet 2021
Mis à jour: 13 juillet 2021

Très peu de gens savent que le 11 juillet est le Gender Empathy Gap Day (journée de la différence d’empathie envers les hommes par rapport aux femmes), une journée inaugurée en Allemagne en 2018 pour sensibiliser à l’indifférence générale de nos sociétés à la souffrance des hommes et des garçons. Il n’est pas surprenant qu’elle n’ait aucun statut officiel dans aucun pays.

La plupart des gens, si on leur pose la question, répondront que ce sont les femmes et les filles qui souffrent majoritairement. On entend souvent dire que les hommes sont privilégiés, voire qu’ils ont des droits. Les sociétés sont prétendument établies au profit des hommes. Nous attendons des hommes qu’ils s’excusent de leur privilège et qu’ils s’informent sur les problèmes des femmes. L’animosité envers les hommes est socialement acceptable, voire approuvée. « Je me baigne dans les larmes des hommes«  est un slogan féministe populaire, et les professeurs d’université écrivent des articles d’opinion grand public avec des titres non ironiques comme « Pourquoi ne pouvons-nous pas haïr les hommes ?« .

La Journée de la différence d’empathie envers les hommes ou les femmes ne cherche pas à établir un concours pour déterminer quel sexe est le plus mal loti. Mais elle vise à faire prendre conscience de notre incapacité ou de notre réticence collective à reconnaître l’humanité des hommes.

Les chercheurs universitaires Alice Eagly et Antonio Mladinic ont compilé des données montrant que tant les femmes que les hommes ont tendance à avoir des associations plus positives avec les femmes qu’avec les hommes. Le professeur de psychologie Roy Baumeister a résumé la situation en disant que « les hommes comme les femmes ont une opinion beaucoup plus favorable des femmes que des hommes« . En outre, les chercheurs ont confirmé un biais de groupe beaucoup plus élevé chez les femmes, ce qui signifie que les femmes ressentent plus d’empathie envers les autres femmes qu’envers les hommes, tandis que les hommes ressentent également plus d’empathie pour les femmes.

Qu’il s’agisse des sans-abri (61 % d’hommes), des homicides (78 % de victimes masculines), des suicides (79 % d’hommes), des accidents du travail (93 % d’hommes), des incarcérations (93 % d’hommes) ou d’une foule d’autres problèmes, les hommes et les garçons souffrent. Pourtant, d’après les recherches de Tania Reynolds, nous avons tendance à associer l’action à la masculinité et la capacité de victimisation à la féminité, considérant les hommes et les garçons comme des acteurs actifs plutôt que comme des victimes méritant qu’on s’en préoccupe.

Par conséquent, nous sommes tolérants à l’égard des punitions sévères infligées aux délinquants masculins. En 2012, Sonja Starr, professeur de droit, a publié les résultats de son étude (pdf) sur les disparités dans les condamnations pénales, montrant un très grand écart entre les sexes dans les punitions infligées aux femmes pour les mêmes types de crimes commis par les hommes. L’étude approfondie de Mme Starr a révélé une disparité moyenne des peines de 63 % au détriment notable des hommes. Elle a également découvert que « les femmes arrêtées sont également beaucoup plus susceptibles d’éviter complètement les accusations et les condamnations, et deux fois plus susceptibles d’éviter l’incarcération si elles sont condamnées ».

L’écart dans la punition tend à se produire parce que nous tous – y compris les procureurs, les juges et les jurys – inclinons à croire que les femmes qui commettent des crimes ont été amenées à leur comportement de violation de la loi par d’autres, généralement des hommes, et qu’elles avaient des choix limités dans leur vie en raison du désavantage, de la pauvreté, de la maladie mentale ou de la dépendance. Nous hésitons à priver les jeunes enfants des soins de leur mère, alors que nous sommes satisfaits de voir les pères derrière les barreaux. Cependant, comme le souligne Mme Starr, les délinquants masculins ont également « souffert de graves difficultés, ont des problèmes de santé mentale ou de dépendance, ont des enfants mineurs et/ou ont ‘suivi’ d’autres personnes sur la voie de la criminalité ». Pourquoi sommes-nous prêts à utiliser les circonstances de la vie comme facteurs atténuants pour les femmes, mais pas pour les hommes ?

L’auteur Glen Poole a noté qu’une telle indifférence à l’égard de la situation des hommes est intégrée dans les histoires que notre société raconte sur elle-même. Il fait remarquer que lorsqu’un grand nombre d’hommes sont tués – que ce soit dans une guerre, un accident ou une catastrophe naturelle – les sources d’information grand public parlent des personnes tuées, ce qui rend invisible le sexe des victimes. La mort d’hommes et de garçons ne fait pas tant de bruit.

Lorsque des femmes ou des filles sont tuées ou blessées, elles sont rarement, voire jamais, désignées seulement comme des personnes. Quand des femmes et des filles sont tuées ou blessées, ça fait beaucoup de bruit.

La seule exception à cette règle se produit lorsque des hommes ou des garçons commettent une atrocité, surtout si cette atrocité est commise contre des femmes ou des filles. Dans ce cas, la masculinité des auteurs de l’atrocité fait partie de l’histoire. Ainsi, les présentateurs de l’actualité dépeignent systématiquement les hommes d’une manière qui empêche toute empathie lorsqu’ils souffrent et qui suscite la colère et le désir de punir lorsqu’ils font du mal. L’inverse est vrai pour les femmes.

Par conséquent, alors qu’environ 93 % de la population carcérale dans le monde est masculine, nous avons de nombreuses initiatives spéciales pour réduire l’impact de la prison sur les femmes, mais aucune initiative spéciale pour réduire son impact sur les hommes.

Lorsque Boko Haram a capturé des jeunes filles nigérianes pour les réduire en esclavage sexuel en 2014, une manifestation massive à laquelle a participé la première dame Michelle Obama a été rejointe par des dirigeants du monde entier pour exiger leur retour. Pourtant, les garçons étaient régulièrement capturés par Boko Haram pour être utilisés comme enfants soldats, maltraités et réduits en esclavage – ou carrément tués – et il n’y a pas eu de tollé ciblé similaire.

Comme le note Glen Poole, « nous sommes tous – hommes et femmes – collectivement plus tolérants à l’égard du mal qui arrive aux hommes et aux garçons ».

Pourquoi ce fossé d’empathie existe-t-il ? Cinquante ans de plaidoyer féministe mettant l’accent sur le mal fait par les hommes et l’innocente victimisation des femmes ont eu un impact sans surprise sur notre capacité à nous soucier des hommes. Nous avons tellement l’habitude de considérer les femmes comme celles qui souffrent et les hommes comme ceux qui causent la souffrance qu’il est difficile d’éprouver de la compassion pour les hommes.

Le féminisme n’a pas créé cette préoccupation asymétrique ; elle était déjà présente dans l’ADN de notre culture : « Les femmes et les enfants d’abord ». Tout au long de l’histoire de l’humanité, des hommes sont morts à la guerre et ont sacrifié leur corps dans des travaux meurtriers pour que les femmes puissent être protégées. Dans les temps anciens, la survie même de la race humaine dépendait de la protection des femmes, et le souci des femmes est devenu une norme culturelle forte.

Nous devrions tous nous sentir concernés par le fait que notre société accepte la souffrance de nos fils, frères, pères et amis masculins avec une telle nonchalance. Le 11 juillet, réfléchissons à l’écart d’empathie envers les sexes et prenons la résolution de le combler.

Janice Fiamengo est professeur d’anglais à l’Université d’Ottawa. Son dernier livre s’intitule Sons of Feminism : Men Have Their Say (fils du féminisme : les hommes ont leur mot à dire)

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ