Seine-et-Marne : il offre l’hospitalité à des Roms, qui finissent par le tabasser et pillent son appartement

Par Séraphin Parmentier
16 octobre 2020
Mis à jour: 16 octobre 2020

Un Roisséen a été sauvagement agressé par trois membres de la communauté Rom qui l’ont également séquestré et ont dérobé ses biens.

Le lundi 12 octobre, Ionut B., un jeune homme de 27 ans de nationalité roumaine qui appartient à la communauté Rom, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Melun pour des faits de séquestration et de violences à l’égard d’un habitant de Roissy-en-Brie, une commune de 23 000 habitants située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Paris.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à la nuit du 9 au 10 mars 2020. Quelques jours avant les faits, un Roisséen avise Ionut B. en train de fouiller dans les poubelles situées en face de son logement, rapporte La République de Seine-et-Marne.

Ému, le Roisséen lui propose de venir manger chez lui et lui offre quelques vêtements. Ionut B. lui explique qu’il habite dans un camp de Roms établi en banlieue parisienne et les deux hommes échangent leur numéro de téléphone.

Peu de temps après cette rencontre, Ionut B. appelle celui qui l’avait aidé et lui offre de passer un moment en sa compagnie et celle de deux de ses amis. Le Roisséen accepte. Ionut B. et ses deux comparses se présentent chez lui dans la soirée du lundi 9 au mardi 10 mars.

Si les quatre individus commencent par regarder un film à la télévision, le Roisséen est rapidement agressé par Ionut B. et ses acolytes. Il reçoit de multiples coups de pied et de poing au niveau du visage et s’effondre inanimé.

Lorsqu’il reprend ses esprits, il s’aperçoit qu’il est solidement attaché avec du fil électrique, tandis que l’un des malfrats le maintient au sol en appuyant le pied sur sa nuque. Les deux autres bandits pillent l’appartement de la victime, s’emparant notamment de sa télévision, de son téléphone portable, de matériel électronique ainsi que de bijoux et de sa carte bleue.

« Il s’agit d’un vrai guet-apens »

Une fois leur méfait accompli, les trois hommes quittent les lieux au volant d’une Peugeot 309, roulant à tombeau ouvert. Ce sont d’ailleurs les images des caméras de vidéosurveillance de Roissy-en-Brie qui permettront d’identifier le véhicule et de retrouver la trace des suspects. Ils ont ensuite écoulé le produit de leurs rapines, d’une valeur d’environ 10 000 euros, porte de la Chapelle, à Paris.

Pendant l’audience du lundi 12 octobre 2020, Ionut B., assisté d’un interprète, a tenté de minimiser sa responsabilité. « L’affaire, c’est un grand mensonge », a-t-il notamment assuré, selon des propos rapportés par La République de Seine-et-Marne.

« C’est une agression lâche, avec des humiliations et un déferlement de coups. Il s’agit d’un vrai guet-apens », soulignera pour sa part le représentant du ministère public.

Le tribunal correctionnel de Melun suivra les réquisitions de l’avocat général, condamnant Ionut B. à une peine de 5 ans de prison ferme. Une interdiction de séjour définitive a également été prononcée à l’encontre de l’accusé.

Les deux autres protagonistes impliqués dans l’affaire avaient déjà été jugés pendant une audience précédente, rapportent nos confrères de La République de Seine-et-Marne. Ils avaient eux aussi été condamnés à des peines de 5 ans de prison ferme et à une interdiction de territoire français.

FOCUS SUR LA CHINE – Xi Jinping visite ses troupes et les prépare au combat

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ