Selon des avocats, des preuves suggèrent qu’Epstein ne s’est pas suicidé mais a été assassiné

Par Zachary Stieber
29 août 2019 Mis à jour: 30 août 2019

Il y a beaucoup plus de preuves indiquant que Jeffrey Epstein a été assassiné que d’indices selon lesquels il se serait suicidé, d’après les avocats qui l’ont soutenu devant le tribunal le 27 août.

Les avocats de cet homme de 66 ans reconnu coupable de trafic sexuel, qui a été trouvé inconscient dans sa cellule de prison le 10 août et déclaré mort environ une heure plus tard, ont déclaré qu’ils avaient des preuves suggérant qu’Epstein avait été tué.

L’un des avocats, Martin Weinberg, a déclaré à un juge qu’un expert engagé par la famille affirme que les blessures à la nuque étaient beaucoup plus compatibles avec un homicide qu’un suicide. D’après l’avocat « les preuves sont davantage compatibles avec des voies de fait plutôt que le suicide », a rapporté Newsweek.

« Nous n’avons pas vu une personne désespérée, découragée et suicidaire », a déclaré mardi l’un des avocats de la défense à la salle d’audience bondée de Manhattan.

L’avocat Martin Weinberg s’est dit préoccupé par les informations selon lesquelles les caméras de surveillance qui enregistrent la zone située près de la cellule d’Epstein dans le centre correctionnel métropolitain « étaient soit corrompues, soit inopérantes ».

Il a demandé au juge Richard Berman d’enquêter sur cette affaire. Cependant, l’un des avocats a soutenu que le juge n’aurait pas les compétences pour cela. M. Berman a répondu : « Je pense qu’il est juste que l’avocat de la défense soulève ses préoccupations. »

Les procureurs ont ensuite relevé qu’un grand jury enquêtait déjà sur la mort d’Epstein.

L’avocate Gloria Allred (au centre), accompagnée de deux de ses clients, prend la parole lors d’une conférence de presse après avoir quitté un tribunal de Manhattan où des victimes de violences sexuelles, à l’invitation d’un juge, ont pris la parole lors d’une audience après que l’accusé Jeffrey Epstein a été retrouvé mort avant d’être accusé de trafic sexuel (YANA PASKOVA/AFP/Getty Images)

Le Dr Michael Baden, le pathologiste engagé par les représentants d’Epstein pour analyser l’autopsie, a déclaré mardi qu’il attendait le rapport du bureau du médecin légiste avant de donner son opinion sur la cause du décès.

Un certain nombre de femmes qui ont déclaré avoir été victimes de violence de la part d’Epstein ont également témoigné devant le tribunal, alléguant que le délinquant sexuel reconnu coupable les avait attirées dans un vaste stratagème de trafic sexuel qui aurait inclus le Prince Andrew, le mannequin Jean Luc Brunel et l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique, Bill Richardson.

Toutes les personnes nommées dans les documents judiciaires ou par les accusateurs ont nié les accusations.

Epstein a été déclaré mort le 10 août. La cause du décès avait été jugée comme étant un suicide par pendaison par le bureau du médecin légiste de la ville de New York le 16 août. Le procureur général William Barr a également déclaré cinq jours plus tard qu’aucun élément de preuve n’avait été présenté pour infirmer cette conclusion.

Le Centre correctionnel métropolitain où le financier Jeffrey Epstein était détenu, photo prise à New York le 10 août 2019. (Don Emmert/AFP/Getty Images)

« Je n’ai rien vu qui contredise la conclusion du médecin légiste selon laquelle il s’agissait d’un suicide », a déclaré M. Barr aux journalistes du Texas le 21 août. « La mort d’Epstein, je pense que nous verrons, était un suicide. »

Il a ensuite ajouté lors d’un événement à la Nouvelle-Orléans, le 12 août : « Je pense qu’il y a de graves irrégularités à la prison. J’ai été consterné et, franchement, en colère, tout comme l’ensemble du ministère ». « C’est un échec pour la sécurité de ce prisonnier. »

L’un des avocats d’Epstein, cependant, a déclaré mardi que le médecin légiste qui a rendu la décision de suicide n’a vu que neuf minutes d’images d’une caméra de sécurité pour prendre sa décision.

« Nous avons un profond problème avec les conclusions du médecin légiste », a-t-il déclaré, selon Newsweek.

Un autre a demandé au juge Berman d’aller visiter lui-même la prison. « Il y a des théories de conspiration à profusion. » « Et si les enregistrements avaient été corrompus seulement le jour où il a été retrouvé mort ? »

En ouvrant la séance, le juge Berman a qualifié le suicide d’Epstein de « revirement de situation plutôt stupéfiant ». Il a ensuite défendu sa décision de laisser parler les femmes qui auraient été maltraitées par Epstein, affirmant que les auditions publiques « favorisent la transparence ».

RECOMMANDÉ